2725

CHRONIQUE PAR ...

4
Daphné
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 15/20

LINE UP

-Ed Kowalczyk
(chant+guitare)

-Chad Taylor
(guitare)

-Patrick Dalheimer
(basse)

-Chad Gracey
(batterie)

TRACKLIST

1)Opening Spirit (The Tyranny of Tradition)
2)Pain Lies on the Riverside
3)Beauty of Gray
4)Selling the Drama
5)I Alone
6)Lightning Crashes
7)All Over You
8)Pillar of Davidson
9)We Deal in Dreams
10)Lakini's Juice
11)Turn My Head
12)Dolphin's Cry
13)Run to the Water
14)Dance With You
15)Overcome
16)Nobody Knows
17)Heaven
18)Run Away
19)I Walk the Line

DISCOGRAPHIE


Live - Awake
(2004) - pop rock - Label : Island Records



Si Live jouit depuis quinze ans d’une notoriété non négligeable outre-Atlantique, outre-Manche et outre-Rhin, leur nom n’a que rarement réussi à passer les frontières françaises, et ce en raison d’une distribution inexistante en nos murs – les disques provenant uniquement de l’import, donc forcément chers - et par conséquent, d’une présence sur les scènes françaises que l’on qualifiera de fantomatique, les Boys n’ayant en tout et pour tout joué qu’une seule fois, à Paris en 1997, en première partie des Smashing Pumpkins.

Une grosse erreur marketing que leur maison de disque, BMG, ne se décidera à corriger qu’en toute fin 2004, avec la sortie d’un best of du groupe, intitulé Awake, le premier album de Live qui bénéficie d’une vraie distribution en France. Il aura fallu attendre quinze années pour enfin voir un disque de Live dans les bacs de tout bon revendeur, même s’ils sont encore absents des étals de petits disquaires de Province, tels que la FNAC de Nîmes (je vous jure). Live est méconnu du public français, et c’est démérité : avec un son plus travaillé que U2, un son plus Rock que R.E.M. et une identité aussi forte que ces derniers, sans parler de la voix unique de Ed K., Live n’aurait pas eu de mal à trouver un large public en France. La présentation du disque est comme à l’habitude très soignée, mais cette fois très sobre et parfaitement ajustée au genre du groupe: c’est sensuel, teinté d’orient et de paix.

Pour l’anecdote, le chanteur est un fils d’immigrés juifs polonais converti au bouddhisme, engagé pour la paix et l’amour dans le monde. Comme beaucoup, oui. Là n’est pas le débat. On regarde au dos du disque, et la playlist est très convenue: il ne s’agit pas du meilleur de Live, mais d’un concentré de leurs tubes. Certes, les titres n’évoquent rien au Français de base, mais il ne faut pas perdre de vue que chacun des titre présents sur ce disque a au moins été disque d’or dans les pays anglophones, ainsi qu’en Allemagne, Hollande et Belgique.

Ce n’est pas un gage de qualité extrême – ce sont les tubes radio, donc calibrés au format. Les morceaux plus élaborés, et plus savoureux, sont relégués aux archives. La qualité des titres n’en est pas moins indiscutable: c’est du bon, du morceau rock 100% tube dont on ne doute pas qu’il pourrait aisément se faire une place dans la programmation d’Europe 2. Les essentiels sont là : "Operation Spirit", leur premier hit, "I Alone", leur plus gros tube, et les incontournables "All Over You", "Lightning Crashes", "Dolphin’s Cry" et "Heaven", matraqués par les radios, dans les films et nombre de séries.

Parce que Live fait partie de ces groupes qu’on entend tous régulièrement, sans les connaître vraiment. Il est impossible, dans une vie d’amateur de rock, de n’avoir jamais été confronté à l’une de leurs chansons. Un peu déçu mais non surpris par le choix des chansons sélectionnées, on s’attarde cependant à s’extasier devant 2 titres inédits de fort bonne facture ("We Deal in Dreams" et "I Walk The Line"), et surtout, devant la présence d’un DVD multimédia (pour ordinateur), foisonnant de clips jamais vus en France (et pour cause), de morceaux Live électriques et de remixes alléchants. Live nous avait déjà gratinés d’un DVD sur Birds Of Prey, dernier album studio, mais le contenu était d’une fadeur impardonnable, à l’instar de l’album lui-même.


Cette fois, le DVD est complet, riche, mais sobre. Les clips des plus gros tubes des six albums sont tous là, tous aussi… mauvais ! Car si Live sait faire de bonnes chansons, il n’en est pas de même des clips, qui n’ont aucun concept original, ni cachet, ni de qualités exceptionnelles. Les extraits de concerts, eux, sont épatants. Les Boys ont su montrer dès leurs débuts de réelles qualités scéniques, et un charisme fou. Si cet album peut décevoir un tant soit peu les fans par son contenu prévisible, il n’en reste pas moins une excellente alternative pour les non-initiés d’apprendre à connaître Live. On peut donc souhaiter, grâce à son prix raisonnable, sa distribution digne et son contenu étudié, que la carrière de Live « s’éveille » enfin au sein de notre bleu blanc rouge pays.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2