3143

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 14 mars 2009
Sa note : 14/20

LINE UP

-Nicklas Barker
(chant+guitare)

-Jan Erik Liljeström
(chant+basse)

-Anna Sofi Dahlberg
(voix+claviers)

-Peter Nordins
(batterie+percussions)

TRACKLIST

1) Monolith
2) Ricochet
3) The War Is Over
4) What Should but Did Not Die
5) SW4
6) Gravity
7) The Games We Play
8) Seljak

DISCOGRAPHIE

Vemod (1993)
Nucleus (1995)
From Within (1999)
Gravity (2003)
A Time Of Day (2007)

Anekdoten - Gravity
(2003) - rock prog pop - Label : Musea Virta Arcangelo



Anekdoten est un groupe suédois ayant largement contribué au renouveau du prog suédois des années 1990, en particulier grâce à leurs deux premiers opus Vemod en 1993 et Nucleus en 1995, un Nucleus bougrement efficace. On se souvient également d'un From Within de 1999 un peu en-dessous des deux premiers, pour cause de légère molasse, mais il restait ceci dit un bon album. La question est donc en cette année 2003 de savoir si Anekdoten a continué avec Gravity, présentement chroniqué, sur la voix du prog psyché ou si au contraire on aura plutôt droit à quelque chose de plus pop.

On commence sur le titre "Monolith", qui s'écoute très bien, et qui comme introduction est tout aussi efficace qu'un "From Within". Encore un pur morceau en début d'album. Les mélodies, tout en étant relativement calmes, sont excellentes. Les accords sont sympathiques, et la ligne de voix du guitariste Nicklas Barker est tout à fait remarquable. Elle est d'ailleurs harmonisée de manière assez conventionnelle par rapport à ce que l'on a pu entendre chez le groupe. La deuxième partie du morceau, instrumentale, s'étale quant à elle un peu sur la longueur, et bien que les claviers soutiennent des enchaînements puissants, on attend à certains moments qu'il se passe quelque chose. Le solo de guitare est lui aussi des plus agréables, même si on est loin de l'intensité d'un "Nucleus". Bref, comme toujours, un morceau d'ouverture parmi les meilleurs chez nos quatre Suédois !
Ceci dit, ce premier morceau, tout comme la suite, confirme ce que nous annonçait l'album From Within, sorti quatre ans avant la galette présentement chroniquée, c'est-à-dire que le quatuor a définitivement mis de côté l'aspect psychédélique de sa musique, tout en évoluant vers un style bien plus mollasson que celui qui caractérisait leur musique à leurs débuts. Ceci n'empêchera en rien l'auditeur d'apprécier certains perles de ce disque, comme le très réussi "Ricochet", morceau aux sonorités plutôt pop mais néanmoins des plus écoutables, et de toute façon beaucoup trop bon pour passer sur les grandes ondes, entre autres grâce au feeling du chanteur, qui, pour l'occasion, est le bassiste du groupe. Il y a d'ailleurs un effet d'écho sur sa voix qui souligne son côté extrêmement expressif. À noter un petit solo de farfisa qui fera son petit effet.
Parmi les autres choses qui valent le détour sur cet album, citons le titre "The War Is Over", qui rappelera à certains le fameux "Planet Caravan", ou encore le plaisant (mais sans plus) "What Should but Did Not Die". À noter un morceau largement en-dessous de la prestation habituelle du groupe, j'ai nommé "The Games We Play", bien qu'il faille admettre qu'il y a de l'idée, mais pas assez creusée... on lui concèdera tout de même un côté savoureux. Précisons aussi que le titre de clôture nous fera oublier les quelques passages un peu moins intéressants que contient le disque, puisqu'on y trouve rythmes plus recherchés, mélodies plus séduisantes et variations dignes de ce nom. Tout ceci dit, on peut quand même s'interroger sur la qualité globale de cet album, surtout lorsque, une fois de plus, on le compare à d'autres sorties de la bande à Nicklas.


Un album sympathique, mais bien en-dessous de ce à quoi nos quatre musiciens venus du Nord nous avaient habitués. Le côté psychédélique n'est plus là, et il y a un tantinet moins de travail du point de vue rythmique. Mais le disque s'écoute néanmoins très bien, et on ne refusera pas d'y savourer trois ou quatre perles.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7