3109

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 04 mars 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-Silver Steff
(chant)

-Dirty Lyo
(guitare)

-Dirty Seb
(basse)

-Silver Gregg
(batterie)

TRACKLIST

1)Somebody Help Me
2)I Need Some Action
3)Come Along
4)Leave It Alone
5)Little D
6)Barfly
7)Alright
8)Forever Shine
9)Way Outta Line
10)So Many Times

DISCOGRAPHIE

Never Give Up (2009)

Silver Dirt - Never Give Up
(2009) - rock hard rock - Label : Gofannon Records



Tout droit arrivés de leur Suisse natale, les Silver Dirt proposent avec Never Give Up leur second album : 40 min de rock énervé joué par des mecs pas nerveux pour un rond. Comprenez bien : Silver Dirt ne fait pas de rock calme et détendu, mais plutôt du rock seventies teinté de Hard/Sleaze et d'allusions à AC/DC. Seulement ils sont bien loin d'avoir l'énergie dévastatrice de leurs ainés (ou de certains de leurs contemporains) et on a parfois l'impression d'être revenu au bon temps des Walkman où la mort des piles était annoncée par le frustrant ralentissement des morceaux.

On ouvre les hostilités avec "Somebody Help Me" : riff sympa, bonne basse et bonne voix, ça commence plutôt bien. Soudain, au détour d'un coup de caisse claire mollasson déboule le refrain et c'est le drame : il n'y a pas un gramme d'énergie ! Mais où elle est la belle patate que l'on est en droit d'attendre d'un groupe qui se réclame des grands noms seventies? Parce que quand on lit que le groupe est fan des Who et des Ramones et fut un cover-band de Led Zeppelin on est un peu étonné par le rendu : ca manque clairement de jus (pour ne pas dire de gros mots)! Si encore la suite s'avérait plus burnée, l'affront serait lavé, mais le seconde piste, prophétiquement baptisée "I Need Some Action", ne nous laisse pas espérer grand chose. Passée une intro très « nasty », légèrement crescendo, on attend de pied ferme un refrain qui va remettre les pendules à l'heure dans un grand feu d'artifice de guitares et de chant extatique. Il n'arrivera jamais...

Surtout que le reste est à l'avenant : les pistes s'accumulent et les Silver Dirt ne parviennent que bien peu de fois à créer le frisson. Les riffs manquent de puissance, les refrains n'accrochent pas et le batteur manque cruellement de frappe (et n'est pas spécialement aidé par la prod') : on s'ennuie ferme, même sur les morceaux up-tempo. Il manque d'un petit quelque chose à Silver Dirt, un petit supplément d'âme, une bonne décharge d'adrenaline (ou peut être un enregistrement plus live?) qui transformerait le rock seventies pas désagréable des Silver Dirt en véritable torpille rock n roll! Surtout que l'on entraperçoit sur des morceaux comme "Leave It Alone" (garni d'un bel hommage à "Let There Be Rock"), "Way Outta Line" - ou encore "So Many Times" - le potentiel des Suisses : les guitaristes savent se montrer acérés, les soli sortent tout seuls et le chanteur à une voix légèrement rocailleuse qui se prête au style pratiqué. Dommage.


S'il est un style ou l'on ne peut pas se permettre de consensus mou, c'est bien le rock n roll... Il faut que ça sente les amplis qui bourdonnent, les mecs qui transpirent et les bières qui attendent au frais. Malheureusement pour nos amis Suisses, leurs morceaux, du reste bien construits, mériteraient d'être plus habités : alors on fait chauffer les lampes, on ressert les peaux des futs et on envoie!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6