313

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9/20

LINE UP

-Simon
(chant)

-Sigtyr
(guitare)

-Andreas
(basse)

-Reno
(batterie)

TRACKLIST

1)Flesh Of Havoc
2)Bitter Discipline
3)The Humane Rape Symphony
4)Black Walls Of Misery
5)Division Of Genocide Pleasure
6)Swamp Of Decadence (Intro)
7)Symbols Of Inhumanity
8)Fix Of Negativity
9)Graveside Mourning
10)Parasite Paradise

DISCOGRAPHIE


Exmortem - Nihilistic Contentment
(2005) - brutal death - Label : Earache Records



Veux-tu du brutal death? En veux-tu, en voilà! Exmortem se fait un chantre du genre et ne dévie de sa trajectoire pour ainsi dire jamais. Le monde sera brutal ou ne sera pas, pas de place pour la demi mesure ici ou pour la couille molle. Non, on ne fait pas dans la dentelle car la finesse est une denrée de faibles. Vous situez un peu mieux Exmortem du coup avec ces quelques lignes non? Et si toujours pas, sachez que Exmortem joue du brutal death, c’est fait, c’est dit.

Tout commence avec "Flesh Havoc" qui avec ses relents de "Pounded Into Dust" de Cannibal Corpse annonce la couleur. D’ailleurs on enchaîne sur une "Bitter Discipline" qui fait à son tour penser à "Once Upon the Cross" de Deicide. A chaque fois il s’agit juste d’une partie spécifique de la chanson, mais les ressemblances sont frappantes. Vous aurez par là même deviné quelles sont les influences du groupe… Bref, le groupe joue et joue vite et semble ne devoir s’arrêter qu’à de très rares occasions. Les riffs partent à la vitesse de la lumière et les blasts semblent ne devoir jamais cesser. A ce sujet, le batteur Reno (ex-Dimmu Borgir) abat un travail au moins sur le plan physique assez impressionnant. Ca part bien vite tout ça! Là-dessus vous rajoutez comme il se doit un chant grognard mais malheureusement un peu écorché à la hardcore staïle par moments et ça ne passe pas tellement bien avec la musique. Le bon gros ours des cavernes fait nettement mieux l’affaire.

Que reste-t-il à dire? Ben pas grand-chose malheureusement, car aussi bien jouée et aussi violente la musique soit-elle on a vraiment du mal à faire la différence entre les chansons. Pour tout vous dire, j’ai mis le CD sur repeat en boucle et je ne me suis même pas aperçu qu’il était reparti du début! Ca vous donne un aperçu de la répétitivité de l’album. Car voilà son énorme problème, il est death brutal et death brutal uniquement. Il n’y a absolument rien d’autre sur la galette. Du point 0 ou point FIN. Et il faut avouer que mes tympans sont ressortis terriblement éprouvés par l’écoute de ce CD. On est franchement soulagé quand il s’arrête! Et ça forcément, ça n’annonce rien de bon.


Exmortem fait partie de ces groupes qui savent jouer, pas de doute, qui savent enchaîner les riffs pas trop mauvais, mais qui ne savent pas composer dans le sens où un album entier, ça ne passe pas. Une chanson ok, mais un album non, et pourtant il ne dure que trente-deux minutes. Résultat, à force de pilonner à tout va, Exmortem ennuie et épuise les tympans, et pas dans le bon sens du terme. Un disque qui ne conviendra vraiment qu’aux plus adorateurs du brutal death. Toute autre personne passera son chemin.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3