2717

CHRONIQUE PAR ...

60
Dizayeure
Cette chronique a été mise en ligne le 09 novembre 2008
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Helen Vogt
(chant)

-Benjamin Buss
(guitares+claviers)

-David Vogt
(basse)

-Stefen Gemballa
(batterie)

TRACKLIST

1)Orchidfire
2)Pain Has Taken Over
3)Rain of a Thousand Years
4)Grey
5)Thy Kingdom Gone
6)Words Before You Leave
7)Miss Fortune
8)Colossal Shaped Despair
9)Kismet
10)For My Enemies
11)Souls of the Neon Reign
12)The War We Left Behind

DISCOGRAPHIE


Flowing Tears - Thy Kingdom Gone
(2008) - gothique metal - Label : Ascendance Records



Flowing Tears revient quatre ans après la sortie de Razorbliss avec un nouvel album studio, un nouveau concept et la ferme intention de ne plus jouer dans le même registre qu’avant. Exit donc l’atmosphérique de Jade et l’expérimentation électronique que l’on a pu entendre sur Serpentine et Razorbliss. Place à Thy Kingdom Gone et à son metal gothique (plus metal que gothique d’ailleurs) taillé sur-mesure pour que la chanteuse Helen Vogt, au timbre grave et brut, puisse évoluer dans son style de prédilection.

Les titres de Thy Kingdom Gone sont pour la plupart très metal, à l’image des quatre premiers. Ils n’en restent pas moins mélodieux, bien que certains refrains ne soient pas toujours des plus accrocheurs ("Pain Has Taken Over"). L’album a un peu de mal à décoller au début et c’est seulement dans sa seconde moitié, à partir du cinquième titre, que l’on trouve les meilleurs morceaux tels que "Souls of the Neon Reign", "Kismet", "The War We Left Behind" ou encore le morceau éponyme, sur lequel le chanteur de Samael pose sa voix. On constate que ce sont essentiellement les morceaux les plus calmes, où le chant se fait plus doux et l’instrumentation plus aérée, qui sont les plus réussis. Et inversement : les morceaux les plus heavys sont les plus mous et les moins intéressants, que ce soit au niveau du chant ou des riffs ("Colossal Shaped Despair"). L’album est par ailleurs doté de sublimes parties de piano, dont les magnifiques introductions de "Orchidfire", "Thy Kingdom Gone", ou "Words Before You Leave", et surtout la seconde partie de "Miss Fortune". La bonne surprise est la présence de solos inspirés sur chaque titre, chose assez peu commune chez un groupe gothique pour être relevé. Certains de ces solos sont même très bons ("For My Enemies", "Thy Kingdom Gone"). On aurait donc apprécié qu’ils soient un petit peu plus longs.

Certes il y a de bonnes choses sur cet album, mais le problème qui se pose c’est que l’on a l’impression de les entendre souvent et que les titres semblent être composés avec les mêmes idées, les mêmes mélodies, les mêmes plans. On pourra rétorquer que cela est voulu car c’est un album-concept, mais il y a vraiment un peu trop de redites. Ainsi, on pourra entendre quasiment le même break atmosphérique joué en arpèges avec samples ou voix par-dessus suivi d’un solo de guitare à la fin des titres "Orchidfire", "Pain Has Taken Over", "Rain of a Thousand Years" ou encore "Grey". Autre exemple : les couplets sont la majeure partie du temps constitués d’une guitare jouant en accompagnement des gros power-chords saturés avec une guitare lead par-dessus pour jouer la mélodie. Sans surprise et un peu lassant à la longue. La production est dans son ensemble très satisfaisante, à l’exception près que l’on n’entend absolument pas la basse (enfin si, une fois lors des couplets de "Words Before You Leave" !). Pour finir, on pourra reprocher un chant trop froid, un poil monotone et mou, qui ne transmet pas beaucoup d’émotions au final. C’est dommage, d’autant plus que l’on sent que la demoiselle a du coffre et de la maîtrise, et qu’elle se débrouille plutôt bien lors des courts moments où elle délivre un chant très proche du growl, comme sur "Souls of the Neon Reign" ou "Kismet".


Thy Kingdom Gone fait partie de ces albums où l’on se dit : « Il manque un je-ne-sais-quoi pour que l’album soit excellent ». Peut-être manque-t-il des mélodies et des refrains un peu plus accrocheurs ? Ou alors une basse plus présente et une batterie plus complexe ? Peut-être un peu plus de diversité dans les morceaux et dans la voix aurait été souhaitable ? Dans tous les cas, le groupe a prouvé sur certains morceaux qu’ils pouvaient faire des choses vraiment bien. On espérera donc voir plus de titres de cette qualité sur leur prochain opus.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 3 polaroid milieu 3 polaroid gauche 3