2851

CHRONIQUE PAR ...

39
Pietro
Cette chronique a été mise en ligne le 10 décembre 2008
Sa note : 12.5/20

LINE UP

- Nico Adamsen
(chant)

- Mikael Dahl
(guitare)

- Paul Pettersson
(guitare)

- Claes Wikander
(basse)

- Stefan Svantesson
(batterie)

TRACKLIST

1)Ride The Rainbow
2)The Fire Of Hades
3)The Devil Inside
4)Waves Of War
5)Dying In The Rain
6)Fighting
7)Shadow Rider
8)Lonely Ball Of Fate
9)Guardian

DISCOGRAPHIE

Chained (2008)

Crystal Eyes - Chained
(2008) - heavy metal old school - Label : Metal Heaven



Inconnu au bataillon (en tout cas par votre serviteur), les suédois de Crystal Eyes en sont pourtant déjà à leur sixième album ! Chained est donc l’œuvre de musiciens aguerris, forgeant leur metal depuis le tout début des années 90 dans l’indifférence la plus totale. A quoi s’attendre alors ? Un joyau injustement méconnu ou des tacherons sans génie condamnés à la galère éternelle ?


En tout cas en ce qui concerne le style pratiqué pas de surprise : le nom du groupe, la pochette, et surtout la photo au dos du CD ne laissent aucun doute et dissipent les interrogations avant même d’écouter la moindre note. Les paroles sont à l’avenant : comme le prouvent les titres des chansons on nage en pleins clichés. On a affaire ici à du bon vieux heavy metal mélodique ou je ne m’y connais pas ! Et en effet pour une fois l’habit fait bien le moine. Les neuf compositions semblent sortir tout droit des années 80. Riffs heavy à l’ancienne, voix chaude et mélodique, refrains à reprendre en chœur une pinte de bière à la main, rien ne manque au tableau. Les grands noms défilent dans la tête de l’auditeur : Judas Priest pour certains riffs, Black Sabbath époque Dio puis Scorpions pour la voix (mention bien à Nico Adamsen qui ne tombe pas dans le piège des aigues à outrance), Iron Maiden pour certaines mélodies, Manowar pour les refrains-hymnes blindés de double grosse caisse, Blind Guardian pour certains chœurs (et sur la ballade acoustique finale Guardian, la bien nommée), Helloween première époque pour l’ambiance ‘happy metal’... Ils sont tous au rendez vous… et curieusement c’est plutôt bon tout ça!

Il se dégage en effet de cet album une fraicheur et une joie de jouer qui contrebalancent rapidement le manque absolu de nouveauté ou d’originalité. Avec ces quinze ans d’existence au compteur (même si seul le guitariste Mikael Dahl, unique compositeur du combo, est présent depuis les débuts) et ses six albums derrière lui Crystal Eyes a développé un savoir faire tout à fait respectable et d’une redoutable efficacité. On a beau se dire d’un ton moqueur qu’on a déjà entendu tout ça de nombreuses fois, on ne peut pas s’empêcher de taper du pied lors des meilleurs riffs, de chantonner sans même s’en rendre compte les refrains en levant le poing, ou de sourire bêtement lorsque les mélodies se font aguicheuses ou les solos jouissifs de classicisme. Car on ne situe même pas ici dans la vague des groupes de ‘true metal’ apparus à la fin des années 90 qui s’inspiraient très fortement des classiques pour les moderniser, on est directement en pleines années 80 ! Crystal Eyes est beaucoup plus proche d’Iron Maiden que d’Edguy par exemple. Difficile alors d’avoir un avis tranché, entre le plaisir immédiat que procure l’album et le manque flagrant de créativité.


On a un peu l’impression d’avoir affaire à ces peintres faussaires qui sont capables de reproduire une œuvre classique à la perfection, mais sont incapables de créer quelque chose par eux-mêmes. Nul doute que si cet album était sorti dans les années 80, il serait devenu un classique. Il n’arrive que 20 ans trop tard… Du bon kif surgi tout droit du passé cependant !


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5