32

CHRONIQUE PAR ...

1
Blackmore
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 19/20

LINE UP

-Jerry Sahlin
(synthé+chant+vocoder)

-Ola Andersson
(guitars+chant)

-Peter Asp
(basse)

-Herman Saming
(chant)

-Thomas Lejon
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Wailings From A Building
3)Mr. Landlord
4)Apartment 121
5)Torn By A Phrase – Garden
6)Ted’s Ballad – Attic
7)Dance Of Mr. Gumble
8)Wake Up – Apartment 122
9)Manipulator – Barbeque
10)A Loaded Situation – Surveying
11)The Observer
12)The Cause
13)The Effect
14)Summary
15)Outro

DISCOGRAPHIE


ACT - last epic 2



ACT fait partie des rares outsiders sérieux d’une scène progressive qui a tendance a s’auto plagiée avec le temps. Le genre progressif a toujours été exigeant, ne pardonnant que rarement les écarts, mais consacrant régulièrement les artistes faisant preuve d’inventivité et de virtuosité. Les deux premiers album du groupe ont prouvé qu’un potentiel énorme pouvait émerger de la formation suédoise. Avec Last Epic, premier et dernier (en théorie) concept album que le groupe réalisera, ACT fait preuve d’une maturité exemplaire et ne signe pas moins qu’un des meilleurs album de l’année.

Attention :ce qui va suivre est un condensé d’un avis absolument pas critique mais passionné, ne pouvant me résoudre a écrire quelquechose de sensé je vous laisse avec mes délires ACTiens. Ceux qui n’ont pas trop de temps a perdre peuvent simplement se ruer sur le disque, c’est mieux qu’un long discours. Inutile de dire que j’attendais cet album avec une rare impatience. Après un Today’s Report bluffant et un Imaginary Friend fantastique je ne pouvais cacher mon enthousiasme bien longtemps.

A l’heure ou je vous écris, cela fais bien 2 mois que le disque tourne régulièrement dans ma platine. Il fallait bien cela pour vérifier si l’album tenait la distance et si l’enthousiasme des débuts ne diminuait pas avec le temps. Pas besoin de faire durer un suspens inutile. Cet album est une tuerie totale du début à la fin et ce pour l’éternité ! Pas une fausse note, tout s’enchaîne parfaitement. Une pièce maîtresse en somme.Mais qu’est-ce qui fais d’ACT un groupe si extraordinaire ? Une technique a tout épreuve ? une virtuosité flagrante mis à profit d’une composition musical génial ? un chant enfin original dans le domaine du prog rock/metal ? Les idées qui déferlent telles les météorites de pégases ? L’optimisme et l’ironie masquant subtilement la douce mélancolie que dégage le groupe ? Sans doute tout cela a la fois.

Last Epic est un concept album sur la vie d’un immeuble au sens propre comme au figuré. Effectivement l’immeuble se pose là en observateur d’une multitude de personnages aux caractères tous très différents, chacun présentant leur portion d’humanité. On trouve donc Mister Grumble le largué, Mister Landlord le proprio salaud, Ted le jardinier un peu idiot mais sans doute le plus sain des persos, Amber la manipulatrice ou bien encore le voyeur qui remplie sa vie en « observant » celle des autres. Chacun avec son histoire qui au final va intercepter celle des autres(sans en dévoiler trop non plus). Une histoire originale servie avec l’humour ironique du groupe sur un fond philosophique (sur nos propres manières d’évoluer sur cette terre/immeuble). ACT remplit donc sans problème le cahier des charges de l’histoire intéressante, évoluant sur plusieurs niveaux de lecture différents, tout en restant fun.

Niveau musical c’est un bonheur total. Le disque commence sur une intro de cordes, preuve qu’elles sont toujours présentes pour notre plus grande joie. C’est ensuite un déluge de morceaux tout aussi excellemment variés les uns que les autres qui défileront du début à la fin. Point commun, un niveau technique et une approche prog sur tous les morceaux du disque. Chaque morceau proposera donc son break plus ou moins court, mais toujours fantastique, servie parfois par les sublimes soli de gratte de Ola Andersson. On notera quelques exceptions comme les 2 passages purement instrumentaux de l’album avec Dance of Mr.Grumble et A Loaded Situation qui rendrait vert de jalousie n’importe quel groupe de metal prog. Deux passages carrément géniaux qui sont très proche du meilleurs d’un liquid tension sous prozac !

Les deux morceaux de bravoure du disque sont Torn By a Phrase et le déjà mythique Manipulator. Deux morceaux à classer dans un metal prog des familles et proposant chacun un break instrumental de folie, frais et original. Notons les fantastiques mélodies de Manipulator qui resteront ancrées dans vos petits cervelets pour un long moment. Une ballade est aussi présente sur le disque, la très belle Ted’s Ballad qui représente la première véritable incursion dans le genre pour le groupe. Vu qu’ACT ne fait rien comme les autres, elle resserve aussi ces surprises et représente un morceau tout aussi ludique que le reste du disque. On trouve bien entendu des morceaux indescriptibles qui font le charme du groupe comme Wailling from a Building a la rythmique génialement prog, le mister Landlord assez barge et bien dans l’esprit d’ACT ou encore le « reggae-prog » Wake Up et son soli dément !

La fin du disque est composé de 3 morceaux pop-prog à la sauce ACT proposant chacune des structures intéressantes, des refrains addictifs et petites parties instrumentales exquises. Le dernier morceau, Summary, est très proche de A Supposed Tour et sa rythmique 80’s et reste, comme tout le disque d’ailleurs, un grand moment malgré le fait que l’on peut reprocher a ACT d’avoir repris une rythmique déjà utilisé sur un ancien album(mais la il s’agit de quelques secondes et c’est vraiment pour trouver un petit défaut !).


Ce léger descriptif de la composition du disque ne rend pas du tout justice à la musique du groupe. Car chaque morceau a été pensé comme une chanson. Dis comme ça c’est très con, je sais. Mais réfléchissons un instant, combien de groupes dont les idées partent dans tous les sens arrivent a garder une structure assez solide pour en faire un morceau tout a fait écoutable par tout le monde ? C’est le cas ici ! Les mélodies vocales sont encore un des grands plaisirs du disque et je ne connais aucun groupe qui arrive à la cheville d’ACT quant à la composition de leurs mélodies. L’autre aspect pas encore approché est l’apport de la batterie de Thomas Lejon (évoluant aussi dans Andromeda, nul doute qu’un certain Mike Portnoy a de sérieux soucis a se faire !!!), absolument dément sur toute la longueur du disque et qui rend enfin justice au groupe grâce a son style fin et lourd en même temps. Cette fois-ci, le groupe n’hésite plus a sortir la double grosse caisse lors des passages les plus speed du disque.


C'est vraiment une musique a part que nous propose ACT. C’est parfois complètement barge mais il arrive que ce soit majestueux, c’est souvent terriblement ludique et festif mais aussi triste et mélancolique. Bref avec ACT on rit, on pleure ou on headbangue comme un malade. La musique du groupe est à l’image de ceux qui l’écoutent, humaine avec la variété que cela comprend. Une petite tranche d’humanité en quelque sorte dans le texte comme dans la musique. Un vrai bonheur pour le mélomane averti, pour le metalleux aventureux, pour la petite vieille du dessus, pour ma perruche ou pour mon chat qui l’a bouffée !

Si vous ne l’aviez pas encore compris, ce qu’ACT a fait avec Last Epic tient encore une fois du génie, signant un classique instantané. Take It Easy !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2