2804

CHRONIQUE PAR ...

40
Joe Le Hareng
Cette chronique a été mise en ligne le 23 novembre 2008
Sa note : 16/20

LINE UP

-Dan And
(chant+guitare)

-James Farwell
(chant+guitare)

-Masa Anzai
(basse)

-Brad MacKinnon
(batterie)

TRACKLIST

1)Primal Emptiness of Outer Space
2)Dark Towers
3)Slow Hand of Death
4)Wendigo Pt. 1 (Quest for Fire)
5)These Are My Dress Clothes
6)Wendigo Pt. 2 (Cursed to Roam)
7)Medication
8)Quiet Earth

DISCOGRAPHIE

Quiet Earth (2008)
Dark Ages (2010)
Lovelessness (2012)

Bison B.C. - Quiet Earth
(2008) - rock doom metal stoner Gros Stoner Doom - Label : Metal Blade Records



Ah le Canada! Ses hivers rigoureux, ses... Comment, ça a déjà été fait? Oui, bon. Donc Bison BC est un groupe canadien qui propose avec Quiet Earth son premier album à la face du monde et aux amateurs de gros stoner un peu barré. Et là on pense très vite à Mastodon. Les premières écoutes ne permettent d'ailleurs aucun doute tant la filiation est évidente. Sonorités voisines, gros riffs hypnotiques et une certaine propension à l'épique, on est en terrain connu. Mais la comparaison s'arrête là, les Canadiens étant très peu versés dans le côté progressif et plus partisans d'une approche rock. Un Mastodon light quoi.

Enfin light façon de parler, hein. Parce que finalement les Bison BC sonnent quand même plus compact que leurs ainés. Les riffs sont plus épais, plus groovy aussi, les titres sont moins alambiqués et le rendu est du coup plus velu. Le son y est sans doute pour quelque chose : volontairement sale et boueux, il permet aux Canadiens de développer une atmosphère oppressante qui colle aux doigts. Les guitares sont grasses à souhait, la batterie sonne très organique et la basse qui frise est exquise. Du coup les chanteurs se régalent avec leur chant agressif/hurlé/burné. Outre ce son, la vraie force de Bison BC, c'est la qualité de leurs compositions : immédiates, catchy et surtout variées. Passant allègrement d'un passage doom, lourd à souhait, à un riff thrash saupoudré de références punk, d'un passage « metal traditionnel » à un break stoner hypnotique sans à coup les Canadiens réussissent la performance de varier leurs compos tout en restant cohérents. Merci aux riffs intelligents et bien foutus du duo de chanteurs/guitaristes, aux lignes de chant péchues et au batteur au groove impeccable qui sait varier les plans pour articuler les morceaux. Exemple frappant : "Primal Emptiness of Outer Space", le morceau d'ouverture. Intro doomesque, riff lourd et break rock, un vrai bonheur!

Le reste est du même tonnelet. "Slow Hand of Death", "Quiet Earth" et "These Are My Dress Clothes" développe le même format stoner/doom pas trop lent et burné avec de vrais morceaux de metal dedans, "Dark Towers" emballe les chevaux dans une cavalcade up-tempo et "Medication", superbe instrumentale, brille par la qualité des riffs et la belle complémentarité guitares/batterie. Mais le vrai gros morceau de bravoure de l'album reste "Wendigo Part. 1". Entre l'intro et son quatuor à cordes inquiétant totalement dans le ton de l'album, l'arrivée des guitares nerveuses et tout le passage central dégoulinant à souhait, on est servi. Mais le tableau ne serait pas complet sans ce final doom/épique totalement orgasmique. Riff en plomb, soli emprunts de la patte de Maitre Iommi et chanteur extatique, ce morceau laisse apparaître toute la puissance créatrice des Canadiens! Dommage que la seconde partie du morceau ne soit pas du même niveau. Bien sûr on pourrait reprocher bien des choses à ce Quiet Earth : chansons un poil longues (5 minutes en moyenne), un son quand même monotone à la longue et certains passages un peu en dessous. Mais n'oublions pas qu'il s'agit de leur premier « vrai » album et que pour un coup d'essai c'est un coup de maitre!


Évidemment, on pourrait en rester au constat de départ : Bison BC ça fait penser à Mastodon. Oui, et alors? Premièrement, comme comparaison il y a pire et deuxièmement, il y a fort à penser que ceux qui sont agacés par le côté progressif des américains trouvent leur compte avec Bison BC. Plus direct, plus rock et carrément « in your face », ce sympathique combo à de beaux jours devant lui. À se procurer d'urgence!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7