3200

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 06 avril 2009
Sa note : 11/20

LINE UP

-Mark Fox
(chant)

-Thom Blunier
(guitare)

-Thomas Muster
(guitare)

-Dominik Pfister
(basse)

-Roger Tanner
(batterie)

TRACKLIST

1)Ashes to Ashes
2)Love & Pain
3)Let Me Lie My Life to You
4)The Illusion of Reality
5)Why
6)The Journey
7)Regressive Evolution
8)Anybody Out There
9)Right Between the Eyes
10)Dirty Money
11)Insanity
12)Hopeless

DISCOGRAPHIE

Fall (2005)
Everest (2009)
Back On Track (2011)
Powerplay (2013)

Shakra - Everest
(2009) - hard rock Hard Melo - Label : AFM Records





Vous connaissez l'expression : « c'est l'arbre qui cache la forêt »? Dans le cas de Shakra, ce serait plutôt le burner qui cache le bol d'eau tiède, mais l'idée est là. Après 10 ans de carrière et une poignée d'albums, les Bernois de Shakra semblent s'essouffler un peu sur Everest, leur dernière création. 50 minutes de hard rock « mélodique » qui peine à se montrer original et catchy.


Pourtant, comme le laissait sous entendre l'introduction de cette chronique, l'album commençait plutôt bien, l'opener "Ashes to Ashes" se révelant diablement efficace! Riff hard/heavy acéré, ligne de chant nerveuse servie par un Mark Fox rageur au possible et solo bien foutu, ça donne envie! Malheureusement le reste est loin d'être à l'avenant : sorti de quelques bons riffs, bien mis en avant par une production « coup de poing » et une pelletée de soli chiadés, les compositions des Suisses peinent à se montrer originales et bandantes. La faute sans doute au manque de refrains accrocheurs (les trois-quarts sentent le radio-friendly, voire le générique de série US, ce qui est pire) et aux couplets poussifs - dommage quand on possède un chanteur de la trempe de Fox! Parce qu'un groupe de hard-melo avec un chanteur qui à la voix rauque et limite agressive, ça peut faire très mal. En tout cas, ça le fait sur quelques titres de l'album.

Outre la déjà citée "Ashes to Ashes", on pourrait également citer la très réussie "Let Me Lie..." qui brille par un riff d'intro catchy et un couple guitare/voix très efficace sur le couplet, la péchue "Right Between the Eyes" ou encore les sympathiques "Insanity", "The Journey", pas originales pour un rond mais qui fonctionnent plutôt pas mal. Pour le reste, on a vite l'impression d'entendre toujours la même chanson (sentiment exacerbé par la production propre, mais un peu froide - un seul son de guitare du début à la fin, une batterie qui sonne un peu boite à rythme)et une chanson pas terrible de surcroit, d'où n'émergent que les excellents soli. Ne parlons même pas des ballades : l'album contient deux vraies ballades (avec guitare acoustique et/ou piano et soli degoulinant) et une power ballad (avec émotion et gros accords qui résonnent) qui frisent le cliché! Décevant...


Bref, voilà un album de hard-melo qui ne fera pas date dans l'histoire : 12 titres, seulement trois qui tiennent la route, pas de quoi se relever la nuit... Venant d'un groupe débutant ce sont des écueils que l'on pourrait comprendre aisément, mais de la part de vieux briscards de la scène hard-rock, c'est impardonnable et ça sent la lassitude. Passez votre tour.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2