2621

CHRONIQUE PAR ...

42
Wotan
Cette chronique a été mise en ligne le 22 octobre 2008
Sa note : 13/20

LINE UP

-Eric Fish
(chant+cornemuse+flute)

-Frau Schmitt
(violon)

-Bodenski
(chant+guitare acoustique+vielle à roue)

-Simon
(chant+guitare acoustique)

-Ingo Hampf
(guitare+luth+mandoline)

-Sugar Ray
(basse)

-Simon Michael
(batterie)

TRACKLIST

CD
1)Die Trommel
2)Kleid aus Rosen
3)Auf Kiel
4)Tanz auf dem Vulkan
5)Feverland
6)Es kommt ein Sturm
7)Puppenspieler
8)Unentdecktes Land
9)Eisblumen
10)Sag dem Teufel
11)Ohne Liebe
12)Veitstanz
13)Fatum
14)Seemanslied
15)Wehe Stunde
16)Julia und dir Räuber

DVD

Concert
1)Canticum Satanae
2)Hohelied
3)Puppenspieler
4)Unentdecktes Land
5)Die Trommel
6)Eisblunen
7)Falscher Heiland
8)Sabbat
9)Es kommt ein Sturm
10)Feuerland
11)Wehe Stunde
12)Meine Steele brennt
13)Auf Kiel
14)Tanz auf dem Vulkan
15)Henkersbraut
16)Kleid aus Rosen
17)Sag dem Teufel
18)Ohne Liebe
19)Sieben
20)Rätsel II
21)Veistanz
22)Julia und die Räuber
23)Fatum
24)Umbra
25)Seemanslied

Documentaire

DISCOGRAPHIE


Subway to Sally - Schlachthof (CD+DVD)
(2008) - heavy metal folk - Label : Nuclear Blast



Les Germains de Subway To Sally sont les fers de lance du genre appelé Mittelalter Metal, un sous-genre du folk metal. Pour vous donner une idée, imaginez un groupe de heavy metal et une bande de troubadours ensembles sur la même scène, lors d’une fête de la saucisse en Bavière. Les deux jamment sur des airs folkloriques populaires mixés avec du heavy, le joueur de mandoline et le guitariste les pieds sur le retour, cheveux au vent, déclamant des refrains fédérateurs dans la langue de Goethe (tous les groupes de ce style sont allemands). Pour aimer le Mittelalter Metal, il faut aimer le kitsch, la bière et les cornemuses.

Le dernier témoignage Live de Subway To Sally date de 2000, en excluant Nackt qui est l’enregistrement d’un concert acoustique. Il était donc temps que le groupe nous donne une nouvelle fois un aperçu de ses capacités à enflammer une salle. La date immortalisée pour ce DVD fut une des premières du Bastard Tour, à Dresden, sur les terres natales de la bande à Fish donc. Le dernier album se taille la part du lion dans la longue set-list (le concert dura deux heures), quelques chansons des anciens albums se trouvent çà et là. Seuls les deux premiers albums seront laissés à la trappe. Il faut reconnaître que Subway To Sally en concert doit être une expérience exaltante, la musique festive et souvent enjouée du groupe se prêtant bien au live, et donnerait vraiment envie de danser autant au black metalleux le plus misanthrope qu’au proggueux le plus introverti. Il suffit de regarder la réaction du public tout le long du concert pour se rendre compte de ce qu’ils vivent en voyant le groupe sur scène, se laissant inonder par la joie de vivre communicative des musiciens.

Cependant, tout cela passe mal la transition vers le petit écran. Même si le groupe semble se plaire d’être sur scène, aucun ne possède vraiment de charisme suffisant pour attirer l’attention sur lui. Le jeu de scène est plutôt simple et limité, rien d’extravagant tout au long des deux heures. Il y a bien un peu de spectacle de temps à autre: la petite marche militaire sur "Der Trommel", un peu de danse, le groupe se transforme en cracheur de feu le temps d’un titre, un peu de pyrotechnie. Ces quelques élans de variation sont trop rares et le show reste trop ennuyeux à regarder, assis dans son canapé. C’est bien là tout le problème de la musique de Subway To Sally: elle prend tout son sens lors d’une écoute de groupe, en fête ou en concert. Bien qu’il y ait quelques moments plus dépouillés (dont un joli moment d'intimité sur "Wehe Stunde" avec juste le chant et une mandoline), il est impossible de ne pas danser la gigue en écoutant ne serait-ce qu’une chanson. Dès lors le support visuel devient inutile. Un CD est compris dans le produit, reprenant seize titres du concert, et deviendra un compagnon idéal lors d’un pèlerinage en groupe et en voiture au Wacken par exemple.

Il n’empêche que ce DVD contient une flopée d’excellent titres, avec de très bons moments lors de "Eisblunen" (superbes lignes de violon), "Sag dem Teufel" ou encore "Ohne Liebe". Et le concert se déroule sans anicroche, malgré les changements fréquents d’instruments. Entre les instruments metal et traditionnels, les musiciens doivent alterner entre, voire pendant, les chansons. Le groupe n’utilise que peu de samples, et tout, ou peu s’en faut, est reproduit sur scène. Un nombre d’instruments variés défile donc entre les mains des membres, dont une étrange basse à deux cordes complètement inaudible dans le mix. Un mix peu réussi d’ailleurs: la guitare est mise trop en avant, le chant de Fish aussi. Par contre, les voix de fond de Bodenski sont inaudibles (étrange de le voir chanter et de ne pas l’entendre) alors que sa vielle à roue est trop forte. Les intermèdes entre chansons auraient pu être coupés, rallongeant la durée du DVD sensiblement. Sans compter que toutes les interventions sont en allemand, sans sous-titre. Il est néanmoins réussi techniquement, le 5.1 est disponible et la qualité sonore autant que de l’image est bonne. A noter la présence d’un documentaire sur les coulisses de la tournée de 45 minutes, intégralement en allemand et sans sous-titres.


Ce DVD/CD live n’est pas un produit inintéressant, il le serait cependant plus s'il était possible d'acquérir le CD seul. Le petit écran ne parvient pas à transposer l’ambiance festive d’un concert de Subway To Sally, auquel s’ajoutent des défauts techniques dans le mixage. Imparfait et ennuyeux sur la longueur, il vaut mieux se contenter de la bande sonore uniquement, qui sera parfait pour faire danser la famille lors de votre mariage. Une version metal de la chenille, en quelque sorte.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 2 polaroid milieu 2 polaroid gauche 2