3101

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Vorphalack
(guitare+chant)

-Masmiseim
(basse)

-Xytras
(claviers+batterie)

TRACKLIST

1)Sleep of Death
2)Worship Him
3)Knowledge of the Ancient Kingdom
4)Morbid Metal
5)Rite of Cthulhu
6)The Black Face
7)Into the Pentagram
8)Messengers of the Light
9)Last Benediction
10)The Dark

DISCOGRAPHIE

Worship Him (1991)
Blood Ritual (1992)
Ceremony Of Opposites (1994)
Rebellion (1995)
Passage (1997)
Exodus (1998)
Eternal (1999)
Reign Of Light (2004)
On Earth (2005)
Era One / Lesson In Magic 1 (2006)
Solar Soul (2007)
Above (2009)
Antigod (2010)
Lux Mundi (2011)

Samael - Worship Him
(1991) - black metal - Label : Osmose



Première offrande de Samael, Worship Him sonne comme du Black Metal, ni plus ni moins, avec le son ‘garage’ du début des années 1990 alors que les jeunes groupes underground de l’époque ne possédaient pas le sou pour pouvoir se permettre une production à la hauteur de leurs ambitions indiscutables. Ce disque ravit généralement les plus puristes du monde Metal Extrême. Finalement le Black Metal, malgré toute l’essence ancestrale, moyenâgeuse et primitive qu’on essaie de lui attribuer, est un phénomène bien récent. Et les débuts des groupes que l’on connaît aujourd’hui nous paraissent… tellement plus lointains ! C’est le cas de Worship Him, qui a vu le jour en 1991, pilier historique de Samael, bien qu’il ne soit pas l’album le plus indispensable du groupe.

Musicalement, c’est très cru, très simple, très vrai. C’est la musique composée par cinq âmes qui viennent de se rencontrer et qui ouvrent le premier chapitre d’une longue histoire. Le tempo est moyen, ni trop rapide, ni pesant (dans le sens négatif), et les titres sont une succession de rythmiques qui soulèvent du début à la fin toute une palette de variations et d’émotions, comme "Rite of Chtulhu" et sa sombre atmosphère démoniaque, un vrai rite. On sent dans cet album les influences Heavy de Celtic Frost, Ozzy Osbourne, Venom… mais surtout la griffe de Samael qui ressort des ambiances lourdes et accrocheuses. Sa personnalité suinte déjà des riffs Metal et rythmiques de batteries.

Évidemment, impossible de passer outre le cultissime "Into The Pentagram", titre le plus long de l’album, et qui porte dans ses veines le sang et le génie de Samael. "Into The Pentagram" est effrayant dès l’introduction, avec les plaintes hurlées de Vorphalack, les larsens ouvrant notre imagination vers un monde de souffrance intolérable ou les portes le referment à coup batteries lourdes et insistantes. Le tempo lent, l’enchaînement des riffs étouffés simplement démoniaques, les changements de tonalités, la voix extrême et crue de Vorphalack font de ce titre un régal, un exutoire des plus mauvaises choses qui nous sont arrivées à tous. "Sleep Of Death" et "Morbid Metal" sont de très bons titres, énervés, entraînants, crus (encore une fois !), ou l’on entend plus les cymbales que les toms.


C’est en conclusion assez efficace, avec de superbes passages mélodiques sur "Morbid Metal". L’intermède "Last Benediction" aux claviers n’est pas là pour rassurer l’auditeur. Ce titre aurait dû servir d’outro pour bien nous assurer que les dés sont jetés, qu’il n’existe rien de plus noir ici-bas. Worship Him est donc un album d’apparence basique, au son cru et aux compositions un peu répétitives. Mais il faut aller plus loin que ça et ressentir la noirceur, la peur et le blasphème derrière chaque morceau, et le voyage vers un monde peu rassurant est garanti, le son underground en plus !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5