3117

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 08 mars 2009
Sa note : 15/20

LINE UP

-Nicklas Barker
(guitare+mellotron+chant)

-Jan Erik Liljeström
(basse+chant)

-Anna Sofi Dahlberg
(mellotron+claviers+violoncelle+voix)

-Peter Nordins
(batterie+percussions)


TRACKLIST

1) From Within
2) Kiss of Life
3) Groundbound
4) Hole
5) Slow Fire
6) Firefly
7) The Sun Absolute
8) For Someone

DISCOGRAPHIE

Vemod (1993)
Nucleus (1995)
From Within (1999)
Gravity (2003)
A Time Of Day (2007)

Anekdoten - From Within
(1999) - rock prog - Label : Musea Virta Arcangelo



Après avoir sorti deux albums des plus respectables, à savoir un Vemod pour le moins très crimsonien en 1993 et le plus personnel mais néanmoins excellent Nucleus deux ans plus tard, nos quatre Suédois remettent le couvert en cette année 1999 avec leur troisième full-length album From Within. À grands coups de mellotron, de basse saturée, de rythmes cassés, de structures progressives et de mélodies tordues, la bande nous a habitués à de la musique aussi intéressante qu'agréable. Ce nouvel album sera-t-il aussi sombre et dissonant que ses deux prédecesseurs ?

On commence sur le titre "From Within" avec à titre d'introduction une petite ligne de basse sympa et des petits coups de cymbales accompagnant quelques accords de guitare. Quelques secondes après, le premier riff de l'album se dévoile, et il est d'une grande beauté. Aucune prouesse mais une mélodie bien trouvée et surtout, une batterie exécutée à merveille, peu prévisible. Arrive ensuite le chant du guitariste Nicklas Barker, qui, allié à la succession d'accords du morceau, est des plus efficaces. Et puis, bien sûr, le break au mellotron, dont on saura apprécier le final, marquant une transition vers le riff du couplet qui revient et qui semble encore plus puissant qu'au début... bref, il s'agit là d'un morceau tout à fait excellent, bien qu'il semble dégager un peu moins de vigueur qu'un "Karelia" ou un "Nucleus", alias les introductions des précédents albums.
Anekdoten fait partie de ces groupes qui paraissent agréables dès la première écoute, mais dont la musique semble s'améliorer au fil de celles-ci. La voix simple du chanteur/guitariste donne un côté quelque peu implicite aux émotions transmises par les compositions du quatuor suédois. Mais ces émotions sont bel et bien là, au fil des écoutes, et tout à fait perceptibles pour quiconque saura tendre un peu l'oreille. Soulignons par exemple le magnifique refrain (si l'on puit dire) de "Slow Fire", dont la qualité repose aussi sur le fait qu'il est borné par deux passages habilement ficelés, ou encore le bien sympathique passage récurrent servant d'introduction au titre "Hole", avec une nappe de claviers bien peu discrète mais si bien utilisée. Enfin, citons le très bon arpège de guitare saturée juste ce qu'il faut du morceau "Firefly", avec une fois de plus une ligne vocale tout à fait énorme.
Passons aux reproches. Avec ses deux précédents albums, le groupe avait marqué un point dans le domaine du rock progressif psychédélique, particulièrement avec leur opus Nucleus, contribuant ainsi largement au renouveau du prog suédois. Mais les éléments qui avaient à l'époque fait la qualité de leur musique ne sont plus présents sur cet album, ou le sont moins : les riffs tordus à souhait sont devenus plus gentils, plus mous, à l'exception de quelques passages, comme ce riff un peu psyché dans "Groundbound". De plus, les ambiances véhiculées ici sont moins fortes, moins oppressantes. L'album est ainsi rendu plus accessible, plus pop, plus gentil, mais donc aussi plus mollasson et donc moins bon.


Le troisième album d'Anekdoten est sans conteste moins bon que son prédécesseur Nucleus. Ceci-dit, il reste très agréable à écouter, et contient tout de même quelques perles qui valent le détour. Et puis, disons-le une fois de plus, pire ne veut pas dire mauvais...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6