3259

CHRONIQUE PAR ...

33
Minddrop
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-Ludovic Loez
(guitare+chant+piano)

-Fabrice Loez
(guitare, chant)

-Thierry Berger
(batterie, machines)

-Frédéric Fievez
(basse)

TRACKLIST

CD1

1)Pain injection
2)In those times
3)The work
4)Ocean of faces
5)In the deepest silence
6)Dialogue (D-An and T-On)
7)D-An's last order
8)Reset
9)Ocean of faces (D-Än and T-On)
10)Ocean of faces (Acoustic)
11)Pain injection (Limb mix)
12)Ocean of faces (Cradles mix)
13)The work (Acoustic)
14)Pain injection (Demo 95)
15)The work (Demo 95)

CD2

1)Anomaly 17 – Pain injection
2)In those times
3)The work
4)Ocean of faces
5)In the deepest silence
6)Dialogue (D-An and T-On)
7)D-An's last order
8)Reset
9)A triangular machine
10)The uly-tohas
11)Back to the surface
12)Last meeting (T-On and the master)

DISCOGRAPHIE

Anomaly (2000)
Hegemony (2008)

SUP - Anomaly
(2000) - gothique - Label : Holy records



Parce que le monde obscure enivre, charme et fascine, on aime se brûler les ailes d’ange. On aime enfreindre quelques règles… Mais attention, en passant le seuil de cet univers, il faut s’attendre à pénétrer les rituels d’une magie. Pour se faire, j’ai trouvé un groupe de magiciens de génie. Un groupe, que dis-je ? LE groupe métal de la scène française. Le groupe gothique qui depuis 90’s monte encore et encore. SUP, ou alors connu sous le nom de Supuration ou encore Spherical Unit Provided, est le groupe précurseur d’une résonance nouvelle! Un style avant-garde, une énergie conceptuelle qui se vérifient en 95 avec leur deuxième album Anomaly. En juillet 2000, c’est la sortie du ré-enregistrement complet de l'album Anomaly (comportant une fin alternative en quatre chansons).

Anomaly est un album double CD. Cet album raconte une histoire. Chaque chanson raconte un épisode de cette histoire. C’est le conte des machines qui prennent le contrôle. C’est l’histoire d’une chaîne de tapis roulant, où des berceaux en métal froid représentant le cercueil des nouveaux nés passent et repassent. Les machines tuent ces bébés mais vivent grâce à leur cris mourant. Jusqu’au jour où une machine prend conscience de ceci ; et essaie de mettre un terme à tout ça en sauvant un bébé qui aura pour mission de détruire les machines. Le jour arrive et il échoue… La suite c’est en écoutant l’album.

Donc, Anomaly est un style bien gothique/rock s’accompagnant d’un rythme fin 80’s tout en adoptant un timbre bien nouveau. Un mélange de Manson (pour le coté glamour), The Cure (pour le genre gothique), Pink Floyd, Massive Attack (pour les voix et l’ambiance mécanique). C’est un REGALE ! Si je ne savais pas que cet album est le ré-enregistrement de Anomaly (1995), j’aurais été incapable de l’identifier dans le temps tant le genre est nouveau. Et même, j’oserais dire que quelques ambiances sont analogues aux intros du « Cinquième Elément » de Serra. Anomaly est inondé de contextes morbides mis en valeur par des effets sonores allant du plus loin au plus proche. Chaque musique est très riche en phénomène sensible. Des intro qui rappellent constamment le monde obscur des machines. Une vrai analogie au Pink Floyd, mais un peu plus gothique dans le sens où les notes sont bien plus sombres. Aussi on peut penser à de la new wave par moment comme avec "Ocean Of Faces".

Donc les synthés sont des enchaînements d’accords ténébreux. Et les riffs de grattes durent dans le temps! Quant aux voix, ces dernières sont si sensuelles. Les frères Loez disposent de voix de velours. Elles nous caressent. Elles touchent aussi un certain paroxysme de colère, avec des cris gras. Et paradoxalement avec "The Work", qui est une chanson en acoustique, la voix ressemble étrangement à du Manson acoustique. Il est intéressant de noter aussi que ce sont des voix qui ont le pouvoir d’être assez caméléon. En effet, en fonction de l’épisode, les tonalités changent. J’en suis complètement séduite. Il y a vraiment une harmonie entre l’émotion qui transpire des timbres de voix et l’histoire. On sent une empreinte aussi des voix stéréotypées des années 80. Néanmoins, ils peuvent aussi adopter ces tonalités du black-métal harmonieux, "In Those Times" peut en témoigner. C’est un mélange de douceur et d'ardeur…

L’album suinte de petits airs qui restent jouissifs, comme "The Work". Les trois dernières chansons du CD1 sont des démos de 95. C’est si pur! Ils sont énervés, sans être agressif, méchant. C’est tellement bon. Une vitalité grâce à la batterie! (démo 95 de "The Work"). Le batteur qui a une maîtrise inouïe! Ca rappelle par moments les rythmes entraînants de tam-tam africain ("Ocean Of Faces"). Et alors ces riffs de grattes! C’est à en tomber par terre. C’est trop, trop bon ! Je pense entre autres à ces grattes sur "Pain Injection" ou "In Those Times".

Le CD2, serait la face B. Ce serait même une BO de film. L’atmosphère qui collerait à des images. En fait, l’album est d’une très grande abondance. Effectivement, par exemple, ils nous proposent quatre interprétations différentes de "Ocean Of Faces". Ou de "Pain Injection", ou encore de "Work". Par contre, sur la face B, on a trois perles ! "A Triangular Machine" , "The Uly-Tohas" et "Back To The Surface". Ouwa… j’en ai des frissons. C’est un album magique. C’est un tourbillon de plaisir. Une sensualité qui mue, qui se métamorphose. Et ces guitares sont un délice. J’en veux encore. Qu’on arrête pas cette platine !


Et voilà encore un groupe qui sait faire des notes une atmosphère considérablement fidèle à une histoire tragique de l’humanité. Les Floyd l’avaient déjà fait avant ; eux, l’ont juste intégré à un style plus métal… Je suis extrêmement fière que ce groupe soit d’origine française.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7