3256

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 16/20

LINE UP

-Athera
(chant)

-Cyrus
(guitare)

-Elvorn
(guitare)

-Memnock
(basse)

-Tjodalv
(batterie)

TRACKLIST

1)More
2)Lackluster Day
3)The Clone
4)Distant Memory
5)Release
6)Life Deprived
7)Between The Lines
8)Bound To Come
9)Under
10)Brother
11)Cut From Stone

DISCOGRAPHIE

Cut From Stone (2007)
Attitude (2009)

Susperia - Cut From Stone



Ne laissez pas l’origine norvégienne et la présence de l’ex-batteur de Dimmu Borgir dans les rangs de Susperia vous induire en erreur : de black-metal il n’est nullement question sur ce Cut From Stone. Mélangeant une foultitude d’éléments allant du heavy au stoner en passant par quelques touches power-metal, hardcore et thrash, cet album voit le groupe distiller un métal multiformes et porteur d’une réelle identité. Le groupe a sorti sa première démo en 1999 et trois albums et un EP ont suivi... et quand on écoute ce quatrième album on se dit que se plonger dans le back-catalogue des Norvégiens serait peut-être une bonne idée.

Cut From Stone est en effet une très bonne surprise : non seulement l’album est bon mais il se démarque pas mal de la production actuelle. Le son est réussi, les musiciens sont doués (inutile de revenir sur le niveau de Tjodalv à la batterie), et surtout la formule du combo est aussi accrocheuse que pensée. Le spectre couvert est très large, à l’image des vocaux d’Athera qui se révèle plus que doué au fur et à mesure que l’album avance. Dans le très moderne "More" aux sonorités néo il passe d’un chant agressif/mélodique un peu Hetfieldien à un growl possédé, growl qu’il déchaîne sur un "The Clone" bien thrash où les couplets véloces se voient brisés par des beat-downs faits de rythmiques assassines en salve... avant un refrain ou le chant du bonhomme évoque cette fois-ci Chad de Mudvayne, voire carrément Devin Townsend quand il va taquiner les aigus. C’est une belle performance, et surtout une approche en totale symbiose avec une musique qui part dans beaucoup de directions tout en maintenant une cohésion certaine.

Le pavé de sept minutes "Distant Memories" pose un peu tout ce qu’il y a de bien chez Susperia : sens de la mélodie dans l’intro acoustique, chant toujours surprenant (la voix claire grave d’Athera est superbe, rappelant Corey Taylor), goût prononcé pour le rock graisseux dans les couplets, facilité à lier ce rock à un heavy-metal racé pour une montée en puissance qui force le respect... Susperia jongle avec les sous-genres du métal avec talent. Allant titiller le métal gothique sur "Release", le métal extrême sur "Life Deprived", le power-thrash mélodique avec un "Bound To Come" aux harmonies vocales ultra efficaces ou empruntant temporairement le sens de la syncope de Fear Factory sur "Between The Lines", Susperia s’en sort toujours bien. La cohésion du tout est assurée par le chant, par un certain sens de la mélodie comme du placement rythmique, et surtout par les références permanentes faites au hard-rock via des riffs gras qui sentent la sueur.

Le groupe maîtrise donc très bien son sujet, et cet album ne présente au final que peu de défauts. La variété du propos empêche la lassitude, et le seul regret provient d’une certaine tendance du groupe à restreindre son ambition. Quand on entend ce que donne une longue composition comme "Distant Memory" on regrette que Susperia n’ait pas choisi cette orientation plus souvent, car la quasi-totalité des autres titres font entre trois et cinq minutes. Le groupe ne semble pas décidé à laisser son indéniable sens de la dynamique et des progressions prendre le pas sur la recherche de l’efficacité, et la plupart des titres de Cut From Stone sont presque trop directs. C’est comme si le groupe se limitait, à l’image d’un Athera qui ne sort que trop peu souvent de son chant clair/agressif alors qu’on le sait capable de bien mieux. C’est juste puissant alors que ça pourrait être énorme en somme.


Cut From Stone est un album taillé pour les fans de métal tous styles, ceux qui prendront autant leur pied à l’écoute d’un plan mélodique que d’une déferlante thrash ou un mosh-part hardcore. Susperia est un groupe qui sait rendre sa musique à la fois complexe et catchy, ce qui est digne de louanges... espérons qu’ils évolueront dans le sens de la complexité, car le potentiel que dégage cet album est vraiment conséquent. Un futur poids lourd ?


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2