2662

CHRONIQUE PAR ...

7
Count D
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 13.5/20

LINE UP

-Maxx Annads
(chant)

-No Øne
(guitare)

-C. Men
(basse)

-NiH Hco
(batterie+samples)

TRACKLIST

1)Robinson
2)Guerre de Mazarine
3)Pulsion, Passion
4)Dialogue de sourds
5)L'hymne à la mort II
6)Pacte d'Actes Morphiniques
7)Conjugale violence
8)Mes vents coniques
9)Mort...
10)...Sûre...
11)...Injectée

12)Post Scriptum

DISCOGRAPHIE


Aygghon - Des Cas Denses
(2004) - néo metal - Label : Autoproduction



Des Cas Denses est le premier album de Aygghon, toujours auto produit, après deux démos: L’Arcane (2002) et Aygghon (2001). A ce titre le néo metal musclé que nous propose le groupe possède un son tout à fait correct pour ce type de production. Au-delà de ça, c’est une musique dense et engagée qui se présente aux fans de la nouvelle scène metal. Niveau musical, Aygghon joue dans le gros son, les grosses rythmiques écrasantes et intenses... Bref, l’efficacité avant tout. Douze titres pour une heure de metal-neo metal racé au chant français.

Les guitares sont grasses et lourdes, la batterie simple mais imposante, les enchaînements et breaks se veulent sans fioritures. C’est du droit au but taillé pour la scène qu’offre Aygghon ici, avec son metal Arcane. Nul doute que le charisme du groupe se ressent sur chaque titre. Même au niveau du packaging, Aygghon se lâche en offrant pour une auto production un design class, très spatial, massif et sombre. Certaines influences extérieures s’entendent sur l’ensemble de l’album, notamment technoides sur "Robinson", électroniques et samplées sur "Conjugale Violence" et "Mes Vents Coniques".

Aygghon reste tout de même très néo metal avec ses riffs découpés et puissants, son chant entre deux registres, très compréhensible, et ses breaks très typiques. "Mes Vents Coniques" va tout de même au-delà en proposant une structure et un feeling de thrash lourd et posé. Les breaks et les accélérations sont assez remarquables, malgré la simplicité apparente de la structure. Ce titre évolue avec le temps dans un metal plus mélodique et un chant plus chanté que sur les autres essais. Niveau chant, Maxx Annads ne se perd pas en variations inutiles et reste dans un style puissant et assez régulier. Cette régularité incessante alourdit parfois la musique, alors que instrumentalement tout est fait pour donner l’effet inverse. Une autre petite chose à signaler serait la façon de placer le chant un peu maladroitement sur certaines rythmiques. Le chant en français ne facilite pas l’exercice, il faut le reconnaître. Sur le fond, Aygghon reste bien dans le registre neo metal, entre expérience personnelle et réactionnaire (Dialogues De Sourds).

A noter l’originalité du titre "Mort… Sûre… Injectée", découpée en une introduction doomesque, un corps néo et une fin tout aussi doomesque et souffrante. Finalement, un peu comme le titre "Robinson", "Post Scriptum" se veut plus expérimental aux rythmiques techno. Pas mal. Pas de grosse invention du coté Aygghon avec ce Des Cas Denses, mais une volonté écrasante et un charisme qui ne peut être remis en cause. Œuvre auto produite intéressante, à soutenir sur les planches…




©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7