3032

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 21 février 2009
Sa note : 17/20

LINE UP

-Wattie Buchan
(chant)

-Jamie Buchan
(guitare)

-Jim Gray
(basse)

-Willie Buchan
(batterie)

TRACKLIST

1)Beat the Bastards
2)Affected by Them
3)Don't Blame Me
4)Law for the Rich
5)System Fucked Up
6)They Lie
7)If You're Sad
8)Fightback
9)Massacre of Innocents
10)Police TV
11)Sea of Blood
12)Fifteen Years
13)Serial Killer

DISCOGRAPHIE


The Exploited - Beat The Bastards
(1996) - hardcore punk - Label : Rough Justice



Nous sommes en 1996, Wattie connaît quelques problèmes personnels alors que sa bande est désormais devenus un symbole du punk et a d'ores et déjà mis un pied dans le metal avec ses dernières sorties, en particulier avec l'album The Massacre en 1990. La question est à présent de savoir si l'évolution du groupe suivra cette direction et si cet album confirmera que The Exploited peut bel et bien être considéré comme un groupe de metal, malgré son statut de véritable représentant de la scène punk, de la fin des 70's à nos jours.

On commence par le titre éponyme "Beat the Bastards", avec en guise d'introduction un extrait tiré du film Twin Peaks. Après cette courte intro, on se heurte à un gros riff thrashy et on comprend tout de suite à quel genre d'album on a affaire. Au vu des titres des chansons ("Law for the Rich", "System Fucked Up", ...) l'esprit de l'album est clairement situé du côté du punk, fait qui sera largement confirmé par le chant et plus précisément par les paroles, crues, directes, qui rentrent dans le tas, en l'occurence dans le tas des leaders politiques dont l'album ne cesse de dénoncer la corruption. D'ailleurs, les différents sons issus du film Orange Mécanique ne sont pas là par hasard.

Musicalement, c'est toujours un genre de punk mais doté de guitares très saturées et d'une percussion bien violente, sans oublier une voix correctement hurlée. On se rapproche donc dangereusement du thrash avec tout de même un tantinet moins de retenue que dans le thrash traditionnel, donnant au final un style surnommé le Punkcore. Le côté punk sera cependant bien plus perceptible en live. Les mélodies sont très simples, les successions d'accords ne sont pas spécialement recherchées non-plus, mais c'est vraiment bien exécuté, c'est propre, et c'est produit avec soin. Même remarque pour les solos de guitare. Malgré la relative simplicité musicale de l'album, les morceaux de ces exploités-là sont des plus efficaces.

Soulignons la présence de morceaux plus contenus, plus lents, et par la même occasion plus affinés, comme les excellents "Serial Killer" ou "If You're Sad", occasions supplémentaires de nous montrer à quel point les musiciens présents sur cette galette sont carrés, ce qui, allié à l'ambiance punk, est très intéressant. D'autres morceaux bien plus rapides ne sont toutefois pas moins excellents, comme c'est le cas du titre "Massacre of Innocents", dont on retiendra le magnifique départ après l'opéra/flash-info lui servant d'introduction. Le titre du morceau ne sera pas sans nous rappeler l'opus précédent du groupe, le très bon The Massacre, sorti 6 ans plutôt...


... et duquel le petit frère Beat The Bastards n'a rien à envier. Bien que l'esprit punk soit toujours très présent, que ce soit dans les paroles ou dans la musique, la bande est désormais bel et bien un groupe de metal, metal dont la communauté n'a pas tari d'éloge au sujet de cet album, et à juste titre : il est tout simplement culte. Tout comme sa pochette, qui contient la première version du logo de la période de renouveau d'Exploited.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5