2984

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Cornelius von Jackhelin
(tout)

+ guests


TRACKLIST

1)Ragnarok
2)Shock & Awe
3)Erlkönig
4)Army Of Odin (Hafrsjord)
5)Master Hunter
6)Rattenfänger
7)Grimmer Than Ugly
8)Walpurgisnacht
9)Satz - Die Flamme
10)Satz - Meister Mephisto

DISCOGRAPHIE

Meister Mephisto (2005)
Über (2006)

Sturmgeist - Meister Mephisto
(2005) - dark metal - Label : Season Of Mist



Premier effort solo d’un pur thrasheux teuton, Meister Mephisto vise à vous emmener dans les verts pâturages du black allemand. Se réclamant d’obédience norvégienne et viking à la fois, on peut se demander ce que notre Cornelius von Jackhelin va nous proposer. Sachant qu’en plus il a été membre de Borknagar pendant un temps, le CD commence à intriguer. Néanmoins la méfiance reste de mise car n’oublions pas que nous sommes en présence d’un Allemand et qu’il faut s’attendre à une accumulation incroyable de clichés stéréotypés. Faites donc tourner les platines DJ pour nous éclairer que diantre!

Surprise! Pas de true black ou même de black traditionnel. Non. Ce qui saute immédiatement aux oreilles c’est le chant en allemand. Difficile d’avouer qu’une langue est un moteur musical, mais il faut bien s’incliner et reconnaître que cette langue si mélodieuse apporte un côté fortement martial à la musique de Sturmgeist. Côté martial renforcé par l’utilisation de riffs en syncope et de rythmiques pour le moins hachées. Il y a là une véritable volonté du compositeur. D’ailleurs, bien loin de faire penser à un groupe de black novégien ou viking, on pense plutôt à du Rammstein pour le rythme et certains riffs ou même Samael. D’autant que le chant se rapprocherait de ces deux lascars en étant peu écorché, même si je dois avouer ma connaissance (très) limitée de ces deux groupes.

Heureuse surprise que voilà. Nous évitons quasiment tous les clichés! Sturmgeist part sur de bien meilleures bases que prévues. En plus les chansons sont assez entraînantes dans leur genre et cette alchimie martiale se passe agréablement bien. Ca change de tous les groupes de black de base. En fait de black on pourrait plutôt parler de heavy/black car l’ensemble n’est pas excessivement violent ni glacial. Tout au plus des roulements de double grosse caisse de temps à autre. Mais pas d’attaque frontale, cela reste toujours dans les domaines du supportable pour n’importe qu’elle paire de tympans habituée à du metal. Sachant que derrière vous aurez des riffs sympa et mélodiques malgré leur caractère syncopé pour certains. La pilule passera facilement pour tout amateur de heavy.

Enfin le dernier point, ce sont les claviers. Relativement présents dans les compositions, ils apportent leur touche symphonico-mélodique à l’ensemble et rendent la musique encore plus facile d’approche. En effet avec leur son doux et acidulé ils satisferont n’importe quelle oreille peu encline à la violence. C’est marrant car entre l’Allemand, la martialité, les mélodies et les claviers on se retrouve avec un mélange certes pas révolutionnaire mais tout à fait écoutable. On sent que le monsieur Cornelius a du bagage dans sa besace et cela lui évite pas mal d’écueils d’un premier album et notamment la faiblesse de certaines chansons ou le manque de développement des bonnes idées. Ici tout semble correctement dosé à part peut-être un léger essoufflement sur la fin.



Bon, ne vous attendez pas non plus à l’album du siècle, mais partez à l’écoute l’ouïe confiante. Encore plus si vous aimez les groupes précités. Pour ma part je suis agréablement surpris et après un temps d’adaptation (je suis un fervent adulateur de Dark Throne), j’apprécie cet album. Du bon. En attendant la suite.

P.S: juste un petit mot sur la pochette, excellente (notez le degré d’alcoolémie).


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7