2923

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 11 janvier 2009
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Andy Giolmas
(chant)

- Stamos Koliousis
(guitares)

-Vangelis Labrakis
(claviers, guitares)

-Kostas Alatas
(basse)

-Nick Prapas
(batterie)

TRACKLIST

1)The Passing
2)Ardad
3)Forbidden
4)Deep In The Under
5)The Holy Cast
6)Eminence
7)Curse The Damned
8)When Strife And Greed Collide

DISCOGRAPHIE


Mencea - Dark Matter Energy Noir



Tiens un groupe grec ! Ce qui pouvait encore passer pour une curiosité il y a quelques années est aujourd’hui complètement banalisé, le nombre de groupes de qualité en provenance du berceau de la civilisation européenne (Septic Flesh, Rotting Christ, Nightfall, Wastefall ou encore Firewind plus récemment) étant même plutôt un signe encourageant lors de la découverte d’un nouveau combo. La mondialisation a au moins ceci de positif lorsqu’elle touche à la musique… Cependant, ce que l’on gagne en qualité avec le nivellement par le haut de la production métallique mondiale ne se perd-il pas en personnalité et en originalité ?

Mencea est donc un jeune groupe nous venant tout droit d’Athènes et qui nous livre ici son premier album. Le mystérieusement nommé Dark Matter Energy Noir a été mixé par Daniel Bergstrand (Meshuggah, In Flames, Soilwork, SYL…) et masterisé par le légendaire George Marino (Metallica, Iron Maiden, AC/DC…), le son est donc excellent : puissant et très clair, loin de l’aspect surchargé de certaines superprod actuelles. Au niveau du style, Mencea essaye de se forger une identité propre en utilisant la bonne vieille méthode du «piochons des éléments de divers courants actuels et mélangeons le tout». La démarche n’est ni nouvelle ni critiquable, la création d’une identité forte et d’une personnalité marquée passe très souvent par un mélange de l’existant. Le groupe hellène s’essaye donc à une mixture assez nouvelle sinon inédite en mélangeant un death metal mélodique à la suédoise à un metal moderne rythmique et syncopé inspiré par Meshuggah ou encore Gojira. Ces deux groupes font d’ailleurs logiquement parti des influences revendiquée avec justesse par Mencea au coté d’un Opeth dont l’impact sur la musique des grecs est par contre totalement imaginaire.

A ces groupes modernes qui font l’unanimité aujourd’hui, il convient de rajouter une inspiration moins bien vue des critiques et des ayatollahs de l’originalité : le fameux melodeath suédois. Cette part de la musique de Mencea est même largement prépondérante sur Dark Matter Energy Noir, même si le groupe ne fait pas l’erreur d’aller trop loin dans la copie (peu de parties de guitare harmonisées et pas du tout de solo). On a plus l’impression ici d’écouter du Amon Amarth saupoudré de quelques rythmiques pesantes digne d’un combo des Landes bien connu, plutôt que de découvrir un nouveau chantre de l’asymétrie à la Meshuggah. La voix de Andy Giolmas, classique mais extrêmement efficace et convaincante renforce cette idée en évoquant fortement l’organe de Johan Hegg, hurleur des vikings suédois mentionnés plus haut, tant dans le registre death gutural largement dominant que dans les quelques incursions réussies vers un chant black haineux. Les guitares alternent entre riffs mélodiques très Göteborgiens ('Ardad', très Amon Amarth, 'Eminence', 'Curse The Damned'…) et rouleau compresseur Gojirien ('Forbidden', 'When Strife And Greed Collide'…). De discrètes nappes de clavier englobent le tout, donnant une légère coloration Strapping Young Ladienne à l’ensemble.


Dark Matter Energy Noir est un bon premier essai pour Mencea. Le groupe fait preuve d’efficacité en proposant une musique qui puise ses qualités à la fois dans les mélodies du death suédois et dans la puissance d’un death plus moderne. Cependant, outre des influences encore trop évidentes, l’album souffre quelque peu d’un manque d’approfondissement. Il donne l’impression que le groupe n’a fait que survoler son sujet, sans aller à fond des possibilités qu’il offrait. Un défaut qui sera certainement facile à corriger sur le prochain album.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7