272

CHRONIQUE PAR ...

5
Fishbowlman
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14/20

LINE UP

-L-G Petrov
(chant)

-Alex Hellid
(guitare)

-Nico Elgstrand
(basse)

-Olle Dahlstedt
(batterie)

TRACKLIST

1)Serpent Saints
2)Masters Of Death
3)Amok
4)Thy Kingdom Koma
5)When In Sodom
6)In The Blood
7)Ministry
8)The Dead, The Dying, And The Dying To Be Dead
9)Warfare, Plague, Famine, Death
10)Love Song For Lucifer

DISCOGRAPHIE


Entombed - Serpent Saints
(2007) - death metal stoner - Label : Candlelight



Depuis quatre ans, il s’en est passé des choses chez Entombed, c’était même la débandade. Les 3/5ème du line up s’étaient barrés, le batteur Peter Stjürnvind et le bassiste Jörgen Sandström (mais ce n’est pas la première fois qu’Entombed change de bassiste et de batteur), et surtout, plus grave, le guitariste et un des principaux compositeurs, Uffe Cederlund, qui était là depuis le début. Inutile de dire qu’après leur pitoyable dernier album, Inferno, on n’attendait pas grand-chose de ce retour.

Entombed a bien conscience que les fans préféreront toujours Wolverine Blues ou Left Hand Path. Alors, que fallait-il espérer de cet énième retour aux sources ? (retour déjà tenté sur Uprising et Morning Star). En tout cas, le changement de musiciens leur est profitable et leur apporte même du sang neuf, ils en avaient bien besoin. Pour l’instant, Uffe n’a pas été remplacé, il n’y a plus qu’un seul guitariste (comme pour Napalm Death). Entombed revient avec l’envie manifeste de tout péter. Annoncé comme le meilleur album depuis Wolverine Blues, Serpent Saints fait en tout cas oublier les récents égarements, que ce soit sur le punk bas de gamme d’Inferno ou les stoneries pesantes d’Uprising. Mais ce n’est pas la première fois qu’Entombed nous fait le coup du retour aux sources, plus brutal et moins rock ‘n’ roll, c’était déjà le cas sur Morning Star, un bon album qui valait surtout pour son premier titre, l’énormissime "Chief Rebel Angel" !

Serpent Saints surpasse Morning Star ; ce dernier voyait des influences Slayer très présentes alors que Serpent Saints est plus personnel et contient davantage de morceaux marquants. Alors que L-G Petrov semblait avoir perdu à jamais sa grosse voix death et caverneuse depuis Same Difference, au profit d’un chant plus hardcore, le voilà très en colère pour notre plus grand plaisir ! Sa voix gutturale qui a fait les beaux jours de Wolverine Blues et To Ride, Shoot Straight And Speak The Truth est enfin de retour, on n’y croyait plus ! Des titres speeds qui fracassent tout sur leur passage ("Masters Of Death", "The Dead, The Dying And The Dying To Be Dead", "Warfare Plague Famine Death"), d’autres plus lourds, avec les fameux clins d’œil au Malin comme Entombed savait si bien les faire à ses débuts ("Serpent Saints", "When In Sodom", "Love Song For Lucifer"), pas de doute, c’est un vrai retour en force. Pas vraiment de rock ‘n’ roll en vue, place à la vitesse, les amateurs de death metal seront ravis. Sans égaler tous les classiques d’Entombed, Serpent Saints a au moins le mérite d’apparaître comme l’album le plus solide depuis le départ de Nicke Andersson (même si je disais déjà la même chose pour Morning Star).




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2