3026

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 15 février 2009
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Kurt Cobain
(chant+guitare)

-Krist Novoselic
(basse+accordéon+guitare)

-Pat Smear
(guitare)

-Dave Grohl
(batterie+chant+basse)

+

-Curt Kirkwood
(guitare+chœurs)

-Cris Kirkwood
(basse+chœurs)

-Lori Goldston
(violoncelle)

TRACKLIST

1)About a Girl
2)Come As You Are
3)Jesus Doesn't Want Me for a Sunbeam
4)The Man Who Sold the World
5)Pennyroyal Tea
6)Dumb
7)Polly
8)On a Plain
9)Something in the Way
10)Plateau
11)Oh Me
12)Lake of Fire
13)All Apologies
14)Where Did You Sleep Last Night

DISCOGRAPHIE


Nirvana - MTV Unplugged in New York
(1994) - rock accoustique, grunge - Label : Geffen Records



Dans le genre exploitation ultra-commerciale de l'image d'une défunte célébrité, on a rarement fait mieux que ce live Unplugged à New-York de Nirvana. Pour preuve, le single Where Did You Sleep Last Night prévu à l'origine a été remplacé par la galette que nous chroniquons présentement, vendue à ce jour à 7 millions d'exemplaires, sortie 7 mois environ après le décès de Kurt Cobain et 1 an après son enregistrement, qui eut lieu le 18 novembre 1993. C'est pourtant pour le plus grand plaisir de nos oreilles que ce live, devenu pour beaucoup une véritable icône de l'émission Unplugged, fut commercialisé.

On commence par le titre "About a Girl", sorti à l'origine en 1989 sur le premier album du groupe, Bleach, assez peu connu à l'époque (« Most people don't know it...») Une grande partie du public de l'époque découvre donc ce morceau, alors que les fans plus contemporains auront peut-être eu l'occasion d'entendre la version initiale d'abord. Quoiqu'il en soit, la voix de Kurt a entretemps quelque peu évolué vers un timbre plus rauque, chose qui a contribué à faire de la musique de Nirvana quelque chose d'original et de sympathique à écouter. Toujours est-il que nous sommes ici en présence d'un morceau bien ficelé, avec une piste de voix agréable et des petits accords tout à fait efficaces. De la musique fluide, qui s'écoute très bien. On enchaîne ensuite vers des choses plus connues, comme "Come As You Are" ou encore "On a Plain". La guitare de Kurt est correctement grattée, et nous offre des sonorités contribuant à faire de ce concert enregistré un disque des plus plaisants.

Certains morceaux prennent d'ailleurs une signification complètement différente avec cette nouvelle dimension accoustique, comme c'est le cas des titres "All Apologies" et "Pennyroyal Tea". Citons également le titre "Something in the Way", qui, bien qu'assez similaire à sa version album, est dotée d'un feeling quelque peu différent, c'est à peine perceptible, mais bel et bien présent. Ceci se traduit par la manière de chanter un peu plus crue qui remplace le petit effet de chœurs de l'album, ou encore par les petits arpèges qui se substituent à la piste de gratte de Nevermind. On ne peut pas parler de ce disque sans évoquer les titres repris qu'il contient. Citons donc pour commencer l'excellente reprise de "The Man Who Sold the World" de David Bowie, titre auquel le timbre de Kurt et le style du jeu du groupe collent parfaitement, et "Jesus Don't Want Me for a Sunbeam" de The Vaselines. En deuxième partie de concert, nous avons droit à trois morceaux des excellents Meat Puppets, à savoir "Oh Me", "Lake of Fire" et "Plateau", issus de leur album Meat Puppets II.

Pour l'occasion, les frères Curtwood sont présents sur scène et les bienheureux possesseurs du DVD apprécieront la manière avec laquelle ils entrent en scène : ils débarquent en jeans et chemises de bûcherons, grattent quelques accords de "Sweet Home Alabama" de Lynyrd Skynyrd, Cobain ne comprend pas pourquoi le public applaudit avant que Dave Grohl ne mette sa batterie par-dessus. On retiendra le « Oh » d'exclamation du chanteur qui reconnaît alors le morceau et se met à fredonner. On finit sur ce qui est peut-être le point fort de ce disque, "Where Did You Sleep Last Night", également connue sous le nom de "In the Pines", qui est une adaptation qu'a faite le bluesman Leadbelly d'un morceau traditionnel du folklore américain. Au final, le fait que ces versions des chansons soient plus connues que leurs interprétations originales est une preuve supplémentaire de la notoriété de Nirvana.


Un disque tout à fait excellent, qu'on ne se lasse pas d'écouter. Un bon son, des chansons bien fluides, un Kurt Cobain à l'aise, sans parler de ses petites blagues entre les chansons... on regrettera finalement la coupure au montage d'extraits de "Sweet Home Alabama" avant "Plateau" ou encore de "In Bloom". Mais le matériel présent ici est largement suffisant pour nous montrer un Nirvana avec une approche alternative. Un CD (et depuis le 19 novembre 2007 un DVD) à recommander non-seulement à ceux qui veulent découvrir ou redécouvrir Nirvana, mais aussi à ceux qui tout simplement apprécient la musique peinarde.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4