3253

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11/20

LINE UP

-Sal LoCoco
(chant)

-Lorenzo Antonucci
(guitare)

-Jamie Hunt
(guitare)

-Sid Caballero
(basse)

-Paul Antignani
(batterie)

TRACKLIST

1)Forgotten
2)Scared Of The Unknown
3)The Beginning Of The End
4)Save Your Breath
5)Absorb The Lies
6)All I Have
7)We Hate
8)No Second Chances
9)After The Fall
10)Here Today
11)Weight Of The World

DISCOGRAPHIE


Sworn Enemy - The Beginning Of The End
(2006) - hardcore - Label : Century Media



«Tiens, ça devrait te plaire, c'est du hardcore», me dit Lordlatem en souriant le jour où il me remit ce CD promo. Ce faisant et en toute innocence, il entérinait un bon vieux préjugé affirmant que le hardcore c'est tout le temps pareil. En particulier le hardcore old-school, d'ailleurs. Et en très particulier le hardcore old-school new-yorkais, même. Et il est vrai que tels ses compères musicaux le thrash et le punk, le HxC se base sur une gamme et une seule, et un nombre de rythmes finalement assez restreint. Est-ce à dire que tous les groupes de hardcore old-school se valent? Non! Comme le prouve Sworn Enemy, certains sont moins bons que d'autres.

Franchement, le début de The Beginning Of The End est du style qui fait bonne impression. La production du CD est très réussie: crue comme le veut le genre, elle est tout de même très puissante et la batterie a été particulièrement mise en valeur. Sal LoCoco est un beugleur HxC plus puissant que la moyenne, avec un soupçon de métal très agréable dans le grain. Paul Antignani est l'autre bonne surprise du groupe: son jeu de double pédale est bien supérieur à la moyenne, et la pratique des rythmiques de guitare très rapides doublées à la grosse caisse (comme Fear Factory ou Iced Earth, dans des genres très différents) est une autre des caractéristiques que l'on trouve plaisantes chez Sworn Enemy au début. On peut aussi y discerner une dose de métal assumée dans le discours: le premier titre propose un solo de guitare un peu bateau mais inattendu, et les suivants laissent transparaître des influences Slayeriennes de bon aloi. Puis on passe le cinquième titre, et tout se gâte…

Si The Beginning Of The End s'était arrêté après la quatrième ou la cinquième chanson, on aurait eu un EP extrêmement prometteur. La manière du groupe de lier HxC et métal tout en restant fondamentalement honnête dans sa démarche aurait été saluée, et Sworn Enemy aurait été labellisé "groupe à fort potentiel". Le problème, c'est que toutes les cartes sont abattues dès le départ mais que l'album continue. Passées les bonnes surprises énoncées précédemment, le groupe se met à tourner en rond et on se rend rapidement compte que les parties purement hardcore qu'il balance les deux-tiers du temps n'apportent rien par rapport à tout ce qui a été fait en la matière. Et même les particularités spécifiques au groupe finissent par devenir lassantes, la débauche de double-pédale en premier. Ca se répète, ça ne se renouvelle plus, ça devient donc ennuyeux.


Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit: la musique de Sworn Enemy réjouira les coreux de tous poils et sera sûrement une tuerie en live. Mais les espoirs que donnent les premiers moments à l'amateur de musique que je suis sont retombés comme un soufflé raté une fois le premier tiers de l'album passé, et c'est le genre de choses qui frustre. Après une originalité qui fleurait bon le renouveau, le groupe se vautre dans une avalanche de clichés musicaux comme textuels qui déçoivent franchement (les paroles de "We Hate"…). Ca aurait pu être une bonne grosse baffe, ça ne sera qu'un album sympa de plus. Réservé aux fans du genre, les autres risquent de s'ennuyer plus vite qu'ils ne le croient.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3