2961

CHRONIQUE PAR ...

20
Ryd
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 17/20

LINE UP

-Devin Townsend
(chant+guitare)

-Jed Simon
(guitare)

-Byron Stroud
(basse)

-Gene Hoglan
(batterie)

TRACKLIST

1)Dire
2)Conséquence
3)Relentless
4)Rape Song
5)Aftermath
6)Devour
7)Last Minute
8)Force Fed
9)Dirt Pride
10)Bring On The Young

DISCOGRAPHIE





AAAAAAAAAAAAHHHHHH !!!! Le retour de SYL, groupe le plus barge de la planète. SYL, ou quand Devin Townsend se met à faire du brutal. Et quoi que fasse Devin Townsend c’est de l’or en barre.

Ca commence fort par "Dire", une petite intro, avec des chœurs angéliques, sur fond de guitares hurlant leurs accords, et de batterie tapant les temps avec une force herculéenne, le ton est donné ce ne sera pas un banal déferlement de brutalité. On enchaîne vite fait avec "Consequences" où on retrouve SYL avec des riffs de malades, des tempo de malades, avec la voix de malade de Devin Townsend, qui s’amuse tantôt à hurler comme un décérébré, ou alors à renouer avec ses performances vocales de "Death of Music". Strapping Young Lad, c’est la parfaite synthèse de tout le secteur brutal du métal, tantôt malsain, tantôt headbanguant à vous montrer les limites de vos cervicales. Le tempo change : on peut en plein milieu d’un décharge de riff avoir une plage de synthé sortant tout droit de Terria qui vient se coller par-dessus, et donner au tout ce coté si particulier, unique, de SYL, la patte de ce cher Devy.

Tous les styles sont passé en revue, Black, Death, Indus, Noise, Grind, Hardcore, pour donner quelques chose de nouveau, du Strapping Young Lad. Je ne m’étalerai pas sur toutes les chansons, il faudrait une page pour chacune pour les définir car chacune est unique, facilement reconnaissable (pas comme du Cannibal Corpse) ou du Deicide, mais je parlerais de mes 2 préférées.Tout d’abord "Force Fed". On retrouve ici tout le coté barge de Strapping Young Lad, la voix de Devin qui n’arrête pas de changer de registre, les riffs plus brutaux que les autres, qui s’entremêlent de manière a vous détruire le cerveau, vous laissant au choix lobotomisé ou alors fan a vie. On a le droit au refrain hyper léché sorti tout droit de Ocean Machine avec des chœurs, et synthé, pour embrayer soudain sur une pure vague de violence… merveilleux… on en redemande.

"Bring On The Young" est ma seconde préférée ! Une chanson lourde, lourdesque, lourdissime. Ca commence pourtant tout en douceur par des petits accords de gratte acoustique a un tempo « humain », et une voix toute douce de Devy, mais le tout s’envenime au fur et a mesure, la batterie arrive, la gratte ensuite, Devy commence à s’énerver, sa voix devient de plus glauque, la batterie se met a la grosse caisse (Gene Hoglan aux baguettes), la gratte est accordé plus bas que terre, et ça continue jusqu'à ce qu’on croirait une explosion, mais non,…un break venu de nulle part (de l’esprit malade de Devin) porté par des voix divines, sur des accords tout doux. Et c’est reparti «PAINNNN, PAINNNNNNN» hurle Devy, une chanson qui n’arrête pas de vous prendre à contre-pied, on adore ou on déteste, moi j’adore. Strapping Young Lad est de retour, vos voisins vont devoir revoir l’isolation des murs.




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4