315

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Johan Lindstrand
(chant)

-Mikael Lagerblad
(guitare)

-Pekka Kiviaho
(guitare)

-Robert Axelsson
(basse+chant)

-Marek Dobrowolski
(batterie)

TRACKLIST

1)Mine for the Taking
2)Knights in Satan's Service
3)Such A Sick Boy
4)The Supreme Butcher
5)The Sun Never Shines
6)See Them Burn
7)Nightmare in Ashes and Blood
8)He's Back (the Man Behind the Mask)
9)Heaven Knows No Pain
10)Hail the King

DISCOGRAPHIE





C'est pratique de sortir d'un combo réputé et estimé à raison : avant même la sortie de 21st Century Killing Machine le buzz autour du « nouveau groupe de Johan Lindstrand de The Crown » était conséquent, et One Man Army And The Undead Quartet a pu partir en tournée avec Children Of Bodom dans toute l'Europe dès la sortie de son premier album! Le groupe a donc eu l'opportunité d'engranger un maximum d'expérience en peu de temps, et cet Error In Evolution était attendu au tournant pour voir si ces conditions ultra-favorables de début de carrière leur avaient profité.

Pour les fans de The Crown n'ayant pas écouté le premier album de One Man Army, il est bon de préciser que le nouveau groupe de Lindstrand ne pratique pas le même type de métal : le thrash est dominant dans Error In Evolution et la musique est en général bien moins violente que le death hystérique et ultracorrosif du regretté combo de Magnus Olsfelt (qui restera une des références ultimes du genre pour beaucoup). Ces mêmes fans seront par contre très heureux de retrouver le growl écorché et reconnaissable entre mille du vocaliste : toujours aussi grave et agressif, le chant de Lindstrand - principal songwriter - reste égal à lui-même, c'est à dire surpuissant. Sa voix est bien mise en valeur par la prod qui est au passage puissante, claire et laisse même profiter de la basse, ce qui vaut toujours le coup d'être souligné.

Le thrash/death de One Man Army reste résolument moderne : le mid-tempo domine, les riffs en salves à la Fear Factory sont fréquents, les rythmiques catchy aussi... aucun doute, on est bien face à un groupe suédois! Les riffs sont tous pensés pour en mettre plein la tronche de l'auditeur, et si les leads de guitare ne sont pas systématiques elles sont en général bien pensées et assez mélodiques. Le groupe ne crache pas sur une petite partie mosh/hardcore par moments pour la lier à des riffs fleurant bon le thrash allemand ("Such A Sick Boy"), et la principale nouveauté de cet album par rapport au précédent est la plus grande variété du chant : Lindstrand module ses cris et surtout balance de temps à autres un chant clair ou clair-agressif qui passe très bien comme dans "Mine For The Taking", "Heaven Knows No Pain" ou la reprise d'Alice Cooper "He's Back (The Man Behind The Mask)".

Ce chant clair occasionnel reste malheureusement un des seuls points différenciant Error In Evolution de 21st Century Killing Machine, et le deuxième album des One Man Army reprend de plus un défaut du premier : l'incapacité de groupe à être inspiré dans leur style de prédilection. Les passages thrash qui constituent 90% du disque sont catchy et puissants mais n'ont rien d'original ou d'exceptionnel, et comme sur le premier album c'est quand la bande à Lindstrand expérimente qu'elle fait vraiment mal... mais elle expérimente toujours aussi peu. "Heaven Knows No Pain" et ses fortes influences melodeath ressort franchement du lot, mais c'est la seule compo dans ce style! De la même manière les titres speed font bien plus mal que les mid-tempos mais représentent une minorité... on a l'impression que le groupe se refuse à exploiter son potentiel et c'est assez énervant à la longue.


Cet Error In Evolution souffre donc du "syndrome The More Things Change" : il aurait fait un premier album assez puissant, mais ce n'est pas un premier album. Reprenant les points forts et les points faibles de 21st Century Killing Machine sans apporter grand-chose, ce deuxième album de One Man Army & The Undead Quartet déçoit logiquement au vu des attentes qu'il avait suscitées. Il reste un disque de thrash/death moderne très sympa et pas mauvais du tout, mais ce n'est pas avec cet album que le groupe passera au niveau supérieur.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4