2614

CHRONIQUE PAR ...

10
Beren
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 14.5/20

LINE UP

-Patrick Loisel
(chant+guitare)

-Mathieu Marcotte
(guitare)

-Dominic Lapointe
(basse)

-Etienne Gallo
(batterie)

-Arianne Fleury
(chant)

TRACKLIST

1)Beatus
2)...Ever Know Peace Again
3)Cosmic Migration
4)Nocebo
5)Alien Shores
6)In Russian Dolls Universes
7)Becoming God
8)The Lair Of Purity
9)From Eden Estranged...
10)...As Sea Devours Land

DISCOGRAPHIE


Augury - Concealed
(2004) - death metal metal prog - Label : Galy Records



Augury, avec son premier album subtilement nommé Concealed, a carrément réussi à allier la brutalité d'un death puissant à la Nile, la technicité inhérente au style (breaks, soli déstructurés et blast-beats à foison, lorgnez vers leurs compatriotes Cryptopsy), la mélodie propre aux groupes de death progressif à la Opeth (les passages acoustiques) et des éléments a priori incompatibles avec ce genre de musique. Autant dire que le résultat, sous la forme de ce Concealed sorti depuis un an outre-Atlantique - qui a débarqué un an plus tard, faute de distribution, sous sa version européenne en ce début d'année - dépoussière grandement le genre.


Il faut dire que les membres d'Augury piochent leurs influences dans une variété de styles assez impressionnante: rock progressif, classique, et surtout jazz. C'est cette dernière qui se montre le plus à l'écoute des différents morceaux de Concealed. Prenez un morceau comme "Cosmic Migration": débutant sur des arpèges de guitare atypiques et une batterie en contre-temps, ce morceau que n'aurait pas renié Ephel Duath ou même Atheist, est le parfait résumé du côté "j'enfonce les murs" assumé du groupe: la voix soprano de Arianne Fleury se pose délicatement sur les parties les plus agressives, tandis que la voix ultra-gutturale de Patrick Loisel (qui officie aussi dans un registre presque grind par moments) se fond sur les parties mid-tempo. Décapant. Au milieu du morceau, un break fulgurant accompagné d'un solo très technique puis d'un passage purement Opethien sur Morningrise, se charge de la finition du morceau.

Ces respirations bienvenues sont légion sur l'ultra-bourrin "Nocebo" (quel final!), l'énigmatique "Alien Shores" et son feeling très arabisant et sur le surprenant "The Lair Of Purity" (Arianne Fleury très en voix), désamorçant presque toutes les conventions du brutal-death officié par les maîtres Cryptopsy, Nile ou encore Hate Eternal, dont Augury reprend la trame principale (dont les habituelles parties de batterie-mitraillette). Ceux qui n'apprécient pas l'école américaine et ce son si particulier ne doivent toutefois pas s'enfuir en courant: Augury est bien conscient - et cela s'entend - que tout ne doit pas passer par la brutalité et la technicité à outrance. Alors oui, les musiciens de ce groupe sont écoeurants de maîtrise, surtout les deux guitaristes, véritables branleurs de manche capables de changer de tempo comme de chemise. Alors oui, la production de Concealed est limpide. Mais surtout, Augury ne s'enferme pas dans son carcan death et fait preuve d'une ouverture d'esprit incroyable.

La variété est donc ce qui différencie Augury des autes groupes de brutal-death. Même le chant soprano, très inhabituel - mais aussi parfois casse-couilles, comme sur "...As sea devours land" - n'est là que pour renforcer cette volonté très symptomatique de se démarquer. L'ambiance est très personnelle, mais le groupe québécois n'évite pas les écueils de l'expérimentation à tout va: les parties de guitare saturent à qui mieux-mieux et forcent parfois trop sur la dissonance au détriment de la mélodie ("Beatus") et les contre-temps importants vous perdent dans un labyrinthe interminable. Ce premier album, très technique et virulent, vire ainsi trop à la démonstration, mais il s'en sort toutefois avec les honneurs, puisqu'il trouve dans son concept son fil conducteur.


Même si l'on parfois du mal à suivre ce fil sur la longueur - ce qui fait que Concealed lassera plus ou moins en fin de parcours - on peut toutefois saluer le grand pas en avant réalisé par Augury, groupe prometteur s'il en est. A suivre de près.


©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 1 polaroid milieu 1 polaroid gauche 1