320

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Dero
(chant+batterie)

-Crap
(guitare+claviers)

-Flux (guitare+programmation)

TRACKLIST

1)Gott ist ein Popstar!
2)Das Letzte Streichholz
3)Träumst Du?
4)Die Schlinge
5)Du Willst es Doch auch
6)Eine Frau Spricht im Schlaf
7)Mein Schatz
8)Dreh dich nicht um
9)Land in Sicht
10)Tanz in den Tod
11)Ich Will deine Seele
12)Zuviel Liebe kann dich Töten

DISCOGRAPHIE


Oomph! - GlaubeLiebeTod



On aurait bien tort à l'écoute de ce nouvel album de Oomph! de hurler avec les loups "bâââ, ils ne font rien que pomper Rammstein!". Déjà parce que la musique présente sur GlaubeLiebeTod dépasse la sphère du célèbre groupe cité, et surtout parce que si pompe il y a eu, c'est dans l'autre sens. Et oui, Oomph! était là en premier, et a développé en premier ce "tanz-metal" constitué de gros riffs martiaux et d'éléments indus bien avant que Rammstein ne pointe son nez. Fêtant cette année ses quatorze ans de carrière discographique, le groupe en profite pour nous sortir cet album qui marque un net virage pop tout en conservant les caractéristiques fondatrices du combo.

Un album d'Oomph! c'est une production monstrueuse, et le métal-indus-electro teinté de goth des Allemands a donc toute latitude pour s'exprimer, la modernité des nouvelles compos exploitant cet aspect à fond. Le single Gott Ist Ein Popstar, véritable tube, alterne ainsi un son totalement écrasant lors des refrains à guitares et des couplets "dancefloors" dans lesquels la production des effets et samples est exemplaire. Le côté fortement pop de ce titre surprend tout de même, et à l'écoute du reste de l'album il semble désormais évident qu'Oomph! vise les charts et les passages radio. Est-ce un mal? Pas forcément quand on s'y prend bien, et une compo comme Träust Du (qui rappelle par moments Paradise Lost période Host dans l'esprit) déchire tout grâce à un refrain monstrueux qui voit Dero briller au chant sur un riff catchy au possible. Trois minutes vingt-deux au compteur, c'est ce qu'on appelle un single en puissance diablement réussi. Dans ce genre ultra-accrocheur on trouve vraiment son bonheur: la première moitié de l'album est gavée de hits tous assez réussis et plutôt variés.

En fait, le premier déferlement de violence n'arrive qu'en plage six, avec Eine Frau Spricht Im Schlaf et ses riffs brutaux, mais là encore on sent cette pointe commerciale dont le groupe semble ne plus pouvoir se départir. Les couplets indus sont irrésistibles et les velléités de hurlement de l'ami Dero ont été savamment mise à l'arrière lors du mix. L'album semble en tout cas s'éloigner de cet aspect pop omniprésent avec Mein Schatz, titre expérimental très posé qui lie effets numériques et piano assez joliment... mais en fait non. La seconde moitié de GlaubeLiebeTod développe en effet une autre approche de la chanson facile d'accès que le début de l'album, tout en offrant à l'auditeur des chansons tout aussi catchy. Et qui développent presque toutes une influence en commun: Marylin Manson. La tentative expérimentale Man With The Harmonica sonne incroyablement comme les titres de l'ère Antichrist Superstar, et ce n'est malheureusement pas le seul exemple, le rythme sautillant de Mein Schatz en tête.

Ce nouvel album d'Oomph! laisse donc une impression mitigée: le début enthousiasme car les hits ne font pas semblant d'être des hits, mais tout ça reste un peu superficiel et formaté bien que léché. Et dès que le groupe quitte cette approche pour se lancer dans d'autres sonorités, l'ombre de Manson se fait omniprésente. Il suffit d'écouter le début de Land In Sight qui utilise exactement le même rythme et les mêmes sonorités que la célèbre reprise de Tainted Love présente sur The Golden Age Of Grotesque pour réaliser l'ampleur du phénomène. Avec son enfilade de titres radio-friendly de haute volée cet opus d'Oomph! risque de faire un carton gigantesque en Allemagne, mais il garde de fait un statut d'album mineur car le côté artistique a pris un coup dans l'aile au passage. En tout cas il reste très agréable à écouter et plaira probablement au plus grand nombre.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5