2623

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 24 octobre 2008
Sa note : 18/20

LINE UP

-Bruno Maia
(chant+guitare+craviola
+mandoline+bouzouki+flûte
+percussions)

-Fernanda Ohara
(chant)

-Isabel Tavares
(chant)

-Adriano Jamaica
(chant)

-Renata Barreto
(chant+claquettes+castagnettes)

-Mael Saout
(guitare)

-Giovani Gomes
(basse)

-Cian O´Sulivan
(flûte irlandaise)

-Dan O´Sulivan
(cornemuse irlandaise)

-Marta Pacífico
(violon)

-Marcus Viana
(violon)

-Michelle O´Brien
(fiddle)

-Edgard Britto
(claviers)

-Rafael Castro
(claviers)

-Waltinho
(pandeiro)

-Anderson Alarça
(batterie)

-Jacques Mathias
(programmation)

TRACKLIST

1)Slainte A La Brasilis
2)Tempos Idos
3)Dança No Abismo
4)Hamlá
5)Juras Promessas
6)Lua
7)Brunebriante Papoula Dançante
8)Falalafada
9)Bloom (Ode A Joyce)
10)A Pinga Do Duende Maluco
11)Juras Promessas (demo version)
12)Lua (demo version)

DISCOGRAPHIE


Braia - E O Mundo De Lá
(2008) - folk influences variées - Label : Underclass



Voilà que Bruno Maia, du groupe de heavy celte (bien que brésilien) Tuatha De Danaan, décide de passer à des choses un peu différentes, et qu'il lance le projet Braia. Enregistré dans huit studios différents, au Brésil, en Bretagne et en Irlande, avec seize musiciens de différentes nationalités, cet album de pur folk aux influences musicales très variées sonne très celtique mais aussi pas mal latino. Il s'appelle ...E O Mundo De Lá, qu'on traduit du portugais brésilien par «...Et le monde d'ici ». Voyons un peu ce que ça vaut.

On commence sur le morceau "Slainte a la Brasilis", morceau pouvant etre décomposé en trois parties. L'écoute débute par une mélodie simple mais efficace jouée à la mandoline, on sent directement le côté folklorique mais on ne sait pas encore trop de quel folklore il s'agit. Il y a bien les violons façon folklore celtique, mais aussi la gratte espagnole, la mandoline italienne, et pas mal d'autres instruments qui se rencontrent ici. Exactement comme dans certains sous-genres de la country. Bref, tout ce que l'on comprend à première vue est qu'il s'agit d'un morceau qui sonne folk. Mais au fil des écoutes, on se rend compte que cette ignorance est le fruit d'un mélange des influences, et cette introduction aussi belle que confuse débouche sur la deuxième partie du morceau, quelque chose de complètement celtique. Ce passage, très « irlandais » débouche lui-même sur une mélodie empruntée à l'introduction du morceau. Mais cette fois, on la perçoit différemment, non seulement parce qu'elle est jouée différemment, mais surtout parce qu'on la retrouve après un passage aux sonorités clairement celtiques. Et puis arrive la troisième partie sans crier gare, mais c'est très bien ficelé. La dernière partie est quant à elle orientée folklore latino. Rien à voir avec ce qui précède, mais ça reste très agréable à écouter et cette introduction est magnifique. Vraiment magnifique.

Nous sommes donc dès le début plongés dans un monde tout à fait à part. Et à partir du morceau suivant, le chant, qui est en portugais, fait son apparition. Les paroles me semblent parler de danse, d'esprits, de paix, ou encore d'aurore. Je ne peux malheureusement pas vous en dire plus mais il y a toutes les raisons d'être convaincu que les textes sont eux aussi très jolis. Et même s'ils ne l'étaient pas, phonétiquement, c'est très agréable à l'oreille. Il y a plusieurs chanteurs et plusieurs chanteuses. Le chant féminin domine légèrement et ce n'est pas pour déplaire à l'auditeur, bien au contraire. Citons par exemple le morceau "Hamlá", sur lequel la chanteuse fait des prouesses. Elle utilise une voix très aiguë, c'est charmant. Il y a aussi sur ce morceau des harmonies vocales des plus plaisantes, et l'atmosphère y devient moins joyeuse que précédemment, voire inquiétante. Citons également la piste "Falalafada", sur laquelle le chant est très sympathique aussi. De plus, cette piste dévoile une certaine recherche rythmique. Une autre facette de ce disque qui est vraiment très agréable à l'oreille est la flûte. Il y a différents types de flûtes, utilisés de manière diverse, et on retiendra particulièrement le morceau "Dansa No Abismo", dans lequel le thème à la flûte accompagnée par la guitare folk, entre autres, est très joli (et la basse aussi y est de qualité). Citons aussi les harmonies de la magnifique introduction de "Juras Promessas".

La galette semble à première vue relativement répétitive, mais les différents instruments utilisés ne permettent pas à ce constat de s'établir sur le long terme. Au moment où l'on s'y attend le moins, une des chanteuses pousse un peu la voix, les rythmes se saccadent, l'ambiance s'inverse, etc. Les différents passages sont vraiment bien collés les uns aux autres. De plus, pour rompre la monotonie qui n'était déjà pas insupportable, vous entendrez à certains endroits une guitare électrique débarquer de nulle part. C'est quelque chose qui est excellent, puisque cette utilisation de cet instrument en change votre perception. Ce disque jouit tout de même d'une certaine cohésion entre les différents morceaux, et ce projet semble vraiment réussir à tirer son épingle du jeu, avec tous ces groupes folk ou pseudo-folk fleurissant d'un peu partout. Il y a une certaine originalité qui se dégage du charme de cet album. Citons par exemple l'aspect complètement psychédélique de "A Pinga Do Duende Maluco" qui débouche sur un passage à la Beach Boys (mais en portugais), très rock 'n roll, avec le piano, les chœurs, et tout. C'est un morceau dévoilant clairement les influences prog du compositeur, et clôturant l'album d'une manière des plus honorables, si on exclut le fait qu'il y a deux pistes en fin de galette qui contiennent des versions démo de deux morceaux présents sur l'album. Au fait, l'artwork sous forme de digipack est lui aussi très agréable à regarder.


Cet album est une réussite sur tous les plans. On est en présence de morceaux folk celtique / latino, avec de nombreux musiciens visiblement très pro, les instruments étant exécutés à la perfection, avec un chant magnifique, et quelques influences prog, psyché et rock 'n roll à quelques rares endroits. Les compositions traduisent du talent, et nous avons là une musique d'une grande qualité, à conseiller à tous ceux qui aiment la musique.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2