2945

CHRONIQUE PAR ...

43
Gazus
Cette chronique a été mise en ligne le 28 janvier 2009
Sa note : 17/20

LINE UP

-Ilkka Volume
(chant)

-Martin
(guitare)

-Marco Storm
(batterie)

-Haakon
(guitare)

-Mikael Wildén
(basse)

-Espen
(son live)

-Joffe
(visuels live)

TRACKLIST

1)Awakening
2)New Waters
3)Lionize
4)Sentiment
5)Reason
6)Legacy
7)Rejuvenate
8)Illume
9)Unconditional
10)Dominion

DISCOGRAPHIE

Alleviat (2008)

Benea Reach - Alleviat
(2008) - postcore death metal barré Mathcore Death Barré Townsendien - Label : Tabu Records



Ils ont une dégaine de militaires échappés de leur camp d'entraînement, les chemises froissées, les épaulettes poussiéreuses et des coupes de cheveux à vous faire croire qu'il s'agit en plus de militaires émos échappés de leur camp d'entraînement, les chemises froissées et les épaulettes poussiéreuses, avec des coupes de cheveux qui vont bien avec. Ils s'appellent Benea Reach, viennent de Norvège et on trouve dans leurs textes des mots comme «warrior», ce qui ferait volontiers croire que le groupe s'inspire de Manowar et compagnie. Manque de bol, Benea Reach prétend s'inspirer entre autres de Meshuggah et Neurosis.

Et "Awakening", premier titre de l'album, met tout le monde d'accord sur ce premier point. Passée l'introduction composée d'un beat électronique discret et d'une ligne de guitare bardée de delay, le groupe passe à l'action et balance du riff saccadé, soutenu à la demi croche près par la grosse caisse, guidé par un charley régulier, formule qui renvoie directement à la période Nothing de Meshuggah. En bien plus mélodique, cependant. Benea Reach offre à l'auditeur des climax de haut niveau, où cette recette meshuggienne se voit étoffée de guitares leads ou atmosphériques - ce qui change des soli jazz improvisés de Fredrik Thordendal -. L'influence de Neurosis se sent plus dans le troisième titre, "Lionize", dont l'introduction mélange des parties de batterie très tribales et une ambiance qui n'est pas sans rappeler la scène post-core. Cette influence se retrouve aussi durant les fameux climax, à l'atmosphère contemplative à souhait. Ajoutez à cela une dose de mathcore (on pense parfois à Botch, autre influence avouée des norvégiens) et l'on en arrive à la conclusion que Benea Reach est un groupe qui digère bien ses influences et surtout, les dépasse.

Le groupe fait preuve d'un très bon niveau instrumental, chose nécessaire, au vu des riffs de guitare et des parties de batterie alambiquées. À cela s'ajoute une composante non négligeable : le chant. Ilkka Volume (ça ne s'invente pas) possède en effet une voix oscillant entre un growl grave typé hardcore, un chant clair tantôt juvénil ("Unconditional"), tantôt plus »adulte» (tout en retenue sur "Reason") et un chant qui n'est pas sans rappeler... Devin Townsend. Et notre chanteur d'alterner les trois types de chant sans sourciller; nous gratifiant de parties hurlées mélodiques de haut niveau (le risqué "Unconditional", qui réussi le pari de ne pas tomber dans le mièvre). Écœurant de maîtrise, voici visiblement une future valeur sûre en matière de voix. Les compositions s'enchaînent et se distinguent plutôt bien les unes des autres au bout de quelques écoutes, tout en gardant une unicité, par la présence du chant, mais aussi du son. Produit par Tue Madsen, Alleviat jouit d'un son massif et précis, ce qui rappelle que même s'il peut se planter (on pense à Face The Colossus de Dagoba), l'ingénieur danois n'a pas volé sa réputation de grand producteur de metal des dix dernières années.


Voilà donc un album d'un excellent niveau, qui réussit à marier la complexité de plans à la Meshuggah avec un aspect contemplatif issu du postcore. Mené par un chanteur multi-facettes, Benea Reach enchaîne des morceaux somme toute variés, d'un bon niveau technique, tantôt envoûtants tantôt d'une violence qui lance un appel général au headbang, le tout servi par un son d'une grande qualité. Ah, Benea Reach... jamais un promo n'aura eu un tel bon goût.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1