3169

CHRONIQUE PAR ...

9
Adam Weishaupt
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mars 2009
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Miss Z
(chant+guitare)

-Vx
(chant+claviers+bruits divers)

-Pierlox
(guitare)

-Polo
(basse)

-Cyril Laurent
(saxophone)

-Xav
(batterie)

TRACKLIST

1)Vietnamsexbomb
2)Living in the City
3)Spiders 375 Necromancers
4)Bloodstone
5)La Muerte Hotel
6)Right To Riot
7)Freewheelin'
8)A Psychosnake
9)Altamont Baby
10)Doctor Doom
11)Altamont Baby (alternate mix)

DISCOGRAPHIE


1969 Was Fine - 1969 Was Fine... But 666 Is Alright!



C'est vrai que 1969, c'était pas mal : La Horde Sauvage, La Nuit des Morts-Vivants, Au Service Secret de Sa Majesté, naissances de héros nationaux comme Ice Cube, David Douillet et Michael Schumacher, morts de Jack Kerouac, Boris Karloff, Sharon Tate et compagnie... 666, en revanche, c'est un peu la dèche. Mais le Moyen Âge, on s'en cogne. Ce side-project des bien nommés Punish Yourself a pour objectif de revisiter le côté obscur de la fin des années 1960, ses dérives idéologiques, sa violence, la grande désillusion, tout ça.

Et à en croire le contenu de l'album, le meilleur moyen qu'a trouvé le groupe de retranscrire la débandade hautement ironique de cette décennie tant adulée, c'est d'avoir collé des intros « atmosphériques » à base de samples parlés ou de bruits étranges à pratiquement tous les morceaux. Je vous laisse imaginer les effets produits par l'abus d'un gimmick aussi peu subtil sur le rythme général, l'articulation des morceaux et la patience de l'auditeur qui découvre tout ça à froid. Au-delà de ce fétichisme de l'intro qui monte, 1969 Was Fine propose une sorte de punk ralenti teinté de claviers, de touches éparses mais bienvenues de saxophone, à la production baveuse et un peu faiblarde (on se demande vraiment ce que fait Motörhead dans la liste d'influences) mais qui a le mérite d'être personnelle …

Bref, c'est ni plus ni moins qu'un mélange entre du sous-Hawkwind et du post-punk, relevé par une légère pointe d'indus (surtout au niveau du son, donc, et du chant). Quelques bonnes idées et riffs sympas, tout de même : "Vietnamsexbomb", pas dénuée d'un swing plaisant, très dynamique à défaut d'être particulièrement surprenante ; "Living in the City", pleine de basse ronflante et de cowbell ; "Bloodstone", qui ferait presque revenir sur l'incompréhension précédente au sujet de Motörhead, parce que c'est vrai que le riff principal n'aurait presque pas choqué sur Orgasmatron… Tout ceci étant compensé par "Altamont Baby", moment fatidique où ceux qui en avaient déjà un peu marre de ce bazar vont s'arrêter pour passer à autre chose, tandis que les amateurs de ce genre d'exactions tourbillonnantes tomberont à genoux devant tant de radicalité.


On peut toujours se faire l'avocat du kiff et saluer le côté Do It Yourself, l'absence de compromis, la personnalité, mais dur de passer outre le problème récurrent de l'intro bourbeuse et une certaine mollesse d'ensemble qui freine l'enthousiasme. 1969 Was Fine… But 666 Is Alright! plaira sûrement aux férus de Punish Yourself, aux éventuels passionnés du côté obscur des années 60 et aux curieux à qui je n'inspire pas confiance. Les autres peuvent se cantonner à leurs classiques, ils ne rateront pas grand-chose.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3