2620

CHRONIQUE PAR ...

56
Dexxie
Cette chronique a été mise en ligne le 22 octobre 2008
Sa note : 12/20

LINE UP

-Maxime
(chant+guitare)

-David
(guitare)

-Gaetan
(basse)

-Ludovic
(batterie)

TRACKLIST

1)The Cult of Devastation
2)Last Vision
3)Altar of Lie
4)The Shadow on Your Back
5)Plasmodium Falciparum

DISCOGRAPHIE


Malariah - The Cult of Devastation
(2008) - death metal ambient - Label : Autoproduction



Jeune groupe français venu d'Alsace, Malariah a été fondé en 2007. Nous chroniquons présentement leur premier essai, une galette autoproduite de cinq titres, enregistrés entre mars et juillet 2008. Voyons ce que ces gaillards - commençant tout juste à avoir du poil au menton - ont dans le ventre, à travers ce premier opus dont la longueur dépasse légèrement les 30 minutes. La question qui se pose ici est donc la suivante : aura-t-on droit avec Malariah à une contribution à la scène Death Metal bien de chez nous, ou alors s'agit-il une fois de plus d'un groupe complètement inutile ?

Commençons, une fois n'est pas coutûme, par décrire l'objet. L'artwork est des plus soignés, et présente vraiment bien pour un premier EP. Pochette classique transparente, avec un petit livret à l'intérieur contenant paroles, line-up, remerciement au passage des potes qui ont enregistré la galette et réalisé la couverture, etc. Il s'agit d'une couverture très jolie, cohérente avec le contenu lyrique du disque. Bref, un bien bel objet, qui donne envie de l'écouter. Voyons voir si la suite va elle aussi dans cette direction. On commence sur le titre éponyme "The Cult of Devastation", doté d'une intro tout à fait singulière, à interprétation variable. D'après ce que j'ai compris, le chanteur souhaite pousser une gueulante, mais se plante lamentablement et finit par tousser. Au final, c'est ce moment d'anthologie, pendant lequel les autres membres du groupe rient de lui, qui servira d'introduction à l'album.

Après ceci, un petit riff de guitare avec un effet « vieille radio ». Mais non, en fait ce n'est pas un effet, c'est le son normal du guitariste et on se rappelle qu'il ne s'agit que d'une démo, l'artwork pouvant faire oublier cet état des choses. Soulignons que par rapport à cela, la production est quand même plutôt bonne. Arrive ensuite la batterie. On comprend tout de suite que c'est un véritable boucher-charcutier qui officie derrière les fûts, ce qui, inutile de vous le cacher plus longtemps, constitue un des principaux atouts de cet album. La batterie soutient à merveille les quelques bons riffs qui se trouvent sur ce disque, comme le break du titre "Last Vision", ou le premier riff du morceau "Altar of Lie". Toutes les compositions ne sont pas excellentes, mais il faut tout de même souligner ces quelques bonnes trouvailles. Même constat pour les quelques passages calmes auxquels on a droit.

On trouve quelques solos, par-ci par-là. Ils ne sont pas toujours au top, et risquent d'en heurter certains, malgré là aussi des aspects positifs. Citons par exemple une nouvelle fois "Altar of Lie", où le solo de guitare, tout en n'étant pas mauvais, semble beaucoup trop se répéter. Même chose pour celui de "Plasmodium Falciparum", qui sonne vraiment bien à certains moments mais presque faux à d'autres. Il traduit également un manque de fluidité et quelques maladresses techniques, ce qui est dommage puisque l'idée de départ est bonne, mais la chose aurait pu être facilement améliorée. Dans le même registre, il y a le chant, qui n'est vraiment pas à la hauteur. Celui-ci semble un peu plus puissant à certains moments qu'à d'autres, notamment sur "Last Vision", mais manque cruellement de tonus de manière générale. On félicite en revanche le bassiste dont la voix apporte du panache au milieu de "The Shadow on Your Back".


Il s'agit d'un premier essai presque concluant. Il y a des choses qui ne marchent pas, des solos pas toujours géniaux, des riffs parfois inutiles, une voix pas assez tonique, et des rythmiques souvent trop classiques. Mais il y a aussi des passages excellents qui, admettons-le, se laissent savourer. Pour un groupe aussi jeune, constitué de membres aussi jeunes, The Cult Of Devastation laisse présager un avenir des meilleurs.

http://www.myspace.com/malariah


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7