303

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 10/20

LINE UP

-Amy Lee
(chant+piano)

-John LeCompt
(guitare)

-Will Boyd
(basse)

-Rocky Gray
(batterie)

-Terry Balsalmo
(guitare)

TRACKLIST

1)Haunted
2)Going Under
3)Everybody’s Fool
4)Thoughtless
5)My Last Breath
6)Farther Away
7)Breathe No More
8)My Immortal
9)Bring Me To Life
10)Tourniquet
11)Imaginary
12)Whisper
13)Missing (inédit Cd)
14)My Immortal (clip)
15)Everybody’s Fool (clip)
16)Bring Me To Life (clip)
17)Going Under (clip)

DISCOGRAPHIE


Evanescence - Anywhere But Home (DVD)



En voilà une bonne surprise: Evanescence sort un DVD! Franchement, si même les groupes de metal underground s'y mettent, où va-t-on? Il est vrai que l'ère du tout-numérique incite tous les groupes, aussi peu connus soient-ils, à mettre sur les rails un DVD d'un de leurs concerts, histoire de montrer ce qu'ils ont dans le ventre sur scène, de vendre un peu plus que les quelques misérables copies qui parsèment les rayons metal de votre échoppe préférée. Le DVD, c'est bien, le DVD, c'est hype.

Mais lorsque l'on voit de quoi Opeth est capable sur son dernier DVD (devenu entre-temps mètre-étalon pour toutes les autres sorties), on se demande, et c'est là que mon ironie tranchante de cette introduction tombe à plat, de qui se moque Evanescence, qui a quand même vendu plus de millions de disques en un album, que ne le fera Opeth dans toute sa carrière. Et là, soudainement, on trouve le monde terriblement, mais alors horriblement injuste. Quand Opeth nous gratifie d'un DVD techniquement proche de la perfection (montage, son, image), Evanescence roule tout ce petit monde dans la farine et le pire, c'est que la majorité aveuglée ("oué, se concert c tro d'la balle, y déchire tou pir ke celui 2 Kyo") n'y verra que du feu!

Alors attention, que les grandes gueules se rasseyent tout de suite et ne perdent pas leur temps, ce n'est pas parce que c'est Evanescence, que je crache sur leur dernière sortie. Ni parce que c'est "commercial" (mais qu'il m'énerve cet argument à deux balles), moi qui aurait plutôt tendance à défendre ce groupe. Mais tout simplement parce que le contenu de ce bundle DVD/CD, vendu certes peu cher (dix-huit euros), justifie finalement son prix par la médiocrité de son contenu, aussi bien d'un point de vue technique que du concert et des bonus proposés. N'y allons pas par quatre chemins: il y a clairement du (plusieurs) foutage(s) de gueule de la part d'une maison de disques encore bien peu scrupuleuse sue ce coup-là.

L'objet principal de ce DVD, c'est un concert donné au Zénith de Paris cette année. L'arène géante fait se côtoyer adolescents clichesques et fans de metal purs et durs, ce qui est une preuve qu'Evanescence plaît, malgré son côté marketing prononcé, pour sa musique et pour sa chanteuse, Amy Lee, en forme(s) comme à son habitude. Point de vue line-up, le départ du co-leader Ben Moody ne se fait pas sentir. Tout le monde se démène, headbangue comme un malade et Amy Lee, même si sa voix tiraille légèrement de temps à autre, se met même à angelagossower un court instant sur le refrain de "Bring Me To Life", hymne définitif du groupe. Tout-va-bien... Jusqu'à ce que l'on se rende compte que les quinze plus ou moins banalisés titres du concert, dont une très bonne reprise de "Thoughtless" (Korn) qui démontre les (bonnes) influences du groupe, sont expédiés en cinquante-cinq minutes! Court pour un DVD, surtout qu'ils ont tout de même de la matière musicale à exploiter... Premier foutage de gueule. Prenez une pilule de Dream Theater trois fois par jour pendant un an, merci.

Second foutage de gueule: un montage comme j'en avais jamais vu de plus débile, qui dénature une image et un son plutôt bons: alignant les dizaines de plans à la seconde pour tenter de rendre compte du dynamisme du concert, les épileptiques vont nous faire une crise par visionnage de ce DVD. J'en ai même détourné le regard quelques instants pour retrouver toute mon acuité visuelle, sinon je finissais aveugle et la bave aux lèvres. Les lights sont foireux, le dynamisme retombe comme un soufflé, ce DVD accumule les fautes de goût. Plaçant des ralentis "style" où le bon sens voudrait qu'il y ait plutôt un beau travelling latéral, le montage avoue bien plus de faiblesses que de qualités. Heureusement, pas de stroboscopie à l'horizon, sinon on serait passé à côté d'un bien bel objet de convoitise pour les neurologues.

Troisième foutage de gueule: des bonus, mais comble du stupide, pour la plupart non traduits. Les concepteurs de ce DVD ont dû trop abuser de substances aliénantes: pour un produit destiné au plus grand nombre (dont une partie malheureusement unilingue), il n'y a pas eu de localisation. Ce n'étaient pas les moyens qui manquaient pourtant...Faute de cela, les délires plus ou moins alcoolisés du groupe, les prises de vue avant concert perdent de leur déjà faible intérêt. Les clips, quant à eux, matraqués, burinés sur toutes les chaînes vingt fois par jour n'ont plus aucune valeur collector, sauf peut-être celui de "My Immortal" que je continue de trouver sublime.

Quatrième foutage de gueule, plus général celui-là: quand on voit que ce bundle DVD/CD est vendu à ce prix, on a du mal à expliquer les prix si élevés en général d'un simple album. A moins que le groupe ait décidé d'un commun accord de payer de leur poche une grosse partie des frais destinés à la conception de ce DVD. Mais cela m'étonnerait grandement... Malgré cela, je continue à penser que Evanescence vaut bien mieux que ce bundle pâlichon.


J'attends le prochain album du groupe, qui, je l'espère, va enfin démontrer qu'il a beaucoup tiré de ses influences metal (rêvons et prions mes frères et soeurs, amen). Bref, pour ceux qui ont continué de lire cette chronique-autodafé, autant vous dire que le CD (copié-collé audio du DVD) est à la rigueur, préférable à son pendant DVD. Au moins, il ne vous cassera que les oreilles...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3