3153

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 22 mars 2009
Sa note : 11/20

LINE UP

-Philippe K.
(chant)

-Sylvain L.
(guitare)

-Benjamin R.
(guitare)

-LeX T.
(basse)

-Julien J.
(batterie)

TRACKLIST

1)Voici l'homme
2)Interzone
3)Ils me dérobent
4)Avec mes drougs
5)Saturne résonne

DISCOGRAPHIE


Les Tsars - Projet Monarch (EP)
(2009) - electro pop rock - Label : Freaksound Music




Au commencement était PORN, groupe d'indus lyonnais assez sombre ayant déjà sorti deux albums et tourné un peu partout. Et il se trouve qu'un jour les membres de PORN ont eu envie de varier les plaisirs, de sortir du cadre, de voir un peu la lumière... et ainsi naquirent les Tsars, qui présentent leur musique comme « un rock puissant agrémenté de refrains pop et accrocheurs ». Encore une belle démonstration du fait que les mêmes mots n'ont pas le même sens pour les mêmes personnes.


Au noyau de PORN se sont ajoutés deux guitaristes (Julien J. étant passé à la batterie), et c'est sûrement la présence de ces gratteux qui est censée faire passer la musique de Projet Monarch pour du rock puissant... sauf que non. La production de l'EP étant particulièrement léchée et professionnelle, le fait que les grattes en question sonnent d'une manière totalement clinique et soient dépourvues d'un quelconque grain agressif ne peut être que volontaire. Et l'équilibre en devient soudainement inversé : tout ça fait penser avant tout à de la variétoche musclée, une pop à tendance légèrement rock qui évoque même Sinclair sur l'opener funkysant "Voici l'homme". L'élément électro est par contre toujours là et il est authentique, l'intégration des machines étant d'ailleurs une des forces l'EP : l'intro de "Ils me dérobent" est très réussie et les nappes se mélangent parfaitement aux instruments organiques une fois que ceux-ci débarquent. Le solo de guitare particulièrement pertinent de ce même titre permet de confirmer une autre donnée importante : en bons musiciens de pop, les Tsars savent jouer en plus d'être doués en arrangements. Malheureusement ça ne fait pas tout.

Le parti-pris vocal de Philippe K. est saisissant par rapport à PORN : maniéré à l'extrême, hyper sucré dans ses inflexions, le chanteur évoque sans cesse Benjamin Poher de Kyo dans ce qu'il peut avoir de plus irritant. Quant aux textes en français ils ne rattrapent pas vraiment la sauce : sous des annonces ronflantes d'influences glorieuses (Orwell, Céline, K. Dick et j'en passe) on ne trouve que des paroles assez banales dont le décalage avec la musique est parfois très gênant. A l'exception de la ballade au piano "Saturne résonne" les titres sont plutôt joyeux et enlevés, du coup quand les textes dénoncent l'inhumain dans l'humain ("Voici l'homme") ou que le chanteur incarne un personnage de criminel urbain sadique ("Avec mes drougs") tout ça se rapproche dangereusement du hors-sujet. La démarche n'est pas du tout à mettre en cause, ce genre de décalage peut parfois donner des résultats particulièrement profonds voire dérangeants... mais là non, ça tombe juste à plat. Sorti de ce défaut on ne peut que constater que le groupe remplit le cahier des charges de la pop : il sait poser des refrains catchy et basculer entre pop et rock ("Interzone") et manier l'émotion sans trop se planter ("Saturne résonne"). Mais de là à marquer les esprits...


Si Projet Monarch réussit à trouver le chemin des radios FM le succès pourrait très bien être au rendez-vous. Cet EP donne l'impression persistante d'avoir été composé en ce sens, et force est de constater que le produit est bien torché. Mais comme tous les produits il y manque quelque chose d'inquantifiable, d'indéfinissable et pourtant d'essentiel : l'âme...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2