2895

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-Biff Byford
(chant)

-Paul Quinn
(guitare)

-Doug Scarret
(guitare)

-Nibbs Carter
(basse)

-Nigel Glockler
(batterie)

TRACKLIST

1)State Of Grace
2)Need For Speed
3)Let Me Feel Your Power
4)Red Star Falling
5)I've Got To Rock (To Stay Alive)
6)If I Was You
7)Going Nowhere Fast
8)Ashes To Ashes
9)Empire Rising
10)Attila The Hun

DISCOGRAPHIE


Saxon - The Inner Sanctum
(2007) - heavy metal - Label : SPV



Depuis le retour de Nigel Glockler, accompagné par la sortie de l'excellent live The Eagle Has Landed Pt 3, l'attente d'un nouvel album de Saxon était plus excitante que d'habitude. Doit-on rappeler que Unleash The Beast (1997) est le dernier Saxon sur lequel Nigel a joué ? Autrement dit, le dernier Saxon qui ait fait l'unanimité. Ont suivi des albums plus modernes, très heavy, tantôt lourdingues (Metalhead) ou banals (Lionheart), avec un mieux sur Killing Ground, plus mélodique, quoiqu'un peu mou du genou. Il manquait quelque chose !

Et bien souvent, l'importance des batteurs a tendance à être minimisée. Il faudra bien un jour reconnaître qu'un batteur joue une part importante dans l'identité d'un groupe de hard rock. La preuve, quand un batteur s'en va, ce n'est plus jamais pareil ! S'ils sont rarement les principaux compositeurs, force est de constater que suite aux départs de batteurs prestigieux comme Albert Bouchard (Blue Oyster Cult), Herman Rarebell (Scorpions), John Coghlan (Status Quo) et j'en passe, la qualité des albums a sensiblement baissé, ce n'est pas un hasard !

The Inner Sanctum ratisse large, en parvenant à concilier les bons côtés des trois derniers albums, avec en plus quelque chose de plus rock en milieu d'album, chose qu'on avait perdue de vue chez Saxon après Dogs Of War. Retour aux sources donc, avec plus de mélodies, plus de rock, sans pour autant renier l'aspect moderne des derniers albums. La diversité d'Inner Sanctum est plus qu'appréciable : on passe de titres bien speeds, parfois mélodiques ("State Of Grace") ou pas éloignés des derniers albums ("Need For Speed", "Let Me Feel Your Power"... ces deux là ne font pas partie des meilleurs !) à une « ballade » dont la construction, le tempo et les arpèges ne sont pas sans rappeler la reprise de King Crimson qui avait été faite sur Killing Ground ("In The Court Of The Crimson King").

Mais c'est surtout à partir du milieu de l'album que Inner Sanctum devient vraiment intéressant, avec un riff, un peu dans le style de "I Just Can't Get Enough" sur Solid Ball Of Rock... LE riff : "I've Got To Rock (To Stay Alive)"... avouez que ça faisait longtemps que Saxon nous avait pas pondu un riff pareil ! On avait beau chercher sur les derniers albums, on n'en trouvait pas ! S'en suit l'excellent single "If I Was You", avec sa pochette si spéciale (très orientée hard FM/AOR) et le changement de logo qui a fait parler de lui : "If I Was You" n'a pourtant rien de FM, le refrain est juste travaillé et entêtant mais pas de quoi s'affoler, ça reste du costaud, avec encore une fois des guitares incisives. Saxon n'est pas prêt de se ramollir, increvables qu'ils sont !

"Going Nowhere Fast" clôt de belle manière cette trilogie heavy-rock (avec "I've Got To Rock (To Stay Alive)" et "If I Was You"), avant de détourner l'album sur du heavy épique : "Empire Rising/Attila The Hun" est même le morceau le plus long de toute la carrière de Saxon (8 minutes 50 au compteur). Déroutant au premier abord, "Attila The Hun" s'avère être un des titres les plus intéressants et heavy, contenant différentes ambiances, même si on regrettera que la partie plus speed à la double pédale soit trop proche de celle de "Witchfinder General".


Un petit bémol concernant les prestations vocales de Biff : sa voix vieillit très bien mais il hurle assez souvent sur cet album et semble aller au-delà de ce que ses capacités actuelles lui permettent... ça va être difficile à reproduire en live tout ça ! The Inner Sanctum ne contient peut être pas de véritables classiques à la hauteur de leur passé, il n'égalera pas non plus les Dogs Of War, Solid Ball Of Rock, Unleash The Beast mais il surpasse sans problème Metalhead, Killing Ground et Lionheart !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3