2647

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 26 octobre 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Jean-Jacques Jaffrédo
(bombarde+biniou+gaïta+bodhran+tin whistle)

-Frédéric Boussange
(bombarde+piston)

-Philippe Carré
(flûte traversière)

-Lou Richardet
(violon)

-Stéphane Pointeaux
(guitare électrique+programmation)

-Jean-François Pasquier
(basse)

TRACKLIST

1)Sur la route
2)La horde
3)Gwierzienn
4)Eñvor
5)Dazont
6)Harz tizh
7)Avance rapide...
8)Ba'tommder an noz
9)Pays blanc...
10)...swing noir
11)War an hent
12)Loud ? Ya !
13)Ar maen du
14)An deiz nevez
15)10 Years After
16)Always on the Road

DISCOGRAPHIE

War An Hent (2008)

Kroazhent - War An Hent
(2008) - folk electro - Label : Coop Breizh



Kroazhent est un groupe revendiquant plusieurs influences (en breton, leur nom signifie « croisée des chemins »). Visiblement, parmi ces influences-là se trouvent la musique folklorique bretonne, le rock, et l'electro. C'est très à la mode comme façon de faire, et il y a d'ailleurs toujours des choses intéressantes dans ce type de mélanges. Voyons donc quels sont les aspects à retenir sur War An Hent, un live qui constitue la quatrième sortie de la formation.

On commence par le morceau "Sur la route", les gens applaudissent, et une jolie mélodie de flûte (ou de quelque chose qui y ressemble) et de biniou (cornemuse bretonne), avec un petit texte parlé (sans doute en breton...), un truc de deux minutes qui sert d'intro à l'album. Les instruments sont variés puisqu'il y a, en plus de ce que nous avons cité, une flûte traversière, un alto, etc. C'est sympathique mais sans plus. On passe au deuxième morceau, "La horde", qui, toujours avec le côté folklorique très présent, se superpose à des percussions qui semblent bien modernes, constrastant avec l'aspect folk de cette musique, et, par la même occasion, gâchant un peu son charme. Mais d'un autre côté, cette manière de faire lui donne une saveur tout à fait unique, et même si elle peut paraître bizarre à la première écoute, c'est très loin d'être désagréable. D'ailleurs, les objectifs ne sont apparemment pas de faire dans le pur folk, mais bien de s'en servir comme simple influence.

Arrive ensuite la guitare électrique avec ses effets, faisant oublier un instant cet aspect folklorique. Revient alors le biniou et les percussions électroniques s'arrêtent, constituant ainsi une petite variation des plus plaisantes, avec un passage charmant. Un peu comme quand on a un bruit dans l'oreille, qu'on finit par s'y habituer, et qu'il s'arrête. Le morceau se termine sur une répétition du thème par tous les instruments. Quelques solos de guitare bien sympathiques se font entendre çà et là. Il faut admettre qu'à part quelques passages qui sortent du lot, on a l'impression qu'il s'agist du générique de fin d'un film amateur, même si c'est bien éxécuté, et ce live montre clairement une certaine habileté des musiciens, sans parler du travail de composition qu'il y a derrière. On ne peut pas dire que ça soit très recherché, mais on est quand même loin du truc bâclé.

La musique de Kroazhent rappelle beaucoup de la musique d'ambiance, même s'il y a quelques passages qui sortent du lot. Citons "Dazont", une piste sympathique, et bien entraînante, donnant envie de se retrouver à admirer des paysages au sommet d'une montagne ou au bord d'une falaise. Il y aussi "Avance rapide", avec ses harmonies de biniou sympathiques. Là aussi, il s'agirait d'un morceau complètement différent avec une section rythmique moins artificielle. On peut considérer que la qualité serait elle aussi différente, mais laissons cela à votre propre interprétation. Si vous recherchez quelque chose de bien folklorique, passez votre chemin. Si vous êtes plus éclectiques et que néanmoins vous aimez les choses simples, foncez tête baissée. Par ailleurs, c'est surtout instrumental, il y a très peu de chant, et en ce qui concerne la qualité du son, elle est très bonne.


Bref, une musique sans beaucoup de variations, mais jouissant tout de même d'une sonorité fortement originale, mêlant divers types de sons que l'on n'entend pas tous les jours, et surtout, que l'on n'entend que très rarement ensemble. Une manière de faire qui fait de la musique de Kroazhent quelque chose qui vaut le détour, même si on risque fort de vite se lasser, voire de ne pas accrocher.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2