2608

CHRONIQUE PAR ...

8
Alexis KV
Cette chronique a été importée depuis metal-immortel
Sa note : 11.5/20

LINE UP

-Mats Leven
(chant)

-Olaf Lenk
(guitare+claviers)

-John ABC Smith
(basse)

-Mark Corss
(batterie)

TRACKLIST

1)Rise From The Fall
2)Heaven
3)Tell Me
4)Chained
5)Now Or Never
6)Two Hearts
7)Invention
8)Run / Leave
9)Live For The Sacred
10)Vivaldi Winter
11)Run For Your Life

DISCOGRAPHIE

Chained (2005)
VII (2007)
Ride The Sky (2009)
Facing Your Enemy (2012)

At Vance - Chained
(2005) - heavy metal - Label : AFM Records



At Vance fait partie de ces stakhanovistes du bon vieux heavy/power à l'allemande qui ne se lassent pas d'être toujours aussi true, toujours aussi mélodiques et néo-classiques (ce qui peut être un compliment tout autant qu'un reproche). Des stakhanovistes récidivistes même, vu que la plupart des membres n'en sont pas à leur coup d'essai, comme Mats Leven, qui a travaillé avec Yngwie Malmsteen et Therion, et on aura du mal à dire que le groupe teuton lui procure un dépaysement total… At Vance livre, presque sans interruptions, un album studio par an, pour la plus grande joie des amateurs d'envolées lyriques agrémentées d'un petit accent comme en n'en fait qu'outre-rhin, et au grand dam de ceux qui ont pris les gammes mineures harmoniques et le heavy FM en grippe.

N'ayant que très peu de connaissances sur le power allemand en général et presque aucune sur At Vance en particulier (nonobstant l'étalage de biographie promo dans l'introduction), c'est donc avec dans état d'esprit assez ouvert et curieux que j'ai abordé cette galette. Ainsi, sachant qu'At Vance n'a pas la réputation d'un groupe à la musique renversante d'innovation, ce disque se révèle quand même plaisant pour une oreille pas (encore) surmenée par les refrains accrocheurs et les descentes de gammes. Ces fameuses influences néoclassiques sont présentes dans pas mal de riffs ("Rise From The Fall", "Run/Leave", "Run For Your Life") et surtout dans les soli faits principalement de gammes déjà bien explorées par l'amie Yngwie, fougueux mais sonnant un peu comme de la redite.

Le groupe se fend de son habituelle interprétation d'œuvre classique, l'Hiver des Quatre Saisons de Vivaldi ("Vivaldi Winter") ayant été désigné cette fois-ci pour passer à la moulinette heavy metal (l'Ete de Vivaldi avait été repris sur le premier album d'At Vance, No Escape). Cette reprise est très réussie dans ses arrangements, mais un peu moins dans le jeu des musiciens, que l'on sent peut-être un peu trop scolaire et crispé. On notera également un petite interlude, "Invention #13", qui aurait pu être jouée sur un clavecin en lieu et place de la guitare et de la basse. Le reste des riffs se répartit équitablement entre couplets façon power metal allemand et refrains accrocheurs lorgnant vers le hard FM. Parfois, ces enchaînements se font assez maladroits ("Live For The Sacred"), mais le bagage de cinq albums studio se font quand même sentir, et la plupart des titres ne perdent pas leur dynamique ("Tell Me", "Now Or Never") tout en frisant parfois la parodie, surtout dans les paroles ("Run For Your Life").

Le titre éponyme tient tout d'un futur tube metal: riff mid-tempo accrocheur à la Dio (dont l'influence se fait aussi sentir sur "Live For The Sacred"), une voix plus calme, une belle montée en puissance, un joli break, un petit solo de virtuose pour agrémenter le tout. Quand le groupe essaye de donner dans l'easy listening, les choses peuvent se gâter, par exemple sur l'insipide "Heaven", dont les petits chœurs tout gentils n'arrivent pas à masquer la pauvreté des arrangements. Mais de l'autre côté de la balance, il y a "Two Hearts", qui fait furieusement penser à du Rainbow période Joe Lynn Turner, en particulier dans les lignes vocales (avec un chanteur un peu moins crooner quand même) et les arrangements de la section rythmique.


Bref un album honnête, avec ses points forts et ses faiblesses, à conseiller aux amateurs du genre ou a ceux qui veulent faire une bonne action en achetant un album de speed allemand fermement ancré dans ses convictions musicales mais produisant de la manufacture de qualité et sans trop de fioritures.



©Les Eternels / Totoro mange des enfants corporation - 2012 - Tous droits réservés
Trefoil polaroid droit 7 polaroid milieu 7 polaroid gauche 7