2916

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été mise en ligne le 23 février 2009
Sa note : 16/20

LINE UP

-Dagon
(chant)

-Andras
(guitare+basse+batterie)

TRACKLIST

1) Sterbend
2) Entering Eternal Oblivion
3) Manifesto Invidiae
4) Des Untergangs Untertan
5) Entfesselt – Der Todesrieb
6) Willinglessly Anticipating Death
7) Ready To Leave

DISCOGRAPHIE


Infestus - Chroniken des Ablebens



Amis germains, levez vos coudes et célébrez la venue de votre confrère Infestus en trinquant virilement à sa santé. Et froidement aussi. Et sombrement. Et les non-germains peuvent se permettre de suivre dans le désespoir et la haine car cette troupe hargneuse et déterminée va tout écraser sur son passage, armée de son black metal puissant, racé et non dénué de finesse. Car il semblerait que ces temps-ci le renouveau du black metal semble vouloir passer par l'outre-Rhin.

Voilà ce que vous devez savoir pour vous faire une idée de la musique du groupe. Amateur de black metal, ce groupe vous plaira, c’est quasi obligé. Dedans il y a tout, des riffs glaciaux, de la haine palpable, une ambiance noire et une violence instrumentale évidente. Pourtant, Infestus va plus loin que cela. Il va agrémenter sa musique de choses tantôt évidentes comme du mid-tempo bien lourd, comme pour mettre en valeur, en relief ses blasts implacables qui ne manqueront pas de débouler au détour d’un riff, tantôt plus inattendue comme cette guitare sèche qui sert d’introduction à l’album et aussi d’intermède dans les chansons. Une guitare sèche parfaitement intégrée qui même si elle n’est plus une nouveauté incroyable dans le genre reste un îlot de fraîcheur indéniable et tellement bien venu. D’autant plus que ses apparitions fantomatiques vous captent dans une ambiance froide et lointaine particulièrement appropriée.
En plus de cela, Infestus c’est un chant haineux au possible, raclé comme il se doit et très intéressant pour l’amateur du genre qui le trouvera fort goûtu. L’essence du black metal se ressent là-dedans. Du pur. Pourtant il est impossible de caser la bande dans le carcan restrictif du true black car elle s’échine à apporter de la dimension à son œuvre. En effet, en plus de toutes les réjouissances déjà citées, il y a des interventions de quasi soli, presque dans une veine post rock sombre, pour rehausser d’encore un cran l’ensemble des compositions et leur diversité. Bref, Infestus semble s’orienter vers le sans faute au travers de ses longues chansons (oui, comptez quand même 7-8 minutes en moyenne sans l’intro et l’outro). Et… et c’est manifestement le cas. Difficile de reprocher grand chose au groupe. Il n’oublie pas de savoir jouer en proposant une exécution sans faille et précise. Point de déception de ce côté là aussi.


Voilà donc plus ou moins un plébiscite pour un groupe qui nous abreuve d’un album remarquable de bout en bout, parfaitement black metal et pourtant allant au-delà en piochant à droite à gauche dans ce qui est atmosphérique à base d’instruments traditionnels (comprendre : guitare). Bref, dans un terme bien choisi : une réussite.

P.S. : A noter une 10e piste « cachée » après de fausses pistes 8 et 9. Pas du niveau du reste de la galette, mais très écoutable quand même.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1