3162

CHRONIQUE PAR ...

68
Ronnie
Cette chronique a été mise en ligne le 23 mars 2009
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Tobias Sammet
(chant)

-Dirk Sauer
(guitare)

-Jens Ludwig
(guitare)

-Tobias Exxel
(basse)

-Felix Bohnke
(batterie)

TRACKLIST

CD 1
1)Welcome to the Opera (Intro)
2)Fallen Angels
3)Tears of a Mandrake
4)Babylon
5)Land of the Miracle
6)Painting on the Wall
7)Wings of a Dream
8)The Headless Game
9)The Pharaoh

CD 2
1)Vain Glory Opera
2)Solitary Bunny (Drum Solo)
3)Save Us Now
4)How Many Miles
5)Inside
6)Avantasia
7)Out of Control

DISCOGRAPHIE


Edguy - Burning Down The Opera
(2003) - speed metal mélodique - Label : AFM Records



En 2001 Edguy sortait un quatrième album, le contesté Mandrake, s'en est suivi une tournée mondiale d'une année avec presque soixante-dix shows répartis dans vingt-trois pays. Ce double live est le témoignage de cette épopée: en effet toutes les dates de la tournée ont été enregistrées, pour finalement garder les morceaux qui constituent le Burning Down The Opera sorti en 2003. Edguy c'est une expérience live, un groupe très second degré (mais professionnels avec leurs instruments) qui se fait plaisir, une réussite qui n'est au final pas anodine.

Une forme de communion entre le public et le groupe est perceptible à l'écoute de cet album. Cela est surtout dû à son chanteur et meneur Tobias Sammet qui n'est pas sans rappeler un certain Bruce Dickinson (inutile de préciser son groupe...enfin je l'espère pour vous), il a le même type de charisme et de facilité à haranguer les foules. On l'entend très souvent communiquer avec les spectateurs autant dans les breaks que dans les chansons parfois même remaniées dans cette optique. "The Headless Game" est coupée au milieu pour faire chanter le public, dans "Wings of a Dream" on a droit à des bruits d'animaux de la ferme, "How Many Miles" allongée de 4 minutes pour faire dire « How many miles » au public, le monsieur est nargueur ! La fameuse "Marche des gendarmes" sera entonnée deux fois par le public (décidément elle est restée dans les mémoires cette chanson, surtout en France!).

Parmi les seize morceaux (dont une intro et un solo de batterie), cinq sont extraits du dernier opus, bien qu'il manque quelques hits tel "Jerusalem". De plus on retrouve deux morceaux du projet solo de sieur Sammet, l'éponyme "Avantasia" ainsi que "Inside". Cette dernière constitue l'une des deux ballades de l'album avec la magnifique "Land of the Miracle", le groupe ayant toujours eu de l'affection pour ce type d'exercice. Le solo de batterie sobrement intitulé "Solitary Bunny Drum Solo", est une piste plus que dispensable. Non pas que la prestation de Felix soit mauvaise, loin de là, c'est un bon batteur, mais cette démonstration n'a rien d'exceptionnelle, surtout lorsqu'elle est immortalisée sur un album. Le point positif aussi pour les fans Français c'est qu'une bonne partie de l'album est tirée du passage dans l'Hexagone du Mandrake Tour. Il suffit d'entendre Tobi dire « Come on Paris », « Ça va la France? », « Merci Paris » et j'en passe.

En ce qui concerne la prestation technique des musiciens et le son, les deux sont impeccables. Tobias a réenregistré quelques voix - comme il l'a déclaré lui-même en interview - : le monsieur manque parfois de justesse en live, ce n'est un secret pour personne, mais il est tout pardonné grâce à ses prestations scéniques. Pour le reste des instruments, nous sommes proches de la perfection. On rappellera qu'il s'agit de la set-list de la tournée (bien qu'elle ait évolué de concert en concert), donc c'est un peu comme s'ils avaient gardé la meilleure version de chaque morceau en une cinquantaine de prises. Quelques pains perceptibles ici ou là, mais le tout est extrêmement propre sachant que le groupe n'a fait que très peu d'overdubs sur le reste des instruments. Le son est homogène et puissant, tout en étant épuré (on n'est que sur du deux guitares rappelons-le) mais l'énergie dépensée par le groupe en live est très bien retranscrite au travers de ce CD.


Tous les albums (sauf leur premier Savage Poetry) sont passés en revue, ainsi chaque période de fan y trouve son compte. Edguy en live, comme énoncé plus haut, c'est un groupe de scène et même si beaucoup ont décroché sur album, le public reste unanime quand il s'agit d'approuver l'excellence de la performance scénique des Germaniques. Ils nous le prouvent une fois de plus avec ce Burning Down The Opera...Vivement un DVD!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6