3104

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Vorphalack
(guitare+chant)

-Kaos
(guitare)

-Masmiseim
(basse)

-Xy
(claviers)

TRACKLIST

1)Exodus
2)Tribes Of Cain
3)Son Of Earth (Remix)
4)Winter Solstice
5)Ceremony Of The Opposite (Remix)
6)From Malkuth To Kether
7)

DISCOGRAPHIE

Worship Him (1991)
Blood Ritual (1992)
Ceremony Of Opposites (1994)
Rebellion (1995)
Passage (1997)
Exodus (1998)
Eternal (1999)
Reign Of Light (2004)
On Earth (2005)
Era One / Lesson In Magic 1 (2006)
Solar Soul (2007)
Above (2009)
Antigod (2010)
Lux Mundi (2011)

Samael - Exodus
(1998) - black metal electro - Label : Century Media



Vous avez aimé Passage, l’album énorme, le tournant dans la discographie de Samael, une référence dans le milieu Métal depuis cette année fatidique qu’est 1997 ? Alors vous aimerez Exodus, le coupe-faim de Samael avant Eternal. Exodus reprend à peu près le même concept que pour Rebellion, à savoir offrir un EP avec trois titres nouveaux, trois reprises de Samael et un titre hybride new/reprise reprenant les paroles de "Son Of Earth" sur un concept techno. Quoique inclassable, Exodus est un exercice de style surprenant, mené par une boite à rythme de génie, comme sur Passage, et le son Samael est des plus jouissifs.

Même visuellement, le concept suit celui de Passage, avec ce décollement dans les confins de l’univers… Le son quant à lui est surprenant, profond, intelligent…sur "Exodus" par exemple avec ces riffs pesants et une utilisation du piano des plus judicieuses et des sonorités variées d’orgues ou encore de pizzicati. Tout coule comme on aimerait que ce soit, tous les sons sortent comme on souhaiterait les entendre. La voix de Vorph une fois encore sévit et mène la danse avec son accent extrême, sûre d’elle, imposante, parfois en filigrane.

"Tribes of Caîn" nous entraîne dans une ambiance d’orgues sombres, avec une voix toujours plus profonde. Le jeu du clavier n’arrive pas à déstabiliser la violence et le charisme de cette composition. Dans un registre plus mélodique encore, "Winter Solstice" propose de voler dans les airs sur un fond de pianos. N’oublions pas que Xy le génie compose toutes les musiques ! C’est calme, tranquille, presque nostalgique. Et Vorph arrive toujours dans le même registre de voix à faire passer la bonne émotion sur le bon ton. Non mais vraiment ce clavier… je suis jaloux. Il arrive parfois de rêver à des musiques sans pouvoir les retranscrire dans le réalité. Xy le fait, lui.

Et voilà l’éternel recommencement avec cette fois les reprises de "Son Of Earth" et "Ceremony Of Opposites", tirés de l’album éponyme à ce dernier titre. En tout cas et comme d’habitude, ces titres prennent une toute nouvelle ampleur, gagnent en charisme et en son.. . "Son of Earth" est plus puissant, le mur de guitares implacable, avec un remaniement du morceau au milieu, intégrant des sonorités électros et technos. C’est tout simplement énorme, si à priori on aime ce genre de mélange. La subtilité et la puissance sont deux ingrédients que Samael a toujours su mélanger avec succès, et cette reprise reprend vie grâce à cela, tout comme "Ceremony of Opposites", qui gagne en ampleur et devient un titre grandiose, avec un effet sur les voix pour rendre l’atmosphère encore plus chaotique qu’elle ne l’est déjà, vraiment une voix sombre et juste. La batterie programmée ajoute un soupçon d’infaillibilité et soulève les parties de Xy au clavier pour nous mener plus loin dans cette impression d’Armaggedon. Vive les chœurs !


Exodus nous emmène pour les deux derniers titres dans un univers bien plus électronique et atmosphérique, avec une irrésistible envie de pogoter et headbanguer. "From Malkuth To Kether" reprend une idée de "Son Of Earth" avec des composantes techno/metal ultra entraînantes. Samael est fan des reprises de ses propres remix ! Tout est bon à réutiliser, transformer, y ajouter de nouvelles sonorités, une nouvelle forme qui prend à chaque repassage une allure inspirée de l’actuel Samael. De même pour le titre caché, réédition du "Static Journey" léger et agréable de Rebellion.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4