3270

CHRONIQUE PAR ...

12
Bigtonio
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Joe Satriani
(Guitare+Claviers+...)

TRACKLIST

1)Surfing with the Alien
2)Ice 9
3)Crushing Day
4)Always with Me, Always with You
5)Satch Boogie
6)Hill of the Skull
7)Circles
8)Lords of Karma
9)Midnight
10)Echo

DISCOGRAPHIE


Satriani, Joe - Surfing With The Alien
(1987) - hard rock - Label : Relativity



Tout d'abord un peu d'histoire : en 1985, SATCH est introduit par Steve Vai (son premier eleve) dans Relativiy Records. Quinze mois après l'enregistrement de Not of this Earth, Relativity le commercialise. Le label reçoit des démos de Joe, qui seront les chansons de Surfing with the Aliens. C'est en Décembre 1987 que sort Surfing with the Alien, puis une version remasterisée en 1993. Dans cette critique , je vais m'attaquer au serieux problème des guitares heroes a savoir : la technique pure suffit-elle ? Musique sans ame n'est elle autre que ruine de celle ci ? Et bien , je repondrai non .

Cet album en est tout simplement l'illustration. En effet, toute personne écoutant ce cd et se réclamant d'une minimale droiture musicale ne manquera pas de formuler une critique sèvere envers notre non moins bien-aimé SATCH : Ca manque cruellement d'idées de composition , les ossatures des morceaux sont creuses , bref il abuse ... Car c'est avec des chansons comme "Surfing with the Aliens" où la rythmique égraine inlassablement ces accords en progression 1-4 ( entend tonique puis quarte parfois quinte, puis tonique etc ...) que se revele tout l'égocentrisme dudit guitare hero . Il se contente de nous faire 4 minutes de solo par chanson pensant sans doute nous combler.

Pourtant tout est-il aussi noir ?? NON !!!!!!! Car a n'en point douter l'homme ne manque pas de ressource guitaristique et la richesse des solos est (pour un guitariste au moins) une légère compensation à la faiblesse de composition globale . Il faut en effet le reconaitre pour ceux qui veulent une déferlante de traits a 280 a la noir , ponctué de slides fantabulesques interrompus par de monstrueux tappings , l'ami JOE et son Ibanez argenté hurlant de sa distorsion BOSS ( la rouge, celle qui sature a mourir) est un monument à la gloire de la technicité pure. J'ai souvent envie après avoir écouté cet album d'apprendre la cornemuse et de vendre ma guitare ...mais bon c'est une autre histoire.

Et enfin il y a de nombreuses exceptions, c'est à dire des chansons très sympas qui sont : "Always with Me Always with You" (hymne guitaristique pour une fois très bien composé avec ses pizzicatos arpèges si agréables à ouir), "Satch's Boogie" (tempo d'enfer et riff d'anthologie), "Circles" (une petite balade accoustique au début qui se poursuit agreablement en solo dentesque), "Lords of Karma" (un riff aux couleurs indiennes et aux accents de cythare pour commencer un bon titre), "Midnight" ( RHAAAAAaaaaaa ecoutez ce joli tapping qui flingue tout (mais qui pour la petite histoire et tout a fait éxécutable : je n ai mis que 1 semaine pour le maitriser... quoi, je me la pète ?? ) et enfin "Echo" (un peu dans le genre du debut de "Circles" qui contraste et cloture bien un album énergique par un titre plus coulé et doux).


Vous l'avez donc compris je suis partagé pour la note entre mon admiration pour la technique et la pauvreté parfois excessive des compositions . Je met donc 13/20 et certains me diront laxiste.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1