3018

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été mise en ligne le 10 février 2009
Sa note : 6/20

LINE UP

-Mark "Barney" Greenway
(chant)

-Mitch Harris
(guitare+chant)

-Shane Embury
(basse)

-Danny Herrera
(batterie)

TRACKLIST

1)Strong Arm
2)Diktat
3)Work to Rule
4)On the Brink of Extinction
5)Time Waits for No Slave
6)Life and Limb
7)Downbeat Clique
8)Fallacy Dominion
9)Passive Tense
10)Larency of the Heart
11)Procrastination on the Empty Vessel
12)Feeling Redundant
13)A No-Sided Argument
14)De-evolution Ad Nauseum

DISCOGRAPHIE


Napalm Death - Time Waits For No Slave
(2009) - grindcore - Label : Century Media



Et un album de plus, un ! Que ce soit la pochette ou le titre de l'album, avec ses connotations sociales habituelles, on sait à quoi s'en tenir. On commence à le savoir, Napalm Death tourne méchamment en rond depuis Order Of The Leech et ce n'est pas Time Waits For No Slave qui viendra casser cette routine. En fait, Napalm Death se retrouve exactement dans la même situation que Cannibal Corpse à l'époque Bloodthirst, Gore Obsessed et The Wretched Spawn.

En effet, à l'instar de Cannibal Corpse, les albums de Napalm Death se suivent et se ressemblent, sont plus ou moins inspirés et deviennent franchement pénibles à la longue. Sans vouloir relancer le débat vieux comme le monde sur l'innovation et la stagnation, force est de constater qu'un groupe peut très bien proposer un album qui n'apporte rien, ce qui ne l'empêche pas de tout fracasser sur son passage, exemple avec Kill de Cannibal Corpse. Mais pas de bol pour Napalm Death, la sauce ne prend pas... mais pas du tout même. Encore avec The Code Is Red... Long Live The Code, les amateurs de bourrin pouvaient y trouver leur compte. Mais avec Time Waits For No Slave, on a vraiment l'impression d'écouter une parodie de Napalm Death, avec des riffs peu inspirés, du bourrinage vain et stérile. Pour commencer, les vocaux de Barney sont nuls... putain, c'est quoi cette saturation sur sa voix ? On dirait qu'elle a été trafiquée. Les effets « modernes » sur les voix du refrain de "Fallacy Dominion" sont horribles.

Ensuite, les backing vocals de Mitch Harris deviennent vraiment gonflants à la longue, ce procédé est devenu systématique au fil des années alors qu'avant, Mitch Harris intervenait rarement et c'était bien mieux comme ça. Enfin, depuis Enemy Of The Music Business, on le sait, Napalm Death est revenu à du speed, après plusieurs années de ralentissement de tempos (de Fear, Emptiness, Despair à Words From The Exit Wound). Depuis ce retour au speed en 2000, leur grind est devenu plus technique... trop technique même, à force de vouloir enchaîner 50 riffs différents sur un même morceau, on finit par ne plus savoir où se donner de la tête et on perd de vue l'essentiel c'est-à-dire l'efficacité ! Ben ouais, pour bourriner avec des vieux riffs bien bas de front, des grognements d'ours mal léché et de l'efficacité à tous les étages, rien n'égalera un bon vieux Utopia Banished
 
Et enfin, dernier problème, Napalm Death semble vouloir bouffer à tous les râteliers : du grind-death bien bourrin à la Utopia Banished par ci, des sonorités "indus" à la Fear, Emptiness, Despair et Diatribes par là, on garde les acquis des derniers albums, on assemble le tout et le tour est joué ! Du coup, à force de mélanger toutes les périodes du groupe, Time Waits For No Slave manque cruellement d'identité. Parmi les bonnes choses de ce disque (faut vraiment les chercher), "Times Waits for No Slave" et ses sonorités "indus" rappelle l'époque Diatribes, "A No-Sided Argument" se défend aussi surtout grâce à son solo de guitare très punk... oui, vous avez bien lu, y'a un solo ! Si ma mémoire est bonne, cela faisait presque 20 ans que Napalm Death n'avait pas casé un solo sur un de ses albums, la dernière fois remonte à Harmony Corruption ! Ça doit bien être la seule surprise de tout le disque d'ailleurs ! A part ça, les titres speeds sont mauvais et ne se retiennent pas, les riffs sont nuls ("De-evolution Ad Nauseum", "Strong Arm", "Diktat"), c'est du Enemy Of The Music Business en pas bien. Même les références à la période Fear, Emptiness, Despair et Diatribes sont ratées ("Work to Rule", "Passive Tense").


Comme d'habitude, les amateurs de Napalm Death, les gars qui veulent du speed et du bien bourrin, sans trop faire attention à la qualité de la marchandise, ceux là devraient se satisfaire de Time Waits For No Slave. Sans surprise, la plupart des chroniques présentes sur le web sont positives. Pour le reste, je crois que l'on tient là le plus mauvais disque de Napalm Death. Bien malin celui qui parviendra à dénicher un classique de la trempe de "The World Keeps Turning", "Breed to Breathe" ou "Greed Killing" dans toute cette médiocrité.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6