3046

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été mise en ligne le 23 février 2009
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jesse Barnett
(chant)

-Justin Rutherford
(guitare)

-Casey Lagos
(guitare)

-Noah Calvin
(basse)

-Elliott Sellers
(batterie)

TRACKLIST

1)We're What Separates the Heart From the Heartless
2)Impact
3)Part of Me
4)Enough Is Enough
5)Accessory Children
6)Comes From the Heart
7)Tonight's Entertainment
8)We Must Look Like Ants From Up There
9)Driving Force
10)Looking For the Surface

DISCOGRAPHIE


Stick To Your Guns - Comes From The Heart
(2009) - hardcore metalcore - Label : Century Media



Attention, si vous jouez chez vous l'indice doit s'afficher sur votre écran... nous y sommes. C'est la finale. Valérie, Roger, êtes-vous prêts ? Attatiaaaaaaaan... TOP ! Je refuse. Je résiste. Je proteste. Je suis contre. Je m'élève. Je dénie. Je conteste. Je dis non. Je n'abandonne pas. Je représente mes proches. Je suis loyal. Je suis honnête. Je suis solide. Je ne me soumettrai pas. J'ai une paire comme deux ballons de foot. Et je suis très fâché.
Je fais du, je fais duuuuu ??? MAIS OUI ROGER, JE FAIS DU HARDCORE, PARFAITEMENT ! Et c'est donc VOUS, Roger, qui repartez avec cette superbe cafetière électronique en inox émaillé !


Et non seulement je fais du hardcore mais je fais du hardcore varié, pourrait-on ajouter. Stick To Your Guns a en effet trouvé une bonne façon de ne pas faire du hardcore linéaire en variant l'approche chronologique. Le fil rouge évident est le chant braillé du sieur Jesse Barnett : liant un phrasé véhément à la Jamey Jasta a un grain plus violent que la moyenne pour le genre, il mène la troupe à la baguette et représente le côté le plus trve / old-school de la musique proposée. Pour le reste c'est simple : depuis la création du genre au début des années 80 jusqu'à nos jours le hardcore a connu plusieurs évolutions et Stick To Your Guns passe par à peu près toutes. Le stade le plus récent étant le metalcore, on en retrouve dans quelques compos : des rythmiques en salve à double pédale ajoutée de "Accessory children" et "Tonight's Entertainment" au chant clair qui surgit ici et là dans "Driving Force" ou "Impact", les deux étant en général liés d'ailleurs. Mais ce n'est pas du tout une tendance dominante : "Part Of Me" est très clairement crossover (comprendre avec une grosse louche de thrash dans le core) et "We Must Look Like Ants From Up There" donnera un gros coup de nostalgie aux fans du hardcore punk du début des nineties.

Ne nous leurrons pas non plus : si cette approche du voyage dans le temps a un côté plaisant indéniable, Stick To Your Guns a malheureusement fait le choix de mettre en avant les points communs des différents genres abordés plutôt que leurs différences. Le résultat est qu'un puriste du hardcore détectera les variations évoquées à la première écoute alors que le pékin moyen aura l'impression d'entendre le même titre répété à l'envi. Le groupe reste ainsi englué dans un genre de hardcore générique où les seuls moment marquants sont ceux où le style original est mis de côté. Nommément le break acoustique chanté de "Enough's Enough", "Searching for the Surface" dont les guitares lead de rajoutent une couleur punk californien qu'on ne retrouve sur aucune autre chanson du disque, l'excellent interlude instrumental "Comes From the Heart"... et c'est à peu près tout. On pourrait éventuellement ajouter le refrain de "Driving Force" et ses guitares heavy-metal, mais en général il faut vraiment faire un effort de concentration excessif pour identifier les caractéristiques qui différencient un titre d'un autre, la faute à une production écrasante mais ne variant jamais d'un pouce et à des gimmicks trop systématiques (ah, ces "choeurs" de rugbymen en rut !).


Stick To Your Guns vient donc rejoindre l'immense horde de ces groupes qui accrochent l'oreille quand ils s'éloignent de leur formule de base, mais qui ne le font pas assez souvent pour que l'intérêt persiste. Leur puissance et l'efficacité brute de leur son restent honorables et rendent l'écoute de ce Comes From The Heart loin d'être désagréable... mais une fois l'album fini il ne reste pas grand-chose.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5