2674

CHRONIQUE PAR ...

6
Lord Henry
Cette chronique a été mise en ligne le 02 novembre 2008
Sa note : 16.5/20

LINE UP

-Goulven Jeffroy
(chant+guitare)

-Nicolas Garriga
(guitare)

-Sébastien Vitry
(basse)

-Emmanuel Rousseau
(claviers)

-Nicolas Villers
(batterie)

TRACKLIST

1)The Awakening
2)Ride of the Blind
3)Substitutes
4)Pawn
5)Man in Decline (part 1)
6)Man in Decline (part 2)
7)To the Gates of Morning
8)Next Helpless Days
9)Bleak Dance

DISCOGRAPHIE


Lyr Drowning - Blind From Birth
(2008) - death metal metal prog Pot-pourri métallique - Label : Manitou Pervade Productions



La France n’est pas la patrie du metal par excellence. Nous avons un public, ça oui, et connaisseur, mais finalement peu d’artistes comparativement à nos voisins européens. Pourtant ça bouge dans l’Hexagone : un rapide aperçu des autoproductions chroniquées sur ce site vous convaincra. Malheureusement, trop souvent, ces combos ne dépassent pas le stade du premier disque, pondu dans le sang et la sueur ; la faute à pas de chance, pas de label, pas de succès, ou pas de talent, parfois. Puis un beau jour, une exception vient confirmer la règle.

Même si aujourd’hui rien ne nous permet de conjecturer sur le futur de Lyr Drowning, il est certain que Blind From Birth évolue d’emblée dans la division supérieure. Le groupe joue un metal polymorphe, que l’on pourrait rattacher au death progressif, sans toutefois se limiter à cette stricte appellation. Des éléments atmosphériques, hardcore, screamo, heavy ou prog viennent se fondre dans les compositions des Parisiens, qui peuvent déjà se targuer d’avoir un son bien à eux. Qui plus est, la production est – enfin ! – à la hauteur des aspirations des gaillards, même si elle reste perfectible, chose assez rare pour être soulignée.

Alors, bien difficile de décrire une musique si riche en quelques lignes. A défaut, voici une liste non exhaustive de groupes auxquels l’écoute de cet album peut faire penser : Crematory, Anathema, Katatonia, Opeth, Pink Floyd, Dimmu Borgir, Mike Oldfield, etc. Le groupe manie la non-conformité avec un talent rare. La brutalité ambiante de "The Awakening", l’émotion de "Substitutes", l’atmosphère torturée du diptyque "Man in Decline", le prog de "Next Helpless Days"… et l’unité d’un disque conduit par des musiciens de haut niveau. Il faudra s’enfourner Blind From Birth plusieurs fois entre les esgourdes avant d’en démêler le fil rouge.

Le chant de Goulven est criard, guttural, mi-death mi-black, parfois screamo, et pas assez souvent clair et mélodique, regretteront certains. "Substitutes" ou "Bleak Dance" explorent une voie plus mélodique pour les lignes de chant. Mais la mélodie reste omniprésente dans l’ensemble des titres, avec des breaks en gratte sèche à tout va, une mainmise des claviers prépondérante, et des soli ambiants du plus bel effet. "Man in Decline part 1 & 2" mixe un peu tout cela, et rappelle dans sa construction les compos du Opeth de ses jeunes jours ("Black Rose Immortal"), tout en allant plus loin que les Suédois dans la démarche cosmométallique.


Quel plaisir que d’entendre un tel OVNI dans le paysage français. Nos musiciens cisèlent chacun de leurs titres à la perfection, parviennent à tutoyer les ténors du death prog, et surtout font preuve d’une originalité qui fait du bien. On ne peut que souhaiter une progression fulgurante à ce groupe. Vite, la suite!


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 5 polaroid milieu 5 polaroid gauche 5