2972

CHRONIQUE PAR ...

2
Cosmic Camel Clash
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13/20

LINE UP

-Alessandro Brignanti
(chant)

-Filippo Bendinelli
(guitare)

-Raffaello Terreni
(guitare)

-Emiliano D'Alessio
(basse)

-Luca Lembo
(batterie)

TRACKLIST

1)4 - 8 - 2
2)Fear To Live
3)Doom
4)Black Sun
5)Abyss
6)Last Dawn
7)Forever
8)Inside The Room Of My Heart
9)Loneliness
10)The Cage
11)Pain
12)Frozen
13)The World Is Drowning Down

DISCOGRAPHIE

Soul Inside (2005)
Soul Inside? (2005)

Str8 - Soul Inside
(2005) - rock mélodique - Label : Rising Works Records



Le métal italien est en pleine phase de diversification, et c'est bien. Après une trop longue période où les seuls groupes qui passaient les Alpes donnaient sempiternellement dans le même métal mélodico-sympho-speed sans saveur, on ne peut plus aujourd'hui savoir à quoi ressemblera la musique d'un groupe italien quand on met le CD dans le lecteur. Cet album de Str8 est un bon exemple: le combo joue en effet un rock mélodique assez sympa qui ne vous fatiguera nullement le cortex à l'écoute, et qui pourrait même vous réserver quelques moments de joie.

Le début de cet album ne transporte pas des masses: les premiers titres ont surtout pour effet de mettre en lumière le gros défaut du groupe, j'ai nommé le chanteur Alessandro Brignanti. L'homme chante juste mais aligne deux gros défauts: un accent italien très prononcé et un chant rauque sans réel relief qui fait même un peu forcé. On bloque donc logiquement sur cette voix un peu incongrue, et il faut attendre les titres suivants pour élargir sa vision et focaliser sur le reste de la musique du groupe. La musique en question est un rock qui tire parfois sur le grunge et parfois sur le heavy-rock des années 80, avec un goût prononcé pour les riffs simples mais efficaces et les mélodies entêtantes. Toutes proportions gardées on est face à une démarche assez proche de celle de Slave To The System: proposer un rock-metal couillu mais accessible, moderne mais sincère, travaillé mais entraînant. La production est un peu cheap mais n'handicape pas réellement l'écoute, et a le mérite d'être claire et de mettre en valeur le travail des musiciens, qui assurent pas mal.

En effet les musiciens de Str8 ne sont pas des manchots, et une fois le chant mis de côté on se rend rapidement compte qu'on est face à un groupe qui maîtrise particulièrement bien son sujet. Tout ici est l'œuvre du guitariste Filippo Bendinelli et l'homme a un talent indéniable pour pondre des chansons catchy, lourdes juste ce qu'il faut et gère fort bien les arrangements et les mélodies. Epaulé par les talents particuliers de ses acolytes -en particulier un bassiste au niveau de slap appréciable-, il a su composer deux-trois petits hymnes sur lesquels on se surprendra à hocher de la tête en rythme, et quelques mélodies qui se scotchent dans le cerveau pour longtemps. On notera "Doom" et son couplet groovy, "Black Sun" et son refrain "série US pour jeunes" combiné à un riff totalement heavy-rock puis un break slappé qui nous rappelle les Red Hot bonne époque. Le thème mélodique d'"Abyss" est du genre simplissime mais totalement addictif, et le couplet de "Forever" est tellement pétri de groove et tellement entraînant que la voix de Brignanti passe sans souci (par contre, sur le refrain…). Et le break funky est vraiment nickel…


On a donc ici un disque qui tient très bien la route, sans compo ratée et serti de quelques passages très inspirés qui laissent entrevoir un réel potentiel... Et un chant qui dessert sans cesse le tout. Brignanti n'est pas mauvais au sens strict du terme, c'est juste que le décalage entre lui et ses camarades de jeu saute trop aux oreilles pour qu'on puisse l'oublier ne serait-ce qu'une minute. Quand il ne se la joue pas rocker il est plaisant à écouter, mais dès qu'il rajoute de l'agressivité dans son timbre le résultat sonne assez artificiel et plombe le tout. L'homme est de plus plein de gimmicks, de petits tics dans ses inflexions et son phrasé qui tapent rapidement sur le système. Mais malgré ce désavantage, Soul Inside? est vraiment un album surprenant de feeling et de composition. Les titres sont au final assez variés car les approches rock, métal et funk/groove sont également maîtrisées par le compositeur Bendinelli et sa troupe. En espérant un changement de chanteur ou de gros progrès de la part de Brignanti (le début de "The Cage" laisse entrevoir des potentialités dans le registre bourrin), je ne peux pas accorder une meilleure note à cet album pourtant loin d'être anecdotique dans son genre. Wait and see…


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2