2852

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 10 décembre 2008
Sa note : 15/20

LINE UP

-Michael IX Williams
(chant)

-Brian Patton
(guitare)

-Gary Mader
(guitare)

-Justin Grisoli
(basse)

-Joey LaCaze
(batterie)

TRACKLIST

1)Intro
2)Relive the Crime
3)Safety Off
4)Double Barrel Solves Everything
5)Alcohol Tobacco Firearms
6)Mercy Shot
7)Narco-Terroristos
8)Siege Mentality
9)Walking Papers
10)Dragging Down the Enforcer
11)Outro

DISCOGRAPHIE


Outlaw Order - Dragging Down The Enforcer
(2008) - doom metal stoner Sludge - Label : Season Of Mist



Dans la grande famille du metal, je voudrais le sludge... Pioche! Pour ceux qui ne connaissent pas le sludge et pour faire simple, c'est un savant mélange de doom et de hardcore. Du doom, il a hérité du côté lent, gluant et lourd, du hardcore il a gardé le chant hurlé et la violence (tant dans la musique que dans les paroles d'ailleurs). Parmi tout les groupes qui peuplent le genre, on peut trouver Eyehategod, dont le guitariste est un certain Jimmy Bower, batteur de DOWN à ses heures. Alors que font ses potes quand il fait son intéressant avec Anselmo & co. ? Et bien ils montent un autre groupe!

Du sludge nous disions donc. S'il est parfois difficile de coller une étiquette sur un groupe, dans le cas d'Outlaw Order, pas d'erreur possible, tout y est : les grosses guitares au son gras et crado, la batterie lente et hypnotique, le chant hurlé et les thèmes hyper-violents : armes à feu, narco-traffic, règlements de compte, etc... L'amateur de gros riffs efficaces et marquants risque d'être déçu, ce n'est vraiment pas le propos. Les guitares sont plutôt là pour distiller une (sale) ambiance : c'est boueux, enfumé et plombé à souhait. Il y a bien deux-trois riffs qui sortent du lot (celui de "Mercy Shot", excellent, ainsi que celui de "Alcohol Tobacco Firearms"), et aussi quelques soli, très courts et d'obédience bluesy, mais globalement c'est plutôt le déluge de plomb en fusion que la démonstration de force. Dans le même ordre d'idée le chant ne laisse pas la place à d'autres émotions que la haine et la violence et c'est pas la peine d'attendre des passages en voix claire ou un peu de modulation, hein, ça braille du début à la fin. Mais ça braille bien! Clairement, tout est mis en œuvre pour créer une ambiance plutôt que des « chansons » : Dragging Down The Enforcer est le genre d'album qui s'écoute en entier et d'une traite.

D'aucun diront d'ailleurs (et on ne peut pas leur donner tout à fait tort) que l'album est quand même bien linéaire, et qu'il faut un bon paquet d'écoutes pour distinguer les titres entre eux. A ceux là je rappellerais que -comme énoncé plus haut- ce n'est pas le but du jeu et qu'il s'agit plutôt d'instaurer une atmosphère poisseuse et malsaine de violence urbaine. Et à cet exercice, les Outlaw Order s'en sortent plutôt bien. Passant allègrement de passages harcore (presque) up-tempo à des passages d'une lenteur doomesque sans sourciller (voire "Relive The Crime"), les gars maitrisent toutes les composantes du style. Le batteur possède un solide groove (même à bas tempo, ce qui est bien plus difficile qu'on ne le pense, comme dans "Double Barrel Solves Everything") et vient consolider le boulot abattu par le bassiste (au gros son rond bien présent) et les deux guitaristes. Ainsi, grâce au talent des musiciens à faire groover leurs morceaux, les 30 minutes de ce Dragging Down The Enforcer passent toutes seules et au fil des écoutes, quelques morceaux (outre ceux déja cités) sortent tout de même de l'océan boueux : l'excellente "Double Barrel Solves Everything" (ce titre!), la très réussie "Siege Mentality", ou encore "Dragging Down The Enforcer", qui clôture l'album, balance une bonne dose d'adrénaline.


Une bonne demi-heure de sludge hypnotique et malsain, baignant dans la violence et les guitares ultra-saturées, que demander de plus? L'amateur éclairé et un peu aigri y verra surement un énième ersatz de Eyehategod, le novice risque fort de passer son chemin, mais l'amateur de stoner un peu burné ne peut que se faire happer par la musique implacable de ces hors la lois!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5