297

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 18/20

LINE UP

-Ian Anderson
(chant+flûte+guitare)

-John Evan
(piano)

-Martin Barre
(guitare)

-Barriemore Barlow
(batterie)

-John Glascock
(basse)

-David Palmer
(claviers)

TRACKLIST

1)Songs from the wood
2)Jack-in-the-green
3)Cup of wonder
4)Hunting girl
5)Ring out, solstice bells
6)Velvet green
7)The whistler
8)Pibroch (Cap in hand)
9)Fire at midnight

DISCOGRAPHIE


Jethro Tull - Songs From The Wood
(1977) - rock prog folk - Label : Chrysalis UK



Alors que l'on croyait que Jethro Tull avait tout dit, la troupe de Ian Anderson prouve qu'elle a plus d'un tour dans son sac et revient en grande forme avec Songs From The Wood. Après quelques albums moins ambitieux et plus dépouillés (War Child, Too Old To Rock 'n' Roll : Too Young To Die!), faisant suite aux complexes Thick As A Brick et A Passion Play, Jethro Tull retrouve à nouveau du goût pour le progressif, tout en restant dans une veine folk.

Simple en apparence, on pourrait à nouveau croire que l'on tient un nouvel album de folk tranquille et sans prétentions. Pourtant, le travail d'orfèvre apporté par le groupe au niveau des choeurs, des arrangements et des trouvailles en tout genre au niveau des instruments est absolument colossal. La version remasterisée permet de mettre encore plus en valeur toutes les subtilités de l'album à travers une production parfaite. Mais à aucun moment, on ne verse dans la surenchère de moyens, tout s'enchaîne naturellement. Pas besoin d'écouter l'album cinquante mille fois comme A Passion Play pour le comprendre. Et il a très bien passé l'épreuve du temps, sa production n'a pas vieillie comme celle de Benefit ou Aqualung.

Fondée sur des légendes du folklore britannique, l'ambiance de Songs From The Wood est logiquement moyenâgeuse comme le suggère la pochette. Ce sont les claviers de David Palmer qui contribuent à donner une tonalité symphonique à l'ensemble. Rhapsody à côté, c'est de la rigolade, ici on se croirait vraiment au Moyen Âge!!! Face à la progression du mouvement punk, Jethro Tull se retrouvera une fois de plus en décalage par rapport aux tendances de l'époque, mais peu importe, cela n'empêchera pas les fans de savourer cette livraison d'un autre temps. L'album contient une quantité impressionnante de chef-d'oeuvres, à classer parmi les meilleures pièces de leur répertoire.

Le premier titre, "Songs From The Wood", par ses choeurs grandioses et son intro a capella délirante, s'impose d'ores et déjà comme la réponse de Ian Anderson face au "Bohemian Rhapsody" de Queen, rien que ça! Martin Barre nous ressort les guitares électriques le temps du heavy et presque dansant "Hunting Girl", un des rares morceaux nés d'un réel travail collectif, et non pas composé seul par Ian Anderson. L'intro de ce titre est remarquable, elle semble ne jamais finir, avec les montées en puissance successives de la guitare électrique et de la flûte, avant l'explosion dès que le chant se pointe. Là, un rythme endiablé qui prendra toute sa dimension en live devrait ravir les aficionados de la facette la plus heavy de Jethro Tull. Lors du très contrasté "Pibroch (Cap In Hand)", Martin Barre fait péter les watts, sa guitare s'enflamme complètement avant de laisser place à des passages beaucoup plus calme..

Les morceaux entièrement acoustiques sont également de haut niveau ("Jack-In-The-Green", "The Whistler", "Fire At Midnight"). Mais le sommet de l'album, c'est indiscutablement "Velvet Green", LA pièce épique qui fracasse tout, alternant passages moyenâgeux et de fabuleuses envolées folk. Les rabats-joies trouveront sûrement les morceaux plus joyeux trop légers et pas assez prog ("Cup Of Wonder, Ring Out Solstice Bells", cette dernière figurera sur le Christmas Album paru en 2003). Le chant est peut-être un peu lourd aussi sur "Jack-In-The-Green", un peu "graisseux" peut être, mais le morceau ne dure pas très longtemps donc ça va! "The Whistler" par contre est magique, dynamique et contenant son lot de mélodies féériques. Et "Fire At Midnight", plus doux, est parfait pour terminer l'album sur une note plus intimiste.


La version remasterisée est un peu faible côté inédits, puisqu'elle contient une version live de "Velvet Green", un peu différente de sa version studio, et aussi "Beltane", un inédit pas sensationnel, plus rock, se rapprochant davantage du contenu de l'album suivant, le moyen "Heavy Horses". Gommant soigneusement les défauts des albums précédents avec l'absence de mélodies fortes sur Minstrel In The Gallery et le répertoire léger de Too Old To Rock 'n' Roll : Too Young To Die!, Songs From The Wood est un album exceptionnel, un des meilleurs sans hésitation! Certains fans iront même jusqu'à dire qu'il s'agit du dernier grand cru du Tull à ce jour!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6