3155

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 mars 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Arsène
(chant)

-Shiro
(chant)

-Chamka
(guitare)

-Ben
(guitare)

-Clem
(basse)

-Bastos
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Violente mélancolie
3)Nouvelle drogue
4)Je regarde le monde
5)La nuit
6)J'aime
7)La théorie des armures
8)L'avenir sera
9)Entre les lignes
10)Nos désirs sont désordre
11)Instable
12)Interlude
13)L'enfer c'est le nôtre

DISCOGRAPHIE


L'Esprit Du Clan - L'Enfer, C'est Le Nôtre



On ne peut pas tout connaître... M'intéressant de près à la scène métal francophone depuis des années le nom de l'Esprit du Clan m'était évidemment familier, mais je n'avais jamais eu l'occasion de poser réellement une oreille sur la production des franciliens. L'Enfer, C'est Le Nôtre est donc le premier album sur lequel les Éternels se penchent franchement, et vue la qualité du thrash / death / core pratiqué par le groupe, nul doute que nous aurons l'occasion de combler nos lacunes avec enthousiasme à l'avenir. En attendant ce jour, examinons ce chapitre IV...

Ceux qui en sont restés à l'étiquette frenchcore risquent de voir leurs préjugés atomisés par cet album : nulle trace de néo jumpy là-dedans, L'Esprit Du Clan pratique un métal dont le thrash reste la principale influence. On trouve de plus dans l'intro instrumentale "Violente mélancolie" une influence heavy-metal très marquée et très bien maîtrisée, les mélodies de guitare se mariant très bien aux rythmiques en salves pour un résultat presque metalcore. Les instrumentistes sont extrêmement carrés voire techniques - batterie en tête - et la production très pro assurée par le tandem Mickael Dupont (prise de son, mix) et Tue Madsen (mastering) rend le tout massif à souhait. Le double chant Arsène / Shiro se place lui dans une mouvance hardcore /death, ce qui élargit encore la palette d'un groupe qui se pose dans une approche résolument moderne du métal au sens large. Moderne ne voulant pas dire facile : on ne trouve dans leur musique aucun des gimmicks énervants que la scène metalcore a pu nous déverser dessus durant les dernières années. Il s'agit avant tout de thrash mélodique hurlé, d'un son qui cogne dur avec précision et véhémence.

L'album est assez homogène dans son approche : les riffs sont généralement véloces et affûtés et les textes en français de la paire de gueulards se posent dessus avec talent. La grosse différence se fait au niveau de la part de mélodie des parties de guitare : on va de riffs hyper mélodiques dans "L'avenir sera" - qui sonne presque comme du Trivium – à une approche beaucoup plus basée sur les atmosphères dans "Entre les lignes". Ce titre lie un plan d'intro et de refrain presque contemplatif à un couplet de thrashcore qui ramone sévèrement, alors que d'un autre côté "La théorie des armures" frôle le death grâce à son blast-beat furieux... avant de balancer un beatdown metalcore de tous les diables puis un refrain hyper fédérateur. Là encore le batteur inspire le respect tant il maintient le tout dans le champ du métal dur voire extrême : la double-pédale est d'une précision chirurgicale et les différents breaks et roulements sont systématiquement supersoniques. Le groupe arrive même à surprendre ici et là en collant des plans inattendus, telle l'outro atmosphérique de "La théorie des armures" ou l'interlude symphonique à la Cradle qui précède le morceau-titre.

On trouve de très belle réussites sur cet album, la chanson "J'aime" en premier lieu. Le titre n'est pas à prendre au deuxième degré : il s'agit effectivement d'une chanson d'amour... en thrash. Et non seulement entendre un texte (réellement) tendre et touchant beuglé sur de la double au taquet produit un effet saisissant, mais au niveau purement musical le titre est une tuerie. La manière dont le groupe louvoie entre approche old-school et thrash moderne est bluffante (les fans de The ARRS devraient adorer), la compo varie les tempos et enchaîne les plans sans cesse, le solo de guitare est réussi... rien à jeter. Malheureusement tous les titres de l'album n'ont pas une identité aussi forte, et le défaut principal de L'Enfer, C'est Le Nôtre finit par être son homogénéité. En tant que bloc de métal hyper bien fait et alignant de l'idée au kilomètre c'est une réussite indéniable, mais on compte au final peu de chansons se détachant réellement. On retient bien un riff ou un plan particulièrement puissant (l'intro heavy-thrash de "Instable", miam !) mais rarement une compo entière. La faute peut-être à un sens du refrain à développer ? Quoiqu'il en soit ça reste bien balaise.


L'Esprit Du Clan livre avec cet album un beau condensé de métal puissant et racé qui plaira énormément à tous les amateurs de violence intelligente. Le talent du groupe est indéniable et il ne leur manque pas grand-chose pour s'affirmer comme une référence dans leur genre. C'est en tous cas une nouvelle raison d'être fier de la scène francophone, qui se révèle un peu plus riche et solide d'année en année.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2