2864

CHRONIQUE PAR ...

21
Wineyard
Cette chronique a été mise en ligne le 19 décembre 2008
Sa note : 14/20

LINE UP

-Mutatiis
(Tout)

TRACKLIST

1)Body and Blood
2)Macabre Be Thy Blood
3)Sigh of Night
4)Eclipse
5)Beyond the Shape of Mortality
6)Levitating the Carnal
7)Spirit and Night

DISCOGRAPHIE


Elysian Blaze - Levitating The Carnal
(2008) - black metal doom metal Funeral doom black - Label : Osmose



Il existe plusieurs raisons pour écouter du black metal : l'envie de déverser virtuellement sa rage telle une sorte de thérapie par la musique, le goût des guitares glaciales et tranchantes, l'amour des voix batraciennes ou farfadesques, ou simplement le bonheur d'appartenir à une joyeuse horde de brûleurs d'églises peinturlurés qui portent des bracelets à clous pour lutter contre l'envie de s'essuyer le front après avoir découpé leur prochain à la hache. Pour Elysian Blaze, ce sera probablement l'adoration des mornes froideurs gothiques ou la dépression.

Avant de poser une oreille sur cet album, il est utile de recenser les deux pré-requis à une écoute efficace : être totalement disponible (pas pressé) et ne pas être suicidaire pratiquant. "Body and Blood" pose dès le départ les jalons d'une longue traversée horrifiquement noire des méandres créatifs ou destructifs de Mutatiis. Aux chœurs lointains et lancinants répondent les claviers classieux et mélancoliques, puis "Macabre Be Thy Blood" achève la descente vers les cachots de cette cathédrale gothique peuplée de gargouilles vivantes. Viennent ensuite des longueurs dont l'écoute relève parfois du masochisme ou de l'introspection profonde ("Sight of Night", "Eclipse"), avant de raviver quelques candelabres. Autant être prévenu, le voyage est douloureux.

À jouer avec l'ambiance, Elysian Blaze flirte avec la bande originale de film, mais en même temps, ce qui se dégage ici fait diablement penser au Nom De La Rose avec son monastère inquiétant, ses lumières vacillantes, sa crasse froide et sa mystique morbide. La voix lointaine, volontairement sous mixée, ainsi que les guitares « d'outre-cave » ne font qu'accentuer cette impression, même s'il s'agit de la combinaison d'une probable volonté raw et de la faiblesse de la production. Dommage, certains passages de "Levitating the Carnal" auraient pu être d'une puissance rare...Au delà de cela, il faut se préparer à deux autres ingrédients du cocktail, à savoir la longueur des compositions (jusqu'à 14'...) et un tempo de bradype.


Un peu de Dark Medieval Times pour l'ambiance, un peu de Burzum dans la génèse de la paranoïa et quelques claviers Emperoriens noyés dans une lenteur pesante semblent être la recette de Mutatiis. La production sera selon les affinités un atout ou une contrainte, de même que ces synthétiseurs qui génèrent à eux seuls une grosse partie de l'ambiance de l'album. Du pur doom black de la crypte...


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 4 polaroid milieu 4 polaroid gauche 4