2652

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 27 octobre 2008
Sa note : 17.5/20

LINE UP

-Simon Larsen
(chant+guitare+basse+claviers)

-Aage Krekling
(chant+batterie)

TRACKLIST

1)Ruin of Mankind
2)A Breath of Apocalypse
3)Warriors of the Northern Twilight Part 2
4)Endtime
5)The Orphanage
6)Det Stilner Til Storm
7)Tartarus
8)Journey to Hell
9)Dommedag

DISCOGRAPHIE


Iskald - Revelations of Reckoning Day
(2008) - black metal influences variées - Label : Indie Recordings



Iskald est un tout jeune groupe de black fondé en 2005 en Norvège. Après une démo et un EP, les deux membres formant la bande sortent leur premier album Shades Of Misery (chronique ici). Et nous voilà déjà en 2008, année pendant laquelle nous aurons droit à la sortie du second opus d'Iskald, Revelations Of Reckoning Day. Forts de leurs influences neigeuses dues à leur Norvège natale, ces deux bonshommes n'ont pas fini de nous faire danser. Comment ? Vous avez assez dansé ? Et bien, blastez, à présent !

On commence sur "Ruin of Mankind", propulsant ainsi l'auditeur directement dans un gouffre caverneux entre deux montagnes de glace, gouffre duquel il ne sortira plus avant 50 minutes. C'est en effet tellement accrocheur que cela donne envie d'écouter l'album jusqu'au bout. En voyant l'artwork, les titres, ou encore la biographie du groupe, on serait pourtant tenté de dire de ce duo qu'il s'agit une fois de plus d'un de ces nombreux groupes amateuristes autoproduits avec une boîte à rythme, une voix aussi classique que minable et un son hyper-saturé des plus désagréables. Il n'en est rien, et autant vous le dire tout de suite : la production est bonne (même si les puristes seront en droit de déplorer une grosse caisse trop présente.)

Les riffs sont bien trouvés, il y a de bonnes suites d'accords, quelques jolis arpèges, une guitare pas trop mal produite, et des enchaînements vraiment sympathiques. La voix typée black sonne un tantinet classique mais reste quand même très efficace, proche d'un Immortal mais avec quand même plus de tonus. La batterie est quant à elle exécutée à merveille et sort du cliché black, en s'appropriant à certains endroits des rythmiques thrash voire heavy. Il y a lors de certaines parties un minimum de recherche rythmique, mais le plus souvent, bien qu'il y ait des variations, (et on les salue) les rythmes sont très peu variés, toujours très soutenus, et donnent, comme dit, une impression de répétition. Mais les écoutes sauront nous faire distinguer une saveur bien particulière entre chaque passage.

Çà et là, l'auditeur aura le bonheur de trouver quelques enchaînements non prévisibles. En effet, les rythmes sont en fait assez travaillés, mais cette manière de faire est implicite et la batterie ne jouit que de très peu de variations. Ce sont finalement les autres instruments qui donnent aux différents riffs une direction variante, mais attention, les pistes de percussion sont tout à fait honorables. On est loin de tomber dans le cliché blasts « en veux-tu, en voilà », et pour prouver que le groupe n'est pas un combo black metal amateur, citons l'excellente piste "The Orphanage", qui dévoile plusieurs des qualités de la formation : percussions rappelant divers styles, structure progressive, voix des plus plaisantes, enchaînements bien sympathiques, et accords agréables à l'oreille.

Mélodiquement parlant, ces Norvégiens-là ne s'en sortent pas mal non-plus. Citons (presque au hasard) la piste "Journey to Hell" pour illustrer cet aspect de cette galette. L'efficacité du duo semble cependant limitée sur les parties calmes ("Warriors of the Northern Twilight Part 2"), la voix black perdant quand même une grande partie de sa crédibilité sans la grosse saturation derrière. Mais ce n'est que pour éviter que l'auditeur perde le fil et repartir ainsi de plus belle lorsque le beau temps laissera place à la tempête. Vous l'aurez compris, il y a derrière ce disque un souci de cohésion, et l'album doit être perçu dans son ensemble pour être savouré à sa juste valeur. C'est très bien ficelé. Ah, et il y a très peu de claviers !


On salue donc ces messieurs, qui en l'espace de seulement trois ans et deux albums ont réussi à devenir un groupe sacrément efficace. Il s'agit d'une musique à influences variées, dotée d'un chanteur très black mais de rythmiques empruntées à divers styles, dont le thrash et le heavy. De toute façon, il est inutile de tergiverser, les compositions sont des plus efficaces, et on ne s'ennuie pas en écoutant cette excellente galette.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 6 polaroid milieu 6 polaroid gauche 6