2738

CHRONIQUE PAR ...

18
[MäelströM]
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 9.5/20

LINE UP

-Francesca Chiara
(chant)

-Tank Palamara
(guitare)

-Simon Dredo
(basse)

-Iakk
(batterie)

TRACKLIST

1)Vampires (The Light That We Are)
2)Nobody
3)Little Suicide
4)Can You Hear Me?
5)Fading Roses
6)My Soul
7)Runaway
8)The Angel And The Rain
9)The Chauffeur
10)Dark City

DISCOGRAPHIE


The Lovecrave - The Angel And The Rain
(2006) - gothique - Label : Repo Records



Comment ça, du goth-metal ? Qui a parlé de goth-metal ici ? Immédiatement, The LoveCrave se verra dictatement collé dans ce style qu’il a certainement choisi mais qu’il ne pratique absolument pas. De toute manière, un album qui comporte autant de piano et d’ambiance… sans avoir un seul claviériste (mais un excellent producteur) ça ne peut pas faire de metal. Et quand on se permet une (bonne) reprise de Duran Duran et l’affichage obscène d’un logo qu’on retrouvera sûrement sur des t-shirts quand le groupe vendra un peu plus, on ne fait après tout que de la pop. The LoveCrave : un groupe hors du temps.

Sans vouloir blesser nullement mes confrères, il est aisé de penser que tout le monde tombera sur The LoveCrave. Je ne le ferai personnellement pas car d’une, il faut bien que jeunesse se passe ; de deux, je suis certain qu’en boîte goth’ le groupe doit avoir beaucoup de succès et même votre serviteur qui n’est pas un fan du genre pourrait se prendre à danser là-dessus. Le disque ne s’adresse surtout pas aux gens qui veulent écouter de la musique, c’est un disque de bouge ! Même pas besoin de citer des titres ou de balancer des analyses musicales, ce serait comme parler accordage de contrebasse avec Good Charlotte ! Mais si on prend l’album comme ce qu’il est, il mérite une excellente note.

Il est juste vivement conseillé de ne pas chercher d’intérêt musical à The LoveCrave, vu qu’il n’y en a aucun. D’ailleurs la plupart des gens s’empresseront de parler de goth-metal à la Lacuna Coil alors que le groupe est nettement plus porté sur l’electro’ et les compositions se rapprochent d’ailleurs plus d’un Depeche Mode speedé aux amphèt’. En fin de compte, le groupe joue correctement, la chanteuse est vraiment douée dans son genre, ça fait bouger, les compo’ sont un peu faiblardes mais pas plus que chez d’autres… C’est un simple problème de prétention évolutionniste. Ca méritait au moins cette note, pas vrai ? Allez, move your body, Francesca!




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6