2745

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15.5/20

LINE UP

-Andrea Dätwyler
(chant)

-Sandro d'Incau
(guitare)

-André Leuenberger
(guitare)

-Ermes Di Prisco
(batterie)

-Alex Seiberl
(claviers)


TRACKLIST

1)The Search Goes On
2)Avalon
3)Elements
4)Fable of Dreams
5)Still Believe
6)The Spell
7)The Neverending Story
8)Hymn
9)Silent Scream
10)A Little Moment of Desperation

DISCOGRAPHIE


Lunatica - Fables And Dreams



Attention: coup de coeur de cette rentrée! Lunatica, crée en 1998, nous vient de Suisse, avec son second album sous les bras, Fables & Dreams (doté d'un splendide artwork !). Après avoir écumé les festivals pour promouvoir leur premier album Atlantis, élue "révélation metal" du festival Metaldayz en Suisse, cette formation a quelques arguments à faire valoir auprès du public de Nightwish, de Within Temptation et autres groupes de cette trempe. Vous l'aurez compris, Lunatica aime le metal, Lunatica possède une jolie chanteuse et s'amuse avec des éléments orchestraux, Lunatica... Oui, oui, Lunatica joue du metal symphonique !

Pourtant, il est supra difficile de se faire une place dans le wagon ultra bondé de pâles copies de Nightwish... Le genre est entaché tous les jours par des formations toujours plus à la pointe de l'innovation et de l'originalité. Mais Lunatica n'est assurément pas de ces groupes éculés. Bon OK, le tableau, vu sur le papier est archi connu : de grosses guitares, des éléments symphos, des choeurs en veux-tu en voilà et surtout le beau cliché de la chanteuse qui mène le tout à la baguette. De ce point de vue, Lunatica n'est qu'un énième sous-Nightwish. Mais en écoutant plus attentivement cet album, l'impression est soudainement tout à fait différente grâce à Andrea Dätwyler, la chanteuse du groupe. Pour tout dire, sa voix n'est pas transcendante, mais elle possède ce grand quelque chose qui m'a tout de suite fait craquer. Sa voix, pour une fois, ne ressemble à aucune autre: pas lyrique, pas emphatique, mais charmeuse et enflammée. A vrai dire, j'ai enfin trouvé un sérieux remède au syndrome Scabbia qui m'habite depuis que je connais Lacuna Coil, c'est à dire pas mal de temps. De là à dire qu'elle possède le même timbre de voix que Cristina, il ne faut tout de même pas pousser, mais Andrea est assurément vouée à être plus connue. C'est mon avis personnel, qui n'engage que moi, mais je l'espère pour elle...

L'intermède chanteuse étant clos, passons à l'album proprement dit. Le metal sympho que joue Lunatica est de facture assez classique, mais les mélodies font toute la différence. "Elements" est à ce titre très révélateur du potentiel de ce groupe en la matière: un riff principal magistral accompagné de claviers sublimes et l'affaire est dans le sac, le tout sous couvert d'une rythmique très power metal. Il faut dire que la production est à l'image de ce qu'a pu réaliser Sascha Paeth par le passé, avec Rhapsody, Kamelot, After Forever et Edguy, entre autres : une production puissante, compacte, mettant principalement en avant le côté symphonique du metal joué par les p'tits Suisses (je sors) et les claviers, qui, il faut l'avouer, sont tout simplement surprenants. "The Spell" et "The Neverending Story" sont les deux autres piliers de Fables & Dreams, judicieusement placés dans un track-listing aux allures de bande-son parfaite d'un film épique et grandiloquent. Le passage purement instrumental de la fabuleuse introduction ("The Search Goes On") et le final dantesque ("A Little Moment Of Desperation") vous plongent dans un état second, ébahi par tant de révélations faites en un album : Lunatica, avec ses allures clichesques sur le papier, m'a tout bonnement bluffé.


Restent quelques travers qui ne finiront certainement pas sur un prochain album: une ballade sirupeuse faisant office de single ("Fable Of Dreams") pas indispensable pour un sou (mercantilisme, quand tu nous tiens), quelques morceaux plus communs et plongés dans la masse de morceaux du même genre ("Hymn", "Still Believe") et un léger effet de halo sur la voix d'Andrea qui ne la met pas forcément à son avantage sur certains passages. A part cela, cet album, c'est du tout bon, foncez dessus, si vous aimez Nightwish, Edguy, les ambiances épiques, la puissance combinée à la sensualité, vous aimerez très certainement Lunatica. Et attention: ce n'est que leur second album, le groupe et surtout Andrea, va prendre de la bouteille et à mon avis, on en reparlera très bientôt. Enthousiasmant.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7