2734

CHRONIQUE PAR ...

3
TheDecline01
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 12/20

LINE UP

-Jacek Grecki
(chant+guitare)

-Piotr Ostrowski
(guitare)

-Pawel Michalowski
(basse)

-Adam Sierzega
(batterie)

TRACKLIST

1)Word of Sin
2)Godstate
3)Death Crowns All
4)Shameful Race
5)The Hidden Law
6)Mortal Cage
7)Christian Meat
8)Angel's Cry
9)The Birth of Babalon

DISCOGRAPHIE

Chaostream (2005)

Lost Soul - Chaostream
(2005) - brutal death - Label : Wicked World



Formé en 1991, ce groupe polonais ne fera véritablement surface qu’en 2000 avec son premier album. Donc, bien que ce ne soit ici que le troisième album de la formation, il faut comprendre qu’ils ont mouliné pas mal de temps ensemble auparavant malgré une pause entre 94 et 97. Cela signifie, entre autres, que le groupe sait ce qu’il veut et comment il va le mettre en place. De toute façon, la chose est très claire dès la première chanson, ce sera du death très brutal parsemé de mélodies.

Fort de ce postulat, le groupe vous ballade (mot étonnant dans cette chronique puisqu’il n’est bien évidemment pas du tout question de ballade sur ce CD) de blast beats en riffs ultra rapides. Il faut rajouter la louchette de chant guttural comme il le faut (en fait, dans une veine Cannibal Corpse quelque peu) pour que le tableau soit complet. Lost Soul se décrit donc assez rapidement comme vous pouvez le lire. Pourtant n’allez pas croire que leur musique se résume à cela. Non… Euh peut-être ben que si finalement. Lost Soul est un joli prototype de groupe de death brutal ultra rapide moderne. Une production propre sans être exceptionnelle, des riffs carrés et bien joués, un chant méchant, des blasts à n’en plus finir et des soli forcément. Soli qui bien que totalement pas originaux arrivent à caresser nos oreilles sans leur donner l’impression de dichotomie entre eux et le reste de la musique. Ils sont même carrément sympas sur "Mortal Cage".

Lost Soul est là dans son élément cela ne fait aucun doute, mais aussi Lost Soul se noie un peu dans sa bonne volonté. Car ce n’est pas entre un blast et un roulement de double pédale que l’auditeur entrevoit l’once d’originalité qui fait la différence. Elle n’y est pas. Ne la cherchez donc pas. Toutefois, le groupe joue très correctement et ne saccage pas ses idées. Les riffs eux-mêmes, bien que convenus, sont tout à fait écoutables et font même partie de la bonne moyenne du genre. Mais la sauce a du mal à prendre. Les mélodies tendent à se répéter sur la longueur du disque, ou est-ce tout simplement le fait que le groupe ne varie jamais sa formule d’un iota. Alors ce n’est pas étonnant si on retient facilement ce passage « rafraîchissant » où seule basse et batterie sont les maîtresses de la musique sur "Shameful Grace". Ou encore cette lancinante "Christian Meat". C’est tout bêtement car un poil de changement ça passe diaboliquement bien! Car aussi bonnes leurs compositions soient-elles, elles n’intéresseront que les fans en manque du genre.


Je vois mal un amateur occasionnel se ruer sur cette galette, il préférera un bon Deranged. Quoique le groupe arrive à résumer parfaitement toutes ses qualités dans une "Angel’s Cry" où, pour une fois, la sauce prend grâce à quelques variations de rythme. Ne voyez pas le tableau tout noir car il est violent, bien exécuté et relativement inspiré malgré son manque flagrant d’originalité. L’unique problème du groupe, mais il est de taille, est qu’il n’arrive pas à sortir des carcans du genre et fatigue les tympans à force. Il n’intéressera donc personne d’autre que les fans du genre. Par contre, les death metalleux brutaux s’en prendront plein la poire avec délice. Et ils seront bien les seuls.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1